Alexis Vastine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alexis Vastine
Alexis Vastine en juillet 2008.
Alexis Vastine en juillet 2008.
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau : France Française
Date de naissance
Lieu de naissance Pont-Audemer (France)
Date de décès (à 28 ans)
Lieu de décès Villa Castelli (Argentine)
Taille 1,78 m (5 10)[1],[2]
Catégorie Poids super-légers
Palmarès
Professionnel Amateur
Combats 144
Victoires 122
Victoires par KO
Défaites 22
Matchs nuls
Sans décision
Titres amateurs Médaillé de bronze aux Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin (poids super-légers)

Médaillé d'argent lors des championnats d'Europe de Moscou en 2010 (poids welters)

Champion de France 2006, 2007 & 2009 (poids super-légers)

Alexis Vastine, né le à Pont-Audemer et mort le près de Villa Castelli en Argentine, est un boxeur français, médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Pékin 2008.

Candidat de l'émission de téléréalité Dropped, dont la diffusion est prévue sur TF1, il meurt dans un accident d'hélicoptère sur le tournage près de Villa Castelli dans la province de La Rioja, en Argentine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Alexis Vastine naît dans une famille de boxeurs. Son père, Alain, ancien vice-champion de France amateur en catégorie poids légers dans les années 1980, devenu entraîneur en Normandie, fonde le Boxing club Vastine et initie ses enfants à la pratique de son sport[2]. Alexis a un frère (Adriani) et trois sœurs (Cassie, Cindy et Célie) qui se distinguent tant au niveau national qu'international.

Alexis Vastine débute la boxe anglaise jeune[3]. Il monte sur le ring pour la première fois à l'âge de 6 ans en présentant la licence de son frère aîné[2]. Soutenu et entraîné par son père, il domine ses adversaires et boxe pour gagner dans les pas de son grand frère Adriani[3]. Le jeune prodige part de chez lui à 13 ans pour intégrer le pôle espoirs-juniors[3].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Premiers titres nationaux et compétitions internationales (2003-2007)[modifier | modifier le code]

Champion de France junior de boxe dans sa catégorie en 2003 et 2004, Alexis Vastine intègre l'équipe de France de boxe et commence à faire ses première compétitions internationales alors qu'il n'a pas vingt ans. En décembre 2005, il dispute le tournoi et remporte une médaille d'or aux Jeux de la Francophonie à Niamey au Niger[3].

Alexis est recruté par l'armée en août 2007[4] et intègre l'année suivante le 121e régiment du train à Montlhéry, peloton de commandement et de logistique[5], où il se forme au monitorat de sport[6],[7]. Il fait partie du Centre national des sports de la défense, successeur du Bataillon de Joinville, ce qui lui permet d'avoir des horaires adaptés pour s'entraîner correctement[8].

Médaille olympique et titre de champion du monde (2008)[modifier | modifier le code]

Alexis Vastine se hisse jusqu'en quarts de finale des championnats du monde amateur en novembre 2007 à Chicago, avant d'être battu par l'Anglais Bradley Saunders[9]. Cette performance lui permet d'obtenir son billet pour les Jeux olympiques de Pékin de 2008. Il fait partie des neuf boxeurs français engagées pour les Jeux de Pékin[9].

Concourant dans la catégorie des super-légers (moins de 64 kg), Alexis Vastine atteint les demi-finales du tournoi olympique en prenant le meilleur sur le boxeur mongol Munkh-Erdene Uranchimeg par 12 touches à 4 en quart[10]. Opposé au Dominicain Félix Diaz, Vastine mène le combat jusqu'à la fin de la troisième reprise (9-5). Le Dominicain se lance alors dans un pressing effréné. L’arbitre sanctionne Vastine une première fois, lui faisant perdre deux points. À dix-neuf secondes de la fin, l'arbitre décide de le sanctionner une seconde fois, l'accusant de s'être trop accroché[11]. Vastine s'incline finalement 10 à 12[11]. Agenouillé sur le ring, en pleurs à la fin du combat, le Normand de 21 ans, crie au scandale devant la télévision française[12]. L'entraîneur de l'équipe de France John Dovi déclare vouloir porter réclamation, mais l'Association internationale de boxe amateur fait savoir n'avoir reçu aucune protestation officielle dans les délais[12]. Le lendemain, Diaz est sacré champion olympique en dominant nettement le Thaïlandais Manus Boonjumnong sur le score de 12 à 4. Médaillé olympique, Vastine est reçu avec les autres sportifs médaillés au Palais de l'Élysée par le Président Nicolas Sarkozy[13]. Cette médaille lui permet de signer un contrat avec Adidas[14].

