Aller au contenu

Fabrice Guy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fabrice Guy
Image illustrative de l’article Fabrice Guy
Fabrice Guy.
Contexte général
Sport Combiné nordique
Période active 1987-1999
Biographie
Nom dans la langue maternelle Fabrice Guy
Nationalité sportive Française
Nationalité France
Naissance (55 ans)
Lieu de naissance Pontarlier, Doubs
Taille 173 cm
Poids de forme 63 kg
Surnom La Guêpe
Club Douanes
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 1 0 1
Championnats du monde 0 1 1
Coupe du monde (globes) 1 0 0
Coupe du monde (épreuves indiv.) 6 2 2

Fabrice Guy, né le à Pontarlier (Doubs), est un spécialiste français du combiné nordique, une discipline qui comprend un concours de saut à ski et une course de ski de fond de 15 km. Membre de l'équipe de France, il est porte-drapeau et sacré champion olympique de sa discipline lors des Jeux olympiques d'hiver de 1992 à Albertville (France). Il remporte également la médaille de bronze par équipe lors des Jeux olympiques d'hiver de 1998 à Nagano (Japon). Il fait partie de la promotion 2015 des gloires du sport.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et vie familiale[modifier | modifier le code]

Sa famille est originaire de Mouthe[1]. Son grand père est agriculteur sur la commune[1]. Cependant les autres membres de sa famille sont des skieurs[2],[1], il est initié au ski alpin par sa mère, au ski de fond par son père (champion de France du 50 km en 1972) et au saut à ski par son oncle[1].

Paris Match paie l'intégralité des frais de son mariage afin d'obtenir l'exclusivité de celui-ci[3]. Il a une fille et trois fils : Eliott, Edgar, Capucine et Samuel, ancien membre des équipes B de combiné nordique qui a pris sa retraite en 2016[4].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Il est entraîné, ainsi que Sylvain Guillaume, à leurs débuts par Georges Bordat[5],[6].

Dès l'annonce de l'obtention des Jeux olympiques d'hiver de 1992 à Albertville le , les entraîneurs et athlètes de l'équipe de France de combiné nordique se fixent l'objectif de remporter la médaille d'or en 1992[7]. L'équipe de France est entraînée par Jacques Gaillard et Éric Lazzaroni[1]. Il fait ses débuts internationaux en 1987, dans la Coupe du monde à Autrans avec une septième place.

L'hiver suivant, il participe à ses premiers jeux olympiques à Calgary avec Francis Repellin, Jean-Pierre Bohard (en) et Gilles Ziglioli[8]. Il manque la cérémonie d'ouverture mais il se classe 20e de la course individuelle[9]. L'hiver suivant, il obtient son premier podium en coupe du monde à Lake Placid[10]. Lors des hivers 1990 et 1991, il signe trois nouveaux podiums en coupe du monde[10].

Lors de l'hiver 1991-1992, il remporte quatre victoires lors des cinq courses de coupe du monde disputées[11] et devient le premier Français à avoir remporté la Coupe du monde de la discipline en 1992 grâce à six succès dans des épreuves. Jason Lamy-Chappuis ne lui a succédé qu'en 2010.

Sacre olympique (1992)[modifier | modifier le code]

Il est choisi par le CNOSF pour être le porte-drapeau de la délégation française à l'occasion des Jeux olympiques d'hiver de 1992 à Albertville[11]. Cependant, trois semaines avant le début des Jeux, il se blesse à un genou lors d'un match de football[11]. Il souffre d'une lésion du latéral interne mais les entraîneurs de l'équipe de France préfèrent ne pas lui annoncer la gravité de sa blessure[11]. Le , il parvient à se classer troisième lors du concours de saut avec 222,1 pts derrière le Japonais Reiichi Mikata et l'Autrichien Klaus Ofner. Le lendemain, il termine largement en tête la course de 15 km à ski de fond, lui permettant de remporter la médaille d'or devant son compatriote Sylvain Guillaume, un autre franc-comtois[12]. Lors de l'épreuve par équipes disputées les 16 et 17 février, il décroche une 4e place avec ses coéquipiers Sylvain Guillaume et Francis Repellin.

Deuxième médaille olympique et fin de carrière (1998-1999)[modifier | modifier le code]

Lors des Jeux olympiques d'hiver de 1998 disputés à Nagano, au Japon, il remporte une médaille de bronze dans l'épreuve par équipe avec Nicolas Bal, Sylvain Guillaume et Ludovic Roux mais termine seulement à la 29e place en individuel. Il prend sa retraite sportive en 1999.

