Marit Bjørgen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marit Bjørgen Cross country skiing pictogram.svg
Marit Bjørgen 2009.jpg
Marit Bjørgen en 2009.
Contexte général
Sport Ski de fond
Période active de 1999 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la Norvège Norvège
Naissance (35 ans)
Lieu de naissance Trondheim
Taille 168 cm
Poids de forme 64 kg
Surnom Gull-Marit[1]
Club Rognes IL
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 6 3 1
Championnats du monde 14 5 3
Coupe du monde (globes ind.) 10 10 2
Coupe du monde (épreuves ind.) 75 25 13
* Dernière mise à jour : 15 mars 2015

Marit Bjørgen, née le à Trondheim, est une fondeuse norvégienne qui a commencé sa carrière en 1999. Elle est l'une des meilleures fondeuses de l'histoire. Avec dix médailles olympiques dont six titres en 2010 et 2014, elle est l'athlète féminine la plus couronnée des Jeux olympiques d'hiver.

Marit Bjørgen compte également à son palmarès vingt-deux médailles aux Championnats du monde dont quatorze titres entre 2001 et 2015, et trois gros globes de cristal en 2005, 2006 et 2012. En Coupe du monde, elle compte 151 podiums dont 92 victoires depuis 2003[2],[3], ce qui constitue le record des disciplines disputées sous l'égide de la Fédération internationale de ski. Il s'agit également de la fondeuse avec le plus grand nombre de victoires en sprint avec vingt-huit succès. Elle présente l'un des plus beaux palmarès du ski de fond. Elle a fini par remporter le Tour de ski en 2015, avec ce trophée, elle a quasiment tout remporté en ski de fond.

Carrière[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

En mars 1999, elle termine à la huitième place du cinq kilomètres classique des Championnats du monde junior disputés à Saalfelden.

Lors de la saison suivante, elle fait ses débuts en Coupe du monde à Engelberg sur une épreuve de sprint, terminant trente-neuvième. Elle dispute également les épreuves de Garmisch-Partenkirchen et Kitzbuehel. Lors des championnats du monde juniors, elle termine trente-septième du cinq kilomètres et vingt-et-unième du sprint. Elle dispute encore deux épreuves de Coupe du monde, à Oslo, terminant quarante-sixième du sprint et quarante-deuxième du trente kilomètres classique.

En 2000-2001, elle obtient ses premiers podiums sur des courses FIS, avec une troisième et une deuxième place à Lillehammer, puis une première victoire à Beitostølen. En parallèle, elle continue d'évoluer en Coupe du monde. Elle dispute ses premiers championnats du monde, à Lahti, où elle termine dix-neuvième du dix kilomètres poursuite, et vingt-quatrième du dix kilomètres classique.

Premiers succès en sprint[modifier | modifier le code]

Elle remporte sa première victoire en Coupe du monde lors de la première course de la saison 2002-2003, lors du sprint libre de Düsseldorf. Sa deuxième victoire est également obtenue sur une course disputée selon ce format, à Clusone[4]. Lors de l'étape suivante disputée à Cogne, elle obtient un premier résultat probant sur les courses de distances avec une cinquième place de la course en ligne sur quinze kilomètres classique, puis obtient son troisième podium avec une deuxième place en sprint classique. Elle obtient un nouveau podium à Ramsau avec une deuxième place sur la poursuite 2 × 5 kilomètres derrière sa compatriote Bente Skari[5]. Elle remporte une troisième victoire en s'imposant sur le sprint classique de Reit im Winkl[6].

Lors des Mondiaux de Val di Fiemme, elle remporte son premier titre mondial en s'imposant devant l'Allemande Claudia Künzel et sa compatriote Hilde Gjermundshaug Pedersen[7]. Elle fait également partie du relais norvégien, avec Anita Moen, Hilde G. Pedersen et Vibeke Skofterud qui remporte la médaille d'argent, devancé par l'Allemagne.

Après les championnats du monde, elle termine une nouvelle fois sur un podium, à Borlänge lors du sprint libre. Cela lui permet de remporter la Coupe du monde de sprint devant Bente Skari. Cette dernière remporte le classement général de la Coupe du monde, où Marit Bjørgen termine au sixième rang.

Après plusieurs victoires en équipe, relais ou Team sprint[8]. Elle remporte sa première victoire individuelle de la Coupe du monde 2003-2004 sur le sprint classique de Val di Fiemme, puis à Nove Mesto sur le sprint libre et le sprint classique de Stockholm. Troisième d'un dix kilomètres classique à Umea, elle remporte tous les sprints jusqu'à la fin de la saison : libre à Trondheim et classique à Drammen, puis libre à Lahti et Pragelato. Avec 745 points, elle remporte la Coupe du monde de sprint, terminant deuxième du classement général avec 1 139 points derrière l'Italienne Gabriella Paruzzi[9].

Domination en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Elle entame la saison 2004-2005 par quatre victoires lors des quatre courses qu'elle dispute, un sprint, un sprint par équipe, un dix kilomètres classique et un relais. Après une quatrième puis une troisième place, elle enchaîne par trois nouvelles victoires, un sprint, un sprint par équipe et une poursuite. Elle obtient encore cinq podiums en cinq courses, dont trois victoires, puis une autre deuxième place avant de disputer les Championnats du monde 2005 d'Oberstdorf.

Lors de ceux-ci, elle est éliminée dès les qualifications lors du sprint. Elle termine ensuite troisième du dix kilomètres libre, course remportée par la Tchèque Kateřina Neumannová[10]. Lors de la poursuite, elle est devancée par la Russe Julija Tchepalova[11]. Après ses deux médailles individuelles, elle s'avère décisive dans la victoire de l'équipe norvégienne, également composée de Vibeke Skofterud, Hilde Pedersen et Kristin Størmer Steira, dans la course du relais, 2 × 5 kilomètres en classique puis 2 × 5 kilomètres en libre. Sa dernière rivale pour la victoire, la Russe Julija Tchepalova, est lâchée lors de la dernière côte à neuf cent mètres de l'arrivée[12]. Lors du sprint par équipe, course qui figure pour la première fois au programme de mondiaux, elle concoure avec Hilde Gjermundshaug Pedersen et s'impose devant la Finlande et la Russie[13]. Elle remporte enfin un titre mondial lors de ces mondiaux en s'imposant sur le trente kilomètres classique départ en ligne, en devançant la Finlandaise Virpi Kuitunen et la Russe Natalia Baranova-Masolkina[14].

