Trapil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trapil
logo de Trapil

Création
Dates clés 1967 : rétrocession par l'armée américaine à l'État Français du pipeline Donges-Melun-Metz,

1993 : cessation des activités de transport et de stockage au profit de l'armée américaine,
1995 : vente par l'État de sa part dans le capital

Fondateurs État français (Loi du )
Forme juridique société anonyme à conseil d'administration
Siège social Paris XVe
Drapeau de France France
Direction Patrice BRES
Actionnaires Total            : 35,5 %
Pisto SAS   : 31,9 % (dont Macquarie 2/3 et BNP Paribas 1/3[1])
Esso           : 17,2 %
BP               : 6,6 %
PMF SAS   : 5,5 %
Salariés      : 3,1 %
Activité Transport d'hydrocarbures par conduites (code APE 4950Z)
Produits Ingénierie et transport par pipelines
Effectif 755 (au 31/12/2016)
Site web http://www.trapil.fr

Fonds propres 61 508 000 € (au 31/12/2016)
Dette 68 895 000 € (au 31/12/2016)
Chiffre d'affaires 168 429 000 € (au 31/12/2016)
- 2,80 % (2016/2015)
Résultat net 38 335 000 € (au 31/12/2016)
+8,04 % (2016/2015)

La société TRAPIL (Société des transports pétroliers par pipeline) est une entreprise française qui exploite des réseaux d'oléoducs pour le transport d'hydrocarbures liquides en France. Elle est née de la nécessité de transporter, par un moyen rapide, continu et bon marché, les produits pétroliers entre les raffineries de Basse-Seine et la région parisienne qui constitue aujourd'hui encore le plus important territoire de consommation de produits pétroliers en France, avec ce premier réseau nommé Le Havre-Paris (LHP). Trapil exploite également différents réseaux appartenant à des secteurs civil et militaire (PMR, ODC), pour un total de : 4700 km de lignes principales, 850 000 M3 de stockage, 160 installations de pompage et de livraison.

Historique[modifier | modifier le code]

Pose du DMM à Les Touches.
Le réseau de pipelines de l’OTAN en 1970.

Créée par la loi du 2 août 1949[2], la société TRAPIL est effectivement constituée le 22 décembre 1950. Elle avait alors pour objet « l'étude, la construction et l'exploitation du réseau d'oléoduc Le Havre-Paris (LHP)[3] ».

En même temps que l'exploitation de son propre réseau civil (LHP), TRAPIL a reçu pour mission d'étudier et de construire entre 1953 et 1962, puis d'exploiter et de gérer « par ordre et pour le compte de l'État » :

- les infrastructures du réseau des Oléoducs de Défense Commune (ODC)[4], réseau français des oléoducs d'Europe centrale de l'OTAN (CEPS). En 1970, la partie française du réseau CEPS comprend 2 179 km de pipeline, 17 dépôts de stockage d'une capacité de stockage de 510 000 m3. Les divisions 1 et 3 étaient alors gérées pour le compte de l'État français (SNOI) par la société Trapil et la division 2 dirigée par du personnel militaire[5]. Depuis 2005 ce réseau est regroupé en unité unique totalement exploité par Trapil.

  • - le pipeline Donges-Melun-Metz (DMM), conçus pour répondre aux préoccupations militaires de l'immédiat après-guerre. A l'origine propriété de l'armée américaine, le DMM a été rétrocédé en 1967 à l'État français, qui en a alors confié son exploitation à Trapil, y compris pour son utilisation civile. Un désaccord entre les États-Unis et la France entraîna, à effet du 31 août 1993, la cessation des activités de transport et de stockage et la cession à la France des installations du système DMM. À la suite d'un appel d'offres, le 1er octobre 1994, l'État français a concédé l'exploitation du DMM à la Société Française du Donges-Metz (SFDM), filiale de Bolloré Énergie[6] et créée à cet effet. Le 28 février 1995 un contrat délégua l'exploitation à Trapil. Il a ensuite été dénoncé et depuis le 1er janvier 1999 SFDM exploite seul ce réseau.

À partir du 1er janvier 1968, en parallèle avec l'exploitation de son réseau civil LHP et des réseaux militaires ODC[7] et DMM, TRAPIL s'est vue confier les opérations relatives à l'exploitation, à la surveillance et à l'entretien des installations appartenant à la Société des Pipelines Méditerranée-Rhône (SPMR)[8] destinées au transport des produits finis depuis le secteur de Fos-sur Mer vers la région Rhône-Alpes et la zone de Genève.

Activités[modifier | modifier le code]

Forte de son expérience, TRAPIL propose des activités de trois types :

  1. le transport d'hydrocarbures par pipeline pour son propre compte. Métier originel de TRAPIL, il englobe toutes les opérations liées à cette activité.
  2. le transport d'hydrocarbures pour le compte d'autrui. Il englobe uniquement l'exploitation, la maintenance et la surveillance du pipeline.
  3. le conseil et l'ingénierie dans les domaines du transport pétrolier par oléoduc :

Les oléoducs exploités par TRAPIL sont destinés au transport d'hydrocarbures liquides raffinés, transportés les uns à la suite des autres suivant un ordre préférentiel, sans interposition de séparateurs physiques. Ces hydrocarbures peuvent être regroupés dans les 4 familles suivantes :

Structure de la société[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1995, TRAPIL (société d'économie mixte) associait l'État et des organismes à caractère public ou soumis au contrôle financier de l'État, à des sociétés pétrolières. En 1995, l'État a vendu sa part dans le capital de TRAPIL à chacun des actionnaires détenant plus de 1 % du capital.

Le conseil d'administration est présidé par un président-directeur général (PDG) nommé par la société TOTAL. Siègent également :

  • deux commissaires de l'État français, chargés notamment de veiller à ce que les décisions prises soient conformes à la politique du gouvernement en matière de transports, de carburants et combustibles transportés, et enfin de protection de l'environnement ;
  • quatre représentants du comité d'entreprise de la société avec voix consultative.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pisto SAS, Les Échos, 2010
  2. Legifrance.gouv.fr Loi n° 49-1060 du 2 août 1949 relative à la construction d'un pipeline entre la Basse-Seine et la région Parisienne et à la création d'une société des transports pétroliers par pipelines, version consolidée au 21 juillet 1993
  3. TRAPIL.fr - Réseau maillé de pipelines Le Havre-Paris (LHP)
  4. TRAPIL.fr - Les réseaux des Oléoducs de Défense Commune (ODC)
  5. (en) Department of Defense appropriations for fiscal year 1971 : hearings before the Subcommittee of the Committee on Appropriations, United States Senate, Ninety-first Congress, second session, on H.R. [19590], Bureau d'impression du gouvernement des États-Unis, , 1064 p. (lire en ligne).
  6. Société.com - Données juridiques et financières sur la Société Française du Donges-Metz (SFDM)
  7. Ministère de la Défense - L'utilisation des réseaux oléoducs au Service des Essences des Armées, mise à jour du 17/01/2013
  8. TRAPIL.fr - Le réseau de Pipeline Méditerranée/Rhône (PMR)

Liens externes[modifier | modifier le code]