Reconversion[modifier | modifier le code]

Fabrice Guy est douanier. Il participe également à l'organisation d'épreuves sportives et entraîne les jeunes sauteurs sur le tremplin de Chaux-Neuve.

Il est consultant pour France Télévisions aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014, de PyeongChang en 2018 et de Pékin en 2022 pour les épreuves de combiné nordique et de saut à ski[13],[14],[15].

Il est également le parrain de Nordic Magazine, publication trimestrielle consacrée aux disciplines sportives nordiques[16].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Calgary 1988 Albertville 1992 Lillehammer 1994 Nagano 1998
Individuel 20e Médaille d'or, Jeux olympiques Or 17e 24e
Par équipes 8e 4e 6e Médaille de bronze, Jeux olympiques Bronze

Championnats du monde de ski nordique[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Val di Fiemme 1991 Trondheim 1997 Ramsau 1999
Individuel Médaille de bronze, Coupe du Monde Bronze 39e
Par équipes Médaille d'argent, Coupe du Monde Argent 4e

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Vainqueur de la Coupe du monde 1992.
  • 10 podiums dont 6 victoires.

Victoires[modifier | modifier le code]

Année Lieu
1992 Štrbské Pleso, Courchevel, Schonach, Murau, Trondheim & Oslo

Coupe du monde B[modifier | modifier le code]

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Vidal, Jeux Olympiques d'hiver : La belle histoire des champions français, Jacob-Duvernet, , 128 p. (ISBN 978-2-84724-494-6)
  • Philippe Cheviet, Fabrice Guy, Édition de l'Alchimie, , 196 p.
  • [vidéo] Pierre Bourquin, Itinéraire d'un champion... [Images animées] : voyage dans le monde du saut, Syndicat mixte de Mouthe (lire en ligne)
  • Gilles Chappaz et Bruno Kauffmann, Le jour J.O. : comment ils sont devenus champions olympiques, , 359 p. (BNF 45391186), p. 111-124
  • Gérard Ferrand, Les années podiums, (BNF 40176550), p. 221

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Gilles Chappaz et Bruno Kauffmann 2017, p. 113.
  2. « Mon père était champion de France de ski de fond, son frère champion de France de saut, ma sœur championne de France, ma mère monitrice de ski... » - Fabrice Guy, sur le plateau de l'émission Hors Piste, sur Eurosport, 10 février 2013
  3. Gilles Chappaz et Bruno Kauffmann 2017, p. 124.
  4. Yvan Goepfert, « Samuel Guy stoppe sa carrière en combiné nordique: « J’ai pris un gros coup après la Coupe du Monde à Chaux-Neuve » », sur estrepublicain.fr, .
  5. Dino Di Meo, « Hommage à Jo Bordat, flamme du combiné nordique français », sur liberation.fr, .
  6. « Une pensée pour Jo Bordat », sur nordicmag.info, .
  7. Gilles Chappaz et Bruno Kauffmann 2017, p. 112.
  8. Gilles Chappaz et Bruno Kauffmann 2017, p. 115.
  9. « Guy, héros improbable du terroir français », sur olympic.org.
  10. a et b Gilles Chappaz et Bruno Kauffmann 2017, p. 116.
  11. a b c et d Gilles Chappaz et Bruno Kauffmann 2017, p. 117.
  12. « 20 ans après les J.O. d’Albertville De beaux souvenirs pour Fabrice Guy et Sylvain Guillaume », L’Hebdo du Haut-Jura,‎ du 29 mars au 12 avril 2012, p. 4 (lire en ligne).
  13. Dino Di Meo (photogr. Pierre Abensur), « Les petits sauteurs le prennent de haut », Libération, no 10179,‎ , p. 28-29 (ISSN 0335-1793, lire en ligne)
  14. « Découvrez le dispositif de France Télévisions pour suivre les JO de PyeongChang ! », sur www.sport-tv.org, (consulté le )
  15. Nicolas Messant, « Jeux Olympiques Pékin 2022 : Le dispositif complet de France Télévisions », sur www.mediasportif.fr, (consulté le ).
  16. Mention de Fabrice Guy comme parrain sur le site de Nordic Magazine