Peu après ces championnats, elle est assurée de remporter le classement général de la Coupe du monde après une course à Lahti où elle absente car elle est alors souffrante : l'Estonienne Kristina Šmigun, septième, ne peut désormais alors plus la rejoindre[15]. Cette victoire s'explique en partie par sa domination sur le sprint, où elle remporte le globe de spécialité avec cinq victoires[15]. Elle remporte également la Coupe du monde de distance en devançant Kateřina Neumannová. Elle remporte encore trois victoires durant cette fin de saison, dont le trente kilomètres classique disputé à Oslo.

Deux skieuses de fond, l'une derrière l'autre, en haut d'une montée.
Marit Bjørgen en janvier 2006

Marit Bjørgen domine le début de la saison suivante, en remportant les cinq premières courses de la Coupe du monde, un sprint, un sprint par équipes, deux dix kilomètres classique et un relais[16]. Après une quatrième place, elle remporte encore une poursuite, à Vernon. Son seul podium lors d'un course individuelle avant les Jeux olympiques de Turin est une troisième place lors du quinze kilomètres libre, disputé en mass-start, derrière Neumannová et Tchepalova[17]. Lors des Jeux, après un abandon lors de la poursuite, course remportée par l'Estonienne Kristina Šmigun, en raison de maux à l'estomac[18], elle remporte la médaille d'argent du dix kilomètres classique, terminant à 21,3 secondes de Kristina Šmigun, sa compatriote Hilde G Pedersen obtenant la médaille de bronze[19]. Elle termine cinquième avec le relais norvégien puis dix-huitième du sprint. Elle ne dispute pas le trente kilomètres, toujours gênée par ses problèmes d'estomac[20]. Lors des sept dernières courses individuelles de Coupe du monde, elle termine trois fois sur podium, victoire sur le quarante-cinq kilomètres de Mora[21],[22], deuxième et victoire sur des sprints libres. Elle remporte la Coupe du monde de sprint avec 394 points, et termine quatrième du classement des courses de distances, remportant le classement général avec 1 036 points, devant la Canadienne Beckie Scott[23].

Période creuse[modifier | modifier le code]

En 2006-2007, elle remporte la première épreuve de sprint de la saison en s'imposant à Duesseldorf devant la Russe Natalia Matveeva[24], remportant également le lendemain l'épreuve de sprint par équipe avec Ella Gjoemle. Sa troisième victoire de la saison a lieu à Gaellivare où remporte le relais avec l'équipe norvégienne après une troisième place la veille lors du dix kilomètres libre. À Kuusamo, elle termine deux fois sur le podium, lors du sprint classique avec une deuxième place et sur le dix kilomètres classique avec une troisième place.

Après une victoire lors de la première course du Tour de ski 2006-2007[25], elle craque lors de la deuxième course, terminant vingt-cinquième, abandonnant la première position du classement général au profit de sa compatriote Kristin Steira[26]. Après une onzième place d'un dix kilomètres classique, elle termine deuxième d'un sprint, puis troisième d'un quinze kilomètres course en ligne. Malgré un seizième temps lors de la dernière course, un dix kilomètres disputé sous la forme d'une poursuite et se terminant par une montée d'une piste de ski alpin, l'Alpe Cermis (it), elle termine deuxième du classement général, derrière la Finlandaise Virpi Kuitunen[27].

Lors des mondiaux de Sapporo, elle se fait éliminer dès les quarts de finale du sprint, épreuve remportée par sa compatriote Astrid Jacobsen[28]. Avec cette dernière, elle remporte la médaille de bronze du sprint par équipe[29]. Douzième de la poursuite, puis vingt-deuxième du dix kilomètres, elle termine troisième du relais également composé de Vibeke Skofterud, Kristin Størmer Steira et Astrid Jacobsen[30]. Lors de la dernière épreuve, un trente kilomètres classique, elle termine neuvième. Après ces mondiaux, elle obtient son seul podium individuel lors de la poursuite de Falun, dernière épreuve individuelle de la saison, où elle remporte la victoire devant Kateřina Neumannová[31],[32]. Avec 941 points, elle termine deuxième du classement général de la Coupe du monde derrière Virpi Kuitunen.

Deuxième du sprint de Duesseldorf, elle remporte trois victoires avant la fin de l'année 2007, lors du dix kilomètres libre de Beitostoelen, où elle remporte une victoire avec le relais norvégien, et le dix kilomètres classiques de Kuusamo. Lors du tour de ski, elle prend la tête après la deuxième course, un dix kilomètres libre où elle termine à la troisième place[33], puis la conserve au terme de la course suivante avec une troisième place lors d'un sprint[34]. Elle abandonne cette position de leader du classement après la course suivante, une poursuite, où elle termine avec le vingt-septième temps pour occuper désormais le neuvième rang du classement général[35]. Vingtième le lendemain, elle termine ensuite vingt-et-unième lors du sprint disputé à Asiago. Elle déclare ensuite forfait lors de la course suivante[36]. Lors de son retour sur le circuit de la Coupe du monde, elle termine septième à otepaa[37]. Elle termine ensuite neuvième, puis remporte le Team sprint avec Astrid Jacobsen. Celle-ci la devance lors de la poursuite de Falun[38],[39]. Elles font toutes les deux partie du relais norvégien qui l'emporte le lendemain, toujours à Falun. Elle ne parvient ensuite plus à terminer sur un podium de Coupe du monde. Elle termine à la onzième place du classement général.

