Margaret Mahler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mahler (homonymie).
Margaret Mahler
Biographie
Nom de naissance Margaret Schoenberger
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à SopronVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
à New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité HongrieVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychiatre et pédopsychiatre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Margaret Mahler, née Schoenberger à Sopron le et morte à New York le , est une psychiatre et psychanalyste américaine d'origine hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait ses études secondaires à Sopron, puis Budapest où son père est médecin, et est une amie d'enfance d'Alice Balint[1]. Elle commence ses études de médecine à Budapest, où elle fait la connaissance de Sandor Ferenczi, et les poursuit à l'université de Munich et d’Iéna. Elle s'installe à Vienne, prend la nationalité autrichienne et exerce en tant que pédiatre libéral. Elle est proche d'Anna Freud et participe avec elle à la création d'un centre de traitement pour enfants à Vienne, premier centre de guidance infantile. Elle est également liée avec August Aichhorn et Dorothy Burlingham. Elle s'inscrit comme candidate à la Société psychanalytique de Vienne en 1927, fait une analyse d'abord avec Helene Deutsch puis avec Willie Hoffer (1930-1935), et est acceptée comme psychanalyste en 1933.

Elle se marie avec un chimiste, Paul Mahler en 1936[1]. La montée du nazisme et les lois de Nuremberg la forcent à s'exiler, d'abord en Grande-Bretagne, puis en 1938, aux États-Unis où elle exerce en tant que médecin psychanalyste. Elle fait une analyse de contrôle avec Edith Jacobson, devient membre de la New York Psychoanalytic Society (1940) [1]. Elle est ensuite professeure de psychiatrie à l'Albert Einstein College of Medicine, formatrice au Philadelphia Psychoanalytic Institute et directrice de recherches au Master's Children Center de New York[1].

Recherches[modifier | modifier le code]

Ses travaux portent principalement sur les psychoses infantiles, en étant particulièrement attentive à la question de l'individuation, distinguant deux types de psychoses infantiles, les psychoses autistiques et les psychoses symbiotiques, qu'elle met en lien avec les stades normaux de développement du nourrisson. Elle a théorisé le processus de séparation-individuation du bébé, dans les trois premières années de vie. Elle se réfère aux travaux d'Anna Freud, et dans une moindre mesure de Donald Winnicott, décrivant la séparation, dès l'âge de trois ou quatre mois, comme fin de ce qu'elle décrit comme la « phase autistique normale »[1], et prise de distance et détachement d’avec la mère, et l’individuation, comme évolution des fonctions autonomes (mémoire, perceptions, capacités cognitives), les interactions mère/enfant jouant un rôle capital.

Elle publie en 1975 Symbiose humaine et individuation : la naissance psychologique de l'être humain. Dans cet ouvrage issu de recherches empiriques et d'observations soigneusement consignées sur des grilles de cotation, elle conceptualise une série de stades du développement de l'être humain vu sous l'angle de la distance relationnelle entre l'enfant et sa mère.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Psychose infantile : symbiose humaine et individuation, Paris, Payot & Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », (1re éd. 1973) (ISBN 2-228-89457-5)
  • Avec La Naissance psychologique de l'être humain : symbiose humaine et individuation [« The psychological birth of the human infant »], Paris, Payot, coll. « Science de l'homme », (1re éd. 1980) (ISBN 978-2-228-88315-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Philippe Mazet, « Mahler-Schoenberger, Margaret », cf. bibliographie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Mazet, « Mahler-Schoenberger, Margaret », p. 954-955, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • (de) Margaret Mahler geb. Schönberger (1897-1985), Psychoanalytikerinnen. Biografisches Lexikon, [lire en ligne]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]