Fin novembre, lors des championnats du monde amateurs militaires à Bakou en Azerbaïdjan, Alexis Vastine fait son retour à la compétition depuis les Jeux olympiques[15]. Après des victoires contre l'Azéri Ramal Amanov, le Turc Avci Serder puis l'Ouzbek Ulugbek Holmutarov, il devient champion du monde militaire amateur en dominant le Biélorusse Yauheni Ramashkevich en finale sur le score de 14 à 2[15]. Il est élu meilleur boxeur du tournoi[15]. Le Normand enchaîne à la Coupe du monde de boxe amateur organisée à Moscou bien qu'il souffre d'une tendinite au coude[15].

En route pour Londres en passant par les World Series of Boxing (2009-2010)[modifier | modifier le code]

En novembre 2010, Alexis Vastine fait partie de l'équipe du Paris United pour les débuts de la World Series of Boxing, compétition entre boxeurs amateurs imaginée par l'Association internationale de boxe amateur (AIBA)[16],[17]. Sa sélection fait débat et les craintes s'élèvent sur sa participation dans ce tournoi, chez les poids moyens, en moins de 73 kg, cinq kilogrammes au-dessus de sa catégorie de poids olympique, qui pourraient le détourner de son objectif principal : la qualification olympique[17].

Olympiade de Londres (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2011, Vastine doit soigner une hernie discale[18]. En octobre, il est dominé par l'Ukrainien Taras Shelestyuk par 18 points à 11 en huitième de finale du tournoi des poids welters des Championnats du monde de boxe amateur 2011[19]. Son adversaire remporte le tournoi, lui permettant d'être repêché et qualifié pour les Jeux olympiques d'été de 2012[20]. Sa préparation olympique est tronquée par une multitude de blessures : fracture du petit doigt, tendinite au coude ou encore déchirures des muscles intercostaux[2],[18].

Qualifié pour le tournoi olympique des moins de 69 kg des Jeux de Londres, Alexis Vastine se brouille avec une partie de l'équipe de France avant le début de la compétition[21]. Certains boxeurs lui reprochent de chambrer, une partie de l'encadrement parle de jalousie vis-à-vis de sa médiatisation[21]. Absent du stage de cohésion organisé en juin chez les légionnaires de Castelnaudary pour se remettre de sa blessure au coude, Vastine met de côté les querelles internes pour se concentrer sur sa compétition[21]. Il a pour objectif de faire oublier les Jeux de Pékin et de devenir champion olympique douze ans après Brahim Asloum[18],[22]. Pour sa rencontre d'ouverture, le Français est opposé à l'Allemand Patrick Wojcicki qu'il bat 16 à 12[23]. En huitième de finale, il affronte le Mongol Tuvshinbat Byamba, boxeur au style fougueux et désordonné[21]. Crispé, dans un style de boxe qui ne lui plait pas, en recherche d'efficacité, il ne s'impose que d'un point sur le score de 13 à 12[21]. Au tour suivant, il est opposé à l'Ukrainien Taras Shelestyuk, champion du monde 2011 qui l'a battu par deux fois par le passé[21]. Après deux reprises disputées, Vastine semble prendre l'avantage dans la dernière reprise[24]. Pourtant, les arbitres jugent une nouvelle qualité pour un score total de 18 à 18 et déclarent Shelestyuk vainqueur par décision arbitrale[24]. La décision est contestée par Vastine et huée par le public londonien[24],[25]. L'Ukrainien semble également surpris par la décision[24]. Une double réclamation est faite par l'équipe de France — portant également sur le combat de Nordine Oubaali, éliminé la même soirée en quart de finale dans la catégorie moins de 52 kg — mais celle-ci est rejetée[26],[27].