Elle entame sa saison suivante par une deuxième et une première place à Gaellivare, respectivement sur le dix kilomètres libre, puis le relais. Elle obtient ensuite trois troisièmes place, à Kuusamo et Davos, deux dix kilomètres classique et un sprint. Sur le tour de ski, ses meilleurs résultats sont une deuxième place, lors de la poursuite en technique classique, départ avec handicap, et une troisième place lors d'un neuf kilomètres classique. Elle termine finalement dixième du classement général de ce tour. Lors des mondiaux de Liberec, elle termine neuvième du sprint, seizième du dix kilomètres, dix-neuvième de la poursuite et quatrième du relais. Sur l'ensemble de la saison, elle obtient cinq podiums, individuels ou collectifs, et n'obtient aucune victoire individuelle.

De nouveau dominante[modifier | modifier le code]

Après une saison sans victoire, elle remporte sa première course disputée en Coupe du monde en s'imposant sur le dix kilomètres de Beitostoelen, disputé en style libre. Elle obtient son deuxième podium individuel avec une deuxième place lors du sprint libre de Davos. La semaine suivante, elle remporte un nouveau sprint, disputé en classique, à Rogla. Elle obtient le lendemain la deuxième place de la poursuite. Comme d'autres skieuses, telles que les Suédoises Charlotte Kalla et Anna Haag, l'Estonienne Kristina Šmigun et la Russe Irina Khazova[40], elle décide de pas disputer le Tour de ski, préférant se consacrer à la préparation aux Jeux olympiques. À Otepää, lors de la dernière épreuve de Coupe du monde qu'elle dispute avant ceux-ci, elle termine deuxième du dix kilomètres.

Elle participe pour la troisième fois à une compétition olympique lors des Jeux de Vancouver. La première course féminine, le dix kilomètres, est remportée par la Suédoise Charlotte Kalla qui devance l'Estonienne Kristina Šmigun, Marit Bjørgen terminant à la troisième place à 15,9 secondes[41]. Cette dernière remporte son premier titre olympique en remportant le sprint, disputé en style classique. Elle devance Justyna Kowalczyk et la Slovène Petra Majdič[42]. Lors de la course suivante, disputée en poursuite, cinq kilomètres en classique puis cinq kilomètres en style libre, elle s'échappe sur la partie de libre pour s'imposer devant la Suédoise Anna Haag et Justyna Kowalczyk[43]. Lors du relais, où elle est associée à Skofterud, Johaug et Steira, elle se sépare rapidement de l'Italienne Sabina Valbusa pour terminer seule et remporter son troisième titre personnel, la Norvège s'imposant devant l'Allemagne et la Finlande[44],[45]. La dernière course féminine de ces Jeux se dispute sur un 30 kilomètres classique. Kowalczyk et Bjørgen sont seules en tête au moment d'entamer le dernier tour de cinq kilomètres. La Polonaise tente de lâcher son adversaire dans la dernière côte mais toutes deux atteignent ensemble la dernière ligne droite où Kowalczyk s'impose finalement avec un demi-ski d'avance[46]. La Finlandaise Aino Kaisa Saarinen termine troisième. Lors de ces jeux, une polémique l'oppose à la Polonaise : celle-ci déclare que sa rivale, sans l'apport d'un médicament pour l'asthme, ne s'imposerait pas face à elle ni face aux autres skieuses[47]. La Norvégienne est autorisée de prendre celui-ci par la Fédération internationale de ski et l'Agence mondiale antidopage[48].

Après la compétition olympique, elle remporte l'ensemble des épreuves de Coupe du monde auxquelles elle participe : un quinze kilomètres poursuite et un relais à Lahti, un sprint à Drammen, le trente kilomètres et le sprint d'Oslo, puis les finales de la Coupe du monde disputées à Falun. Elle est devancée par Justyna Kowalczyk au classement général de la Coupe du monde.

Après avoir remporté la première épreuve de Coupe du monde, un dix kilomètres libre à Gällivare, elle remporte la première édition du Nordic Opening, nouvelle épreuve organisée par la Fédération internationale de ski, sous la forme d'un mini-tour composé de trois étapes, dont elle remporte les deux premières[49]. Elle continue de dominer la saison en remportant trois autres victoires, deux à Davos et le quinze kilomètres libre départ en ligne de La Clusaz[50]. Elle ne dispute pas le tour de ski pour se préparer pour les mondiaux d'Oslo[51]. Après celui-ci, et avant les mondiaux, elle remporte deux nouvelles courses, les dix kilomètres classiques de Otepää et Drammen.

Skieuse sur un podium, levant une coupe en verre de la main droite.
Marit Bjørgen, victorieuse de la poursuite des mondiaux d'Oslo.

Elle entame les mondiaux, disputés à domicile à Oslo-Holmenkollen par une victoire sur l'épreuve du sprint, devant l'Italienne Arianna Follis et la Slovène Petra Majdič. À cette occasion, elle remporte son cinquième titre mondial, mais également la centième médaille d'or d'un représentant de l'équipe norvégienne lors de l'histoire des mondiaux de ski nordique[52],[53]. Deux jours plus tard, lors de la poursuite, elle s'impose face à la Polonaise Justyna Kowalczyk et une autre Norvégienne Therese Johaug[54]. Le dix kilomètres disputé en style classique voit les deux premières de la course précédente terminer dans le même ordre, la Finlandaise Aino Kaisa Saarinen prenant la troisième place[55]. Elle décide ensuite de ne pas participer au Team Sprint pour se concentrer sur les deux dernières épreuves de la compétition[56]. Après avoir remporté un quatrième titre, avec le relais norvégien, également composé de Vibeke Skofterud, Therese Johaug et Kristin Steira[57], elle est privée d'un cinquième titre, en autant d'épreuve disputée, par sa compatriote Therese Johaug qui remporte le 30 kilomètres libre devant Bjørgen[58].

