Alice Balint

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Balint.
Alice Balint
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 41 ans)
ManchesterVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Mère
Conjoint
Parentèle
Judith Dupont (nièce)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Alice Székely Balint, née le à Budapest et morte à Manchester le , est une psychanalyste hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fait ses études secondaires puis des études de mathématiques et d'anthropologie à l'université de Budapest. Elle est une amie d'enfance de Margaret Mahler et d'Emma Bergsmann, la sœur de Michael Balint. Elle épouse ce dernier. Confrontés tous deux durant la Terreur blanche, à la double menace de l'antisémitisme d'État et des attaques contre la psychanalyse, lors de la chute de la République des conseils en 1919, plusieurs psychanalystes émigrent en Allemagne[1]. Alice et Michael Balint poursuivent leur formation psychanalytique à l'Institut psychanalytique de Berlin, de 1921 à 1924. Ils font une analyse didactique avec Hanns Sachs[2].

À son retour à Budapest en 1924, Alice Balint fait une analyse didactique avec Sándor Ferenczi et participe aux activités de l'Association psychanalytique hongroise[3], dont elle devient membre en 1925[1].

En 1939, Michael Balint et elle s'exilent avec leur fils John à Manchester[4], où elle meurt d'une rupture d'anévrisme en août 1939[2].

Alice Balint est la fille de Vilma Kovács, élève et collaboratrice de Ferenczi, figure importante de l'école psychanalytique de Budapest[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Psychologie de la chambre d'enfants, Paris, Gallimard, 1936 (A gyermekszoba pszichólogiája, Budapest, 1932 ; The Psycho-Analysis in the Nursery, London: Routledge & Kegan Paul (1953) ; rééd. Le Coq-Héron, no 153, p. 13-88, 1998, avec la préface originelle de Sándor Ferenczi).
  • « Amour pour la mère et amour de la mère », in Michael Balint, Amour primaire et technique psychanalytique, Paris, Payot, 1972 (“Love for the mother and motherlove”, in Michael Balint (ed.) Primary Love and Psycho-Analysis Technique, London: Tavistock).
  • Anya és gyermek [Mère et enfant], Budapest, Pantheon, 1941.
  • Œuvres complètes, Le Coq-Héron, 1997-1998, no 147 et no 153.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Moreau Ricaud 2000, p. 38.
  2. a et b Moreau Ricaud 2002, p. 181.
  3. Judith Dupont, « Alice Balint, a short but productive life », p. 67-75, in Judit Szekacs-Weisz & Tom Keve (dir.),Ferenczi for Our Time: Theory and Practice, London, Karnac, 2012.
  4. a et b « L'exil avant l'exil. Michæl et Alice Balint »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]