Dépression et retour (2013-2014)[modifier | modifier le code]

La nouvelle déception et injustice arbitrale lui fait arrêter la boxe plusieurs mois jusqu'en janvier 2013[28]. Alexis Vastine envisage de passer professionnel mais les propositions qu'il a reçues ne l'ont pas intéressé[28]. S'il tente de reprendre l'entraînement pour se préparer pour les jeux méditerranéens et les championnats du monde, Vastine est contraint à l'arrêt par des douleurs au dos[2],[29]. Le boxeur choisit de faire une pause. Il plonge dans la dépression et les excès[30]. Il confesse tomber dans la malbouffe, la boulimie, l'alcool et avoir pensé au suicide[29],[30]. Dans ces moments difficiles, il passe plus de temps en boîte de nuit qu'à l'entraînement[2],[29]. Il pense même abandonner le sport pour faire du théâtre[2]. Nommé brigadier-chef dans le 121e régiment du train, il défile sur les Champs-Élysées le [4],[31],[32]. À la fin de l'année 2013, il s'installe à Lyon et décide de reprendre la compétition[29]. Le , il se fait opérer du coude et dès lors se remet au sport[33]. Décidé à perdre ses 13 kg superflus pour retrouver sa catégorie des poids welters, il s'isole à Bourges avec un préparateur physique[33]. Après plusieurs mois de reprise en main physique, il retrouve son punch, son style pur et sa boxe aérienne[34]. En juin 2014, il gagne pour la quatrième fois le championnat du monde militaire, au Kazakhstan[2],[35].

Mort[modifier | modifier le code]

Chapelle ardente à l'église de Pont-Audemer, en Normandie, sa ville natale.

Le , la sœur d'Alexis Vastine, Célie, meurt à vingt-et-un ans dans un accident de la route[2],[36],[37],[38].

Au début du mois de mars 2015, Alexis Vastine participe en Argentine au tournage de l'émission Dropped avec d'autres sportifs comme Alain Bernard, Jeannie Longo, Florence Arthaud, Sylvain Wiltord, Philippe Candeloro, Camille Muffat et Anne-Flore Marxer. Le jeu, produit par Adventure Line Productions, doit être diffusé sur TF1 et présenté par Louis Bodin. Le , à 140 km à l'ouest de La Rioja, sur le lieu du tournage, deux hélicoptères où ont pris place dix personnes, dont Camille Muffat, Alexis Vastine et Florence Arthaud, décollent et entrent en collision, tuant tous les passagers des deux appareils[39],[40].

Les obsèques d'Alexis Vastine se déroulent à Pont-Audemer le [41]. Pendant la cérémonie, les commerçants du centre-ville baissent leur rideau et apposant des affichettes avec le photo du sportif[41]. Le secrétaire d'État aux sports Thierry Braillard et l'ancienne ministre des sports Valérie Fourneyron sont présents, tout comme le champion olympique de judo Teddy Riner et le joueur de football Sylvain Wiltord, autre candidat de l'émission Dropped, des membres de l'équipe de France de boxe et des boxeurs locaux en t-shirts noirs à son effigie[41]. Son cercueil est porté par des boxeurs et des militaires[41]. La cérémonie est retransmise sur écran géant à l'extérieur de l'église[42].

Héritage[modifier | modifier le code]

La ville de Pont-Audemer a renommé le parc des sports et loisirs de la commune à son nom en juin 2015. D'autres municipalités nomment un complexe sportif en hommage au boxeur comme Dammartin-en-Goële en juin 2016[43] ou encore Magny-le-Hongre en septembre 2017[44].

En février 2016, Adriani Vastine est sacré champion de France amateur de boxe anglais dans la catégorie des moins de 75 kg[45].

En mars 2016, un livre hommage écrit par le journaliste Frédéric Veille intitulé Coup d'arrêt paraît aux éditions Michel Lafon[46]. La famille du boxeur participe à l'écriture du livre par des témoignages et souvenirs sur son parcours[46].

Son souvenir est mis en avant par plusieurs sportifs français aux Jeux olympiques de 2016 de Rio de Janeiro et tout particulièrement par l'équipe de France de boxe qui obtient lors de ces Jeux un total record pour le pays sur une édition de six médailles dont deux en or[47],[48].

L'acteur-chanteur Renan Mazéas lui dédie sa chanson Du côté de Vincennes[49].