Peu après ces mondiaux, elle rejoint Elena Välbe, qui détient le record de victoires en Coupe du monde avec quarante-cinq[59]. Elle termine sa saison en remportant deux des quatre épreuves disputées dans le cadre des finales de la coupe du monde, à Falun, notamment la troisième disputée sur un dix kilomètres poursuite où elle s'assure pratiquement de la victoire finale avant la dernière épreuve[60], un dix kilomètres libre avec handicap[61]. Cette quarante-sixième victoire en Coupe du monde lui permet de devancer Välbe, mais également de rejoindre Bjørn Dæhlie en tête du classement de nombre de victoires en Coupe du monde, hommes ou femmes confondus[62]. Elle termine finalement deuxième du classement général de la Coupe du monde derrière Justyna Kowalczyk, celle-ci la devançant sur le classement des courses de distance, Bjørgen terminant également quatrième du classement des sprints.

Elle entame sa saison 2011-2012 comme la saison précédente en s'imposant lors de la première course, puis lors du Nordic Opening et ensuite le quinze kilomètres libre de Davos. Cette saison ne comptant pas de compétitions majeures telles que les Jeux olympiques ou des championnats du monde, le Tour de ski 2011-2012, qu'elle n'a encore jamais gagné, est l'objectif majeur de sa saison[63]. Lors des trois premières courses de celui-ci, elle est devancée par Justyna Kowalczyk. Marit Bjørgen remporte les quatre courses suivantes, dont le quinze kilomètres libre[64]. La Polonaise reprend la tête du classement de ce tour en s'imposant ensuite sur le dix kilomètres classique départ en ligne, remportant finalement l'épreuve en terminant avec le deuxième temps derrière Therese Johaug lors de la dernière course. Marit Bjørgen, termine finalement deuxième du Tour[65].

Après deux deuxièmes places à Otepää, elle renoue avec la victoire à Rybinsk, lors du dix kilomètres libre, puis termine troisième du skiathlon. Elle remporte deux nouvelles victoires à Nove Mesto na Morave, sur un quinze kilomètres classique en mass-start, puis avec le relais norvégien. Après une vingt-deuxième place en sprint, elle termine deuxième d'un dix kilomètres classique. À Lahti, elle termine deuxième du skiathlon puis remporte le sprint classique. Elle remporte la course suivante, un nouveau sprint classique, puis le trente kilomètres classique mass-start d'Oslo. Elle s'assure de remporter sa troisième Coupe du monde générale en remportant sa cinquante-cinquième victoire en Coupe du monde lors des finales de la Coupe du monde de Falun, où elle remporte les deux premières des trois courses de ce mini-tour[66],[67].

Avant le début de la saison 2012-2013, Bjørgen reçoit le titre de la sportive préférée des Norvégiens devant Therese Johaug et Petter Northug[68]. Annoncée comme favorite à sa propre succession en Coupe du monde, elle effectue un début de saison idéal en remportant lors de l'ouverture de la Coupe du monde le dix kilomètres de Gaellivare, son cinquante-sixième succès en Coupe du monde devant Johaug et Kikkan Randall[69]. Nation numéro un de ski de fond, la Norvège remporte derrière le relais quatre fois cinq kilomètres de Gällivare où Bjørgen est la dernière relayeuse (elle est accompagnée de Johaug, Vibeke Skofterud et Martine Ek Hagen), il s'agit de la cinquième victoire d'affilée du relais norvégien à cette épreuve inscrite à la Coupe du monde (après 2004, 2006, 2008 et 2010)[70]. Vient alors le Nordic Opening 2012, la compétition, composée de trois étapes et intégrée à la Coupe du monde, débute par un sprint et un cinq kilomètres remportés par Bjørgen qui prend la tête de ce mini tour dont elle a remporté les deux premières éditions (2010 et 2011)[71]. Dans la dernière étape, elle fait le grand chelem en alignant une nouvelle victoire et s'impose dans ce mini tour devant Justyna Kowalczyk et Heidi Weng[72]. Elle lance parfaitement sa saison en gagnant dans toutes les épreuves auxquelles elle a pris part.

En raison d'irrégularités du rythme cardiaque, elle déclare forfait pour l'édition 2013 du Tour de ski[73]. Elle fait son retour sur la Coupe du monde en s'imposant à La Clusaz sur dix kilomètres classique avec départ en ligne, course où elle devance Johaug et Kowalczyk[74].

Trois skieuses, montrant aux photographes leurs médailles
De gauche à droite, Kowalczyk, Bjørgen et Johaug sur le podium
du 30 km des mondiaux 2013.

Pour la première course des mondiaux de Val di Fiemme, elle conserve son titre mondial du sprint en s'imposant face à la Suédoise Ida Ingemarsdotter et sa compatriote norvégienne Maiken Caspersen Falla[75]. Elle s'impose de nouveau lors de la course suivante, sur le skiathlon, devançant ses compatriotes Therese Johaug et Heidi Weng[76]. Johaug prive Marit Björgen d'un troisième titre en trois courses en s'imposant sur le dix kilomètres[77],[78]. Lors du relais quatre fois cinq kilomètres, disputés en deux relais classique et deux relais en libre, l'équipe norvégienne composée de Heidi Weng, Therese Johaug, Kristin Størmer Steira et Marit Bjørgen remporte le titre mondial[79]. Pour la dernière course féminine des mondiaux, Bjørgen s'impose face à la Polonaise Justyna Kowalczyk, remportant ainsi son quatrième titre lors de ces mondiaux, le douzième depuis le début de sa carrière[1].

Après deux deuxièmes places à Lahti, sur le sprint libre et le dix kilomètres classique, elle renoue avec la victoire lors de la deuxième course des finales de la Coupe du monde[80], puis remporte la course suivante, disputée en mass-start, triomphant finalement dans ce mini-tour devant Therese Johaug et Charlotte Kalla[81]. Cela porte son nombre de victoires en Coupe du monde à cinquante-neuf[81], son bilan étant également de quatre-vingt-onze podiums en 186 courses. Elle termine finalement quatrième de la Coupe du monde, celle-ci étant remportée par Justyna Kowalczyk[81].

Éliminée dès les quarts de finale du sprint puis deuxième du dix kilomètres classique derrière Justyna Kowalczyk, elle remporte finalement le Nordic Opening, première épreuve de la Coupe du monde 2013-2014 en s'imposant lors de la poursuite, dernière épreuve de celui-ci, devançant au sprint la Suédoise Charlotte Kalla et sa compatriote Therese Johaug[82]. Après une troisième place lors d'un dix kilomètres classique à Lillehammer derrière Justyna Kowalczyk et Charlotte Kalla, elle remporte les deux courses du week-end suivant disputées à Davos, d'abord un quinze kilomètres libre chronométré, devant Johaug et Kalla[83], puis un sprint, toujours en style libre, où elle s'impose de quelques centimètres face à l'Américaine Kikkan Randall. Elle est la grande favorite du Tour de ski, d'autant que la Polonaise Justyna Kowalczyk décide de ne pas participer à l'épreuve le jour du prologue, première course de la compétition, en raison du changement du programme des courses pour un manque d'enneigement[84]. Elle répond à ces pronostics en s'imposant lors de ce prologue. Lors de la deuxième course, elle atteint la finale du sprint, terminant finalement cinquième. Lors de la course suivante, disputée également sur un sprint libre, elle est éliminée en quart de finale. Elle décide alors de mettre à un terme à sa participation au tour, gênée par des problèmes intestinaux[85]. Elle fait son retour sur les piste de la Coupe du monde à Toblach, dernière étape avant les Jeux olympiques. Elle remporte les deux courses, un dix kilomètres classique devant Therese Johaug et Charlotte Kalla[86], puis le jour suivant le sprint libre devant Denise Herrmann et Ingvild Flugstad Østberg.

Pour la première épreuve de ski de fond des Jeux olympiques de Sotchi, elle remporte le skiathlon devant Charlotte Kalla et Heidi Weng dans une course où une première décision se fait lors du changement de ski à la mi-course, Justyna Kowalczyk concédant quelques secondes de retard en raison d'une légère course. Un groupe de cinq skieuses, comprenant également Therese Johaug et Aino-Kaisa Saarinen, prend la tête. Bjørgen est la seule à pouvoir suivre Charlotte Kalla lors de la dernière montée, puis elle devance ensuite la Suédoise dans le stade d'arrivée[87]. Lors de l'épreuve du sprint, elle chute lors de sa demi-finale, dont elle termine finalement sixième et dernière[88]. Cinquième du dix kilomètres classique, épreuve remportée par Justyna Kowalczyk devant Charlotte Kalla et Therese Johaug[89], elle fait partie de l'équipe norvégienne qui est la grande favorite du relais, cette nation étant détentrice du titre olympique de Vancouver et des deux derniers titres mondiaux et invaincue en Coupe du monde depuis plusieurs années[90]. Cependant le relais norvégien, victime de gros problèmes de fartage, rate sa course et termine à la cinquième place[91]. Lors de l'épreuve suivante, elle est associée à Ingvild Flugstad Østberg sur le sprint par équipes, les deux Norvégiennes s'imposant devant la Finlande et la Suède[92]. Lors du trente kilomètres libre, dernière course des Jeux, elle remporte l'or devançant ses deux compatriotes Therese Johaug et Kristin Stoermer Steira, ce triplé norvégien étant le premier réalisé en ski de fond aux Jeux depuis celui-ci réalisé par les Norvégiens lors des Jeux de 1992, Vegard Ulvang l'emportant devant Bjørn Dæhlie et Terje Langli[93]. Les trois fondeuses s'échappent avant la mi-course et ne sont plus rattrapées. Stoermer Steira est lachée dans la dernière ascension, et Bjørgen fait ensuite la différence pour s'imposer devant Johaug[94].

Après les Jeux, elle s'impose sur un dix kilomètres libre à Lahti, puis obtient une deuxième place à Drammen lors d'un sprint. Lors du trente kilomètres d'Oslo, elle s'échappe rapidement avec Therese Johaug, puis distance cette dernière pour s'imposer pour la quatrième fois dans cette épreuve, remportant ainsi sa soixante-sixième victoire et son centième podium individuel[95]. Lors des Finales de Falun, sa victoire dans le sprint la rapproche de la tête du classement général de la Coupe du monde, occupée par Therese Johaug[96], mais, lors du skiathlon, cette dernière s'impose largement pour se donner quinze secondes d'avance avant le départ de la dernière course, un dix kilomètres disputé en course par handicap. Johaug s'impose finalement avec vingt-neuf secondes d'avance sur Bjørgen pour remporter son premier globe de cristal[97]. Bjørgen termine deuxième du classement général et du classement des courses de distances. Elle est également troisième du classements des sprints.

Au début de la saison 2014-2015, elle continue à monter sur les podiums avec une victoire en sprint classique et une deuxième place sur le dix kilomètres classique à Kuusamo derrière sa nouvelle rivale Therese Johaug. Une semaine plus tard, lors du Nordic Opening à Lillehammer, elle gagne d'abord le sprint libre puis est deuxième du cinq kilomètres libre, qui lui procure un avantage de 32 secondes sur Therese Johaug avant le 10 kilomètres classique. Johaug rejoint Bjørgen en tête à la faveur d'une ascension en fin de course, mais Bjørgen la bat au sprint dans le stade d'arrivée et remporte donc ce mini-tour, la 68e victoire de sa carrière[98]. Ensuite, lors des deux week-ends de course disputés à Davos, elle continue sur sa lancée en remportant un sprint libre et le 10 km libre. Arrivée au Tour de ski avec une avance importante au classement général de la Coupe du monde, elle s'adjuge les trois premières étapes (prologue, poursuite 10 km classique et sprint libre). Elle étend son avantage sur la deuxième Heidi Weng à plus d'une minute, et Therese Johaug à deux minutes[99]. Son Tour de ski se poursuit de la même manière avec deux nouvelles victoires d'étapes avant de réussir à conserver son avance lors de l'ultime course, la montée de l'Alpe Cermis. Elle remporte donc le Tour de ski 2014-2015, sa première victoire dans cette course par étapes et possède désormais tous les titres majeurs actuels du ski de fond. De retour en Coupe du monde à Östersund, elle assure le gain de son quatrième gros globe de cristal avec une victoire en sprint classique et une deuxième place au dix kilomètres libre. Une semaine plus tard, elle entame les Championnats du monde de Falun en conservant son titre en sprint classique. Sixième du skiathlon, épreuve remportée par sa compatriote Therese Johaug, puis 31e du 10 km libre, remporté par Charlotte Kalla, elle remporte avec la sélection norvégienne le relais, son quatorzième titre mondial, ce qui lui permet alors d'égaler Elena Välbe[100]. Lors de la dernière épreuve fémlinine de cette édition, elle termine deuxième du 30 km classique derrière Johaug.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Marit Bjørgen, avec dix médailles olympiques et six titres, est la meilleure sportive de l'histoire des Jeux olympiques d'hiver : elle est celle qui détient le plus de médailles, en compagnie de la Soviétique Raisa Smetanina et de l'Italienne Stefania Belmondo, mais avec respectivement quatre et deux d'or pour Smetanina et Belmondo, la Norvégienne en comptant six[93]. Ces six titres constituent également le record du nombre de titres pour une femme, record également détenu par la Russe Lyubov Egorova, et la Soviétique Lidia Skoblikova[93].