En 2015, le ministère de la Défense renomme une de ses trophée annuel en trophée « brigadier-chef Alexis Vastine » en son honneur[50]. Ce prix récompense les performances sportives de l'année d'un sportif de haut-niveau membre de l'Armée française[50]. Le premier trophée remis sous ce nom fut pour Martin Fourcade[51].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du Monde[modifier | modifier le code]

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

  • Médaille de bronze, Europe Médaille de bronze lors des Championnats d'Europe Junior 2005, Estonie.
  • Médaille d'argent, Europe Médaille d'argent lors des Championnats d'Europe 2010 à Moscou, Russie.

Championnats de France[modifier | modifier le code]

  • Médaille d'or Médaille d'or lors des Championnats de France Junior 2003.
  • Médaille d'or Médaille d'or lors des Championnats de France Junior 2004.
  • Médaille d'or Médaille d'or lors des Championnats de France 2006.
  • Médaille d'or Médaille d'or lors des Championnats de France 2007.
  • Médaille d'or Médaille d'or lors des Championnats de France 2009.

Divers[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alexis Vastine », sur lequipe.fr (consulté le 30 juillet 2017).
  2. a b c d e f g h et i François Pédron, « Alexis Vastine, une vie de combats », sur parismatch.com, (consulté le 31 octobre 2018).
  3. a b c et d [vidéo] Rêves de médailles, documentaire réalisé par Stéphane Ferrara, juin 2009, passage de la 31e à la 35e minute.
  4. a b c d e et f Jean-Baptiste Marsaud, « Vastine au défilé du 14 juillet », sur ffboxe.com, (consulté le 1er novembre 2018).
  5. « Alexis Vastine, boxeur et militaire, tué dans l'accident d'hélicoptères en Argentine », lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr, 10 mars 2015
  6. « Boxe : Alexis Vastine serre les poings pour l'armée de Terre », sur défense.gouv.fr, (consulté le 10 mars 2015).
  7. TLS tout le sport, « Portrait du boxeur et militaire Alexis Vastine » [vidéo], INA, (consulté le 1er novembre 2018).
  8. « Champions... et militaires », sur leparisien.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  9. a et b « La preuve par neuf ? », sur eurosport.fr, (consulté le 31 octobre 2018).
  10. AFP, « Boxe : Alexis Vastine en demi-finale et déjà médaillé », Le Monde, (consulté le 31 octobre 2018).
  11. a et b « Alexis Vastine éliminé par l'arbitre », Le Parisien, (consulté le 31 octobre 2018).
  12. a et b « Boxe : fureur du clan français après l'élimination de Vastine », sur nouvelobs.com, (consulté le 31 octobre 2018).
  13. « Cocktail à l'Elysée pour les héros de Pékin », Le Parisien, (consulté le 31 octobre 2018).
  14. R.L., « Alexis Vastine : « Prouver que je suis le patron » », sur ffboxe.com, (consulté le 1er novembre 2018).
  15. a b c et d « Vastine Champion du Monde Militaires », sur ffboxe.com, (consulté le 31 octobre 2018).
  16. AFP, « Boxe: Brahim Asloum présente l'équipe française pour le championnat WSB », sur 20minutes.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  17. a et b Cédric Mathiot, « La boxe s’invente un nouveau ring », Libération, (consulté le 1er novembre 2018).
  18. a b et c Sylvie Marchal, « Vastine ou l'ambition plaquée or », sur bfmtv.com, (consulté le 1er novembre 2018).
  19. « Vastine : encore raté ! », sur bfmtv.com, (consulté le 1er novembre 2018).
  20. « Vastine ira aussi à Londres », sur bfmtv.com, (consulté le 1er novembre 2018).
  21. a b c d e et f Olivier Bertrand, « Alexis Vastine, dans les cordes de la discorde », sur liberation.fr, (consulté le 31 octobre 2018).
  22. Jean-Charles Barès, « JO 2012: Alexis Vastine veut oublier Pékin », sur lexpress.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  23. O.P., « Vastine passe en 8es », sur lequipe.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  24. a b c et d « Vastine : "Pourquoi ?" : Stoppé en quart de finale sur décision des juges, Alexis Vastine a quitté le ring en pleurs en criant à l'injustice. Comme en 2008. Sa réclamation a été rejetée. », sur eurosport.fr, (consulté le 31 octobre 2018).