Marit Bjørgen est seulement devancé pour le nombre de médailles aux Jeux olympiques d'hiver par ses deux compatriotes Ole Einar Bjørndalen et Bjørn Dæhlie qui totalisent respectivement treize et douze médailles, les deux comptant huit titres.

Ces six titres ont été remportés lors de sa troisième participation en 2010 sur les épreuves du sprint, de la poursuite et du relais et en 2014 sur le skiathlon, le sprint par équipe et le 30 km. Ses quatre autres médailles sont trois en argent avec le relais en 2002, le 10 km en 2006 et le 30 km en 2010, et une en bronze lors du 10 km en 2010. Il s'agit de l'athlète ayant remporté le plus de médailles au cours des Jeux olympiques de 2010.

Épreuve / Édition Sprint 10 km Poursuite / Skiathlon
2 × 7,5 km
30 km Relais
libre classique libre classique Sprint 4 × 5km
JO 2002
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
Épreuve inexistante à cette date 50e[101] Épreuve inexistante à cette date 14e Épreuve inexistante à cette date médaille d'argent, Jeux olympiques
JO 2006
Drapeau : Italie Turin
18e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date médaille d'argent, Jeux olympiques Abandon 4e 5e
JO 2010
Drapeau : Canada Vancouver
Épreuve inexistante à cette date médaille d'or, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques Épreuve inexistante à cette date médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'argent, Jeux olympiques médaille d'or, Jeux olympiques
JO 2014
Drapeau : Russie Sotchi
11e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 5e médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'or, Jeux olympiques 5e

Légende :

  • médaille d'or, Jeux olympiques : première place, médaille d'or
  • médaille d'argent, Jeux olympiques : deuxième place, médaille d'argent
  • médaille de bronze, Jeux olympiques : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve
  • — : Non disputée par Bjørgen

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Marit Bjørgen a remporté un titre mondial dans chacune des épreuves des Championnats du monde. Elle a remporté des médailles dans sept des neuf éditions qu'elle dispute. Elle compte vingt-deux médailles dont quatorze titres (quatre en sprint, deux sur le 10 km, un en poursuite nommé skiathlon en 2013, deux sur le 30 km, un en sprint par équipes et enfin quatre en relais). Lors des deux éditions successives de 2011 et 2013, elle remporte quatre titres et une médaille d'argent, remportant ainsi une médaille dans chacune des épreuves auxquelles elle est alignée. Avec quatorze titres, Elena Välbe et Marit Bjørgen sont les fondeuses comptant le plus de médailles d'or en championnat du monde[100].

Épreuve / Édition Sprint 10 km Poursuite / Skiathlon
2 × 7,5 km
30 km Relais
libre classique libre classique Sprint 4 × 5km
Mondiaux 2001
Drapeau : Finlande Lahti
Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 24e 19e[102]
Mondiaux 2003
Drapeau : Italie Val di Fiemme
médaille d'or, monde Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 24e[103] médaille d'argent, monde
Mondiaux 2005
Drapeau : Allemagne Oberstdorf
Épreuve inexistante à cette date 16e médaille de bronze, monde Épreuve inexistante à cette date médaille d'argent, monde médaille d'or, monde médaille d'or, monde médaille d'or, monde
Mondiaux 2007
Drapeau : Japon Sapporo
Épreuve inexistante à cette date 10e 22e Épreuve inexistante à cette date 12e 9e médaille de bronze, monde médaille de bronze, monde
Mondiaux 2009
Drapeau : République tchèque Liberec
9e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 16e 19e 4e
Mondiaux 2011
Drapeau : Norvège Oslo
médaille d'or, monde Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date médaille d'or, monde médaille d'or, monde médaille d'argent, monde médaille d'or, monde
Mondiaux 2013
Drapeau : Italie Val di Fiemme
Épreuve inexistante à cette date médaille d'or, monde médaille d'argent, monde Épreuve inexistante à cette date médaille d'or, monde médaille d'or, monde médaille d'or, monde
Mondiaux 2015
Drapeau : Suède Falun
Épreuve inexistante à cette date médaille d'or, monde 31e Épreuve inexistante à cette date 6e médaille d'argent, monde médaille d'or, monde

Légende :

  • médaille d'or, monde : première place, médaille d'or
  • médaille d'argent, monde : deuxième place, médaille d'argent
  • médaille de bronze, monde : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve
  • — : Non disputée

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • 4 gros globes de cristal en 2005, 2006, 2012 et 2015.
  • 6 petits globes de cristal :
    • Vainqueur du classement du sprint en 2003, 2004, 2005 et 2006.
    • Vainqueur du classement de la distance en 2005 et 2012.
  • 148 podiums :
    • 114 podiums en épreuve individuelle : 75 victoires, 26 deuxièmes places et 13 troisièmes places.
    • 34 podiums en épreuve par équipes, dont 27 victoires, 5 deuxièmes places et 2 troisièmes places.

Différents classements en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Marit Bjørgen remporte le gros globe de cristal à quatre reprises en 2005, 2006, 2012 et 2015, auxquels s'ajoutent six petits globes de cristal dont quatre en sprint et deux en distance. Dans les circuits intégrés à la Coupe du monde, elle remporte à quatre reprises les Finales de la Coupe du monde, lors des quatre éditions successives de 2010 à 2013, le Nordic Opening, lors des cinq éditions de 2010 à 2015. Après deux podiums en 2007 et 2012, elle finit par remporter le Tour de ski en 2015.

Saison / Épreuve Général Distance Sprint Tour de ski
depuis 2007
Finales
depuis 2008
Nordic Opening
depuis 2011
Class. Points Class. Points Class. Points
2001 53e 55 48e 19 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2002 32e 131 36e 44 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2003 6e 508 1re 485 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2004 2e 1139 11e 394 1re 745 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2005 1re 1320 1re 740 1re 625 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2006 1re 1036 4e 642 1re 394 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2007 2e 941 4e 405 6e 216 2e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2008 11e 690 6e 502 16e 188 Abandon 6e Épreuve inexistante à cette date
2009 10e 1036 9e 436 14e 147 10e 20e Épreuve inexistante à cette date
2010 2e 1320 2e 636 2e 484 1re Épreuve inexistante à cette date
2011 2e 1578 2e 775 4e 403 1re 1re
2012 1re 2689 1re 1448 3e 521 2e 1re 1re
2013 4e 1148 6e 492 7e 256 1re 1re
2014 2e 1498 2e 705 3e 433 Abandon 2e 1re
2015 1re 1re 1re

Légende :

  • — : Épreuve on disputée
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Marit Bjørgen compte soixante-douze victoires individuelles en Coupe du monde, ce qui constitue un record. Parmi ses victoires les plus prestigieuses, elle s'est imposée notamment lors des Finales de la Coupe du monde, lors du Nordic Opening, lors du Tour de ski, le 30 km d'Oslo, course où elle est la détentrice du nombre de victoires avec quatre, en 2005, 2010 et 2012 et 2014.

Épreuve / Édition Sprint 10 km Poursuite
2 × 7,5 km
15 km 30 km Tour de ski ou
Finales ou
Nordic Opening
libre classique libre classique libre classique
2002-2003 Drapeau : Allemagne Düsseldorf
Drapeau : Italie Clusone
Drapeau : Allemagne Reit im Winkl
2003-2004 Drapeau : République tchèque Nove Mesto
Drapeau : Norvège Trondheim
Drapeau : Finlande Lahti
Drapeau : Italie Pragelato
Drapeau : Italie Val di Fiemme
Drapeau : Suède Stockholm
Drapeau : Norvège Drammen
2004-2005 Drapeau : Allemagne Düsseldorf
Drapeau : Suisse Berne
Drapeau : République tchèque Nove Mesto
Drapeau : Suède Göteborg
Drapeau : Italie Asiago Drapeau : Suède Gällivare
Drapeau : Estonie Otepää
Drapeau : Italie Tesero Drapeau : Suède Falun Drapeau : Norvège Oslo
2005-2006 Drapeau : Allemagne Düsseldorf
Drapeau : République populaire de Chine Changchun
Drapeau : Norvège Beitostoelen
Drapeau : Finlande Kuusamo
Drapeau : Canada Vernon Drapeau : Suède Mora[104]
2006-2007 Drapeau : Allemagne Düsseldorf Drapeau : Suède Falun
2007-2008 Drapeau : Norvège Beitostoelen Drapeau : Finlande Kuusamo
2008-2009
2009-2010 Drapeau : Norvège Oslo Drapeau : Slovénie Rogla
Drapeau : Norvège Drammen
Drapeau : Norvège Beitostoelen Drapeau : Finlande Lahti Drapeau : Norvège Oslo Finales
2010-2011 Drapeau : Suisse Davos Drapeau : Finlande Lahti Drapeau : Suède Gällivare Drapeau : Suisse Davos
Drapeau : Estonie Otepää
Drapeau : Norvège Drammen
Drapeau : France La Clusaz Nordic Opening
Finales
2011-2012 Drapeau : Finlande Lahti
Drapeau : Norvège Drammen
Drapeau : Norvège Sjusjøen
Drapeau : Norvège Rybinsk
Drapeau : Suisse Davos
Drapeau : République tchèque Nove Mesto
Drapeau : Norvège Oslo Nordic Opening
Finales
2012-2013 Drapeau : Suède Gällivare Drapeau : France La Clusaz Nordic Opening
Finales
2013-2014 Drapeau : Suisse Davos
Drapeau : Italie Toblach
Drapeau : Italie Toblach
Drapeau : Finlande Lahti
Drapeau : Suisse Davos Drapeau : Norvège Oslo Nordic Opening
2014-2015 Drapeau : Finlande Lahti Drapeau : Finlande Kuusamo
Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Suisse Davos Drapeau : Finlande Lahti Drapeau : Norvège Oslo Nordic Opening
Tour de ski

Elle compte par ailleurs vingt-sept victoires dans des courses de mini-tour : huit sur le Nordic Opening, onze sur le Tour de ski et huit lors des Finales.

Championnat du monde junior[modifier | modifier le code]

En deux participations aux Championnats du monde juniors, Marit Bjørgen n'a remporté aucune médaille, son meilleur résultat est une 8e place sur le 5 km en style classique en 1999 à Saalfelden.

Épreuve / Édition Sprint 5 km Poursuite
2 × 5 km
Relais
libre classique libre classique
Mondiaux 1999
Drapeau : Autriche Saalfelden
Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 8e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2000
Drapeau : Slovaquie Strbske Pleso
21e Épreuve inexistante à cette date 37e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
Légende :
Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve.