  25. « Alexis Vastine, le boxeur maudit aux JO », sur LeMonde.fr,
  26. « JO. Boxe. La réclamation de la France rejetée », sur leparisien.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  27. Victor Dhollande-Monnier, « Vastine, une injustice de plus », sur Europe1.fr (consulté le 31 octobre 2018).
  28. a et b Philippe Court, « Vastine encaisse les coups », sur ledauphine.com, (consulté le 31 octobre 2018).
  29. a b c et d « Alexis Vastine, alcool et dépression : Un pan de ma vie s'est évaporée », sur purepeople.com, (consulté le 31 octobre 2018).
  30. a et b « Vastine : « J'ai connu la boulimie, la dépression et l'alcool » », L'Équipe,‎ .
  31. Frédéric Frangeul et Jeanne Daudet, « 14 Juillet: un médaillé olympique va défiler », sur europe1.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  32. « Le chagrin d'un père », Paris Match, (consulté le 14 août 2016).
  33. a et b « Alexis Vastine et son irrépressible «besoin» de boxer », sur lequipe.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  34. Nicolas Buzdugan, « Alexis Vastine, un mec qui valait de l'or », sur nouvelobs.com, (consulté le 1er novembre 2018).
  35. « 4e titre pour Vastine ! », sur ffboxe.com, (consulté le 31 octobre 2018).
  36. « Accident mortel de Célie Vastine : un an de prison ferme pour le conducteur », L'Éveil de Pont-Audemer, 21 janvier 2015
  37. « Le père d'Alexis Vastine : « On est une famille maudite » », BFM TV, 11 mars 2015
  38. « Crash en Argentine : Le père d'Alexis Vastine a « appris la mort de son fils à la télévision » », 20minutes.fr, 10 mars 2015
  39. « Crash en Argentine : Florence Arthaud et Camille Muffat parmi les huit Français tués », sur 20 minutes, (consulté le 10 mars 2015).
  40. (en) Aurelien Breeden et Jonathan Gilbert, « 3 French Athletes Are Mourned After Argentine Air Crash », The New York Times, (consulté le 1er novembre 2018).
  41. a b c et d AFP, « Emotion aux obsèques d’Alexis Vastine dans l'Eure », sur ledauphine.com, (consulté le 1er novembre 2018).
  42. Jean-Baptiste Bancaud, « Recueillement à Pont-Audemer pour les obsèques d'Alexis Vastine », sur tendanceouest.com, (consulté le 1er novembre 2018).
  43. Dominique Sarlabous, « Le gymnase s’appelle Alexis Vastine », sur magjournal77.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  44. A.M., « Magny-le-Hongre : la halle des sports portera le nom du boxeur Alexis Vastine », sur leparisien.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  45. André-Arnaud Fourny, « Championnats de France amateurs : émotion après la victoire d'Adriani Vastine », sur lequipe.fr, (consulté le 1er novembre 2018).
  46. a et b Jean-Christophe Lalay, « Alexis Vastine : le livre coup de poing », Ouest-France, (consulté le 1er novembre 2018), p. 15.
  47. AJ avec VD et MM, « JO 2016, boxe : le souvenir d’Alexis Vastine guide les Bleus, son père ne peut pas être plus fier », sur rmcsport.bfmtv.com,
  48. Stéphane Fouilleul, « Aux JO de Rio, les athlètes ont honoré la mémoire d'Alexis Vastine », sur leveildepontaudemer.fr,
  49. « Du côté de Vincennes », sur Youtube.com,
  50. a et b « Défense et sport paralympique : une collaboration qui se renforce », FRANCE PARALYMPIQUE - Comité paralympique & sportif français,‎ (lire en ligne)
  51. « Martin Fourcade reçoit le premier trophée "brigadier-chef Alexis Vastine" », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  52. Décret du 14 novembre 2008 portant promotion et nomination, legifrance.gouv.fr, 14 novembre 2008

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Veille, Coup d'arrêt, Michel Lafon, , 233 p. (ISBN 978-2749928388).

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • [vidéo] Rêves de médailles, documentaire réalisé par Stéphane Ferrara, juin 2009, 90 minutes.
  • [vidéo] 3ème round - Alexis Vastine, documentaire de Rudy Flochin de la série Intérieur sport, épisode 9 de la saison 8, février 2015.
  • [vidéo] Alexis Vastine, la préparation d'un champion, documentaire de la série Sport Confidentiel, diffusé sur L'Équipe 21, mars 2015, 14 minutes.

Liens externes[modifier | modifier le code]