Autres victoires ou distinctions[modifier | modifier le code]

Elle est élue sportive norvégienne de l'année en 2005. En 2010, on lui a attribué le prix Fearnley olympique pour ses performances lors des Jeux Olympiques d'hiver ainsi que la Médaille Holmenkollen pour ses performances réalisées à Holmenkollen et l'ensemble de sa carrière. En 2011, elle est désignée athlète féminine de l'année par l''International Sports Press Association (AIPS)[105].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Mondiaux Val di Fiemme - 30 km : Bjoergen écoeure Kowalczyk », sur eurosport.fr,‎
  2. « Marit Bjoergen brings up World Cup win number 90 in Sweden », sur Eurosport,‎ (consulté le 27 février 2015)
  3. « BJOERGEN Marit - Biographie », sur FIS (consulté le 28 février 2015)
  4. (en) « Cross country: Norway duo win sprint races », sur norwaypost.no,‎
  5. (en) « PLUS: SKIING; Frenchman Earns Downhill Victory », sur nytimes.com,‎
  6. « Bjoergen l'emporte de justesse en ski de fond »,‎
  7. (en) « Nordic ski WC: Bjoergen wins Norway's 5th Gold  », sur norwaypost.no
  8. Le Team sprint est une course disputée par équipe de deux skieurs, chacun assurant de manière alternative un relais sur un parcours de sprint.
  9. « Coupe du monde de ski de fond: victoire finale de Gabriella Paruzzi », sur sport.fr,‎
  10. « Neumannova, première médaillée », sur eurosport.fr,‎
  11. (en) « Tchepalova Wins Career’s First Title; Bjoergen Wins Silver », sur arabnews.com,‎
  12. « Première pour la Norvège », sur eurosport.fr,‎
  13. (en) « Roundup: Nordic Skiing, Sailing », sur nytimes.com,‎
  14. « Bjoergen l'apothéose », sur eurosport.fr,‎
  15. a et b (en) « Bjorgen didn't need to lift a ski to clinch title », sur sports.espn.go.com,‎
  16. « Björgen suprême », sur lequipe.fr,‎
  17. (en) « Angerer, Neumannova win mass start XC races », sur sports.espn.go.com,‎
  18. François-Xavier Rallet, « Smigun ravit l'Estonie », sur eurosport.fr,‎
  19. « Smigun makes it two », sur cccski.com,‎
  20. « Katerina Neumannova, avec panache », sur radio-canada.ca,‎
  21. L'épreuve de Mora, disputée la veille de la Vasaloppet, se courre en partie sur le parcours de celle-ci
  22. « La Wasa: victoire de la Norvégienne Bjoergen », sur sport.fr,‎
  23. « Bjoergen remporte la Coupe du monde », sur sport.fr,‎
  24. (en) Topher Sabot, « Great success for Norway in Duesseldorf », sur fasterskier.com,‎ 28 octobre 2006
  25. Mirko Hominal, « Tour de Ski : Marit Bjoergen s'impose à Münich ! », sur ski-nordique.net,‎
  26. Mirko Hominal, « TDS Et.2 : Kristin Steira reine de la poursuite ! », sur ski-nordique.net,‎
  27. « Tour de ski : la Finlandaise Kuitunen s'impose », sur sport.fr,‎
  28. (en) « Sapporo: Astrid Jacobsen secures first Gold for Norway », sur norwaypost.no,‎
  29. « Et de deux pour Kuitunen, le Canada 6e », sur radio-canada.ca,‎ 23 février 2007
  30. « Kuitunen sublime la Finlande », sur eurosport.fr,‎ 1er mars 2007
  31. « Bjoergen écoeure Neumannova », sur sport.fr,‎
  32. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen surgit de nulle part et s'impose à Falun ! », sur skidefond.custompublish.com,‎
  33. « Ski de fond - Tour de ski (F) - Björgen prend la tête », sur lequipe.de,‎
  34. « Bjoergen reste en tête », sur sport.fr,‎
  35. « Ski de fond - Tour de ski (F) - Kalla à la fête », sur lequipe.fr,‎ 1er janvier 2008
  36. « Ski de fond - Tour de ski (F) - Kuitunen, la tête froide », sur lequipe.fr,‎
  37. Mirko Hominal, « Doublé finlandais à Otepaa », sur ski-nordique.net,‎
  38. « Ski de fond - CM (F) - Jacobsen se rapproche », sur lequipe.fr,‎
  39. (en) Topher Sabot, « Jacobsen, Bjoergen Top Two in Falun », sur fasterskier.com,‎
  40. (en) Topher Sabot, « Tour de Ski Ready to Rock in Oberhof », sur fasterskier.com,‎
  41. Mirko Hominal, « Charlotte Kalla au septième ciel », sur ski-nordique.net,‎
  42. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen enfin consacrée », sur ski-nordique.net,‎
  43. Mirko Hominal, « Sensationnelle Marit Bjoergen », sur ski-nordique.net,‎
  44. « Bjoergen dans l'histoire », sur lequipe.fr,‎
  45. Mirko Hominal, « La revanche des norvégiennes », sur ski-nordique.net,‎
  46. Mirko Hominal, « Justyna Kowalczyk sacrée au bout du suspens », sur ski-nordique.net,‎
  47. « Kowalczyk s'attaque à Björgen », sur rtbf.be,‎
  48. (en) Mike Beamish, « ‘Medicine’ behind Bjoergen’s three cross-country golds », sur canada.com,‎
  49. (en) « Marit Björgen is the winner of Ladies’ Pursuit and Ruka Triple », sur nordicopening.com,‎
  50. « Bjoergen reste invaincue », sur eurosport.fr,‎
  51. « Intouchable Marit Björgen », sur sport.fr,‎
  52. « Bjoergen et Hellner en or », sur eurosport.fr,‎
  53. (en) « Bjørgen wins Norway’s gold number 100 », sur theforeigner.no,‎
  54. François-Xavier Rallet, « Poursuite : Bjoergen en or », sur eurosport.fr,‎
  55. « Bjoergen, troisième titre », sur eurosport.fr,‎
  56. (en) Michael Sandelson, « Updated: Bjørgen to drop Team Sprint Classic », sur theforeigner.no,‎ 1er mars 2011
  57. Laurent Vergne, « La Norvège sacrée », sur eurosport.fr,‎
  58. Philippe Da Costa, « Johaug surprend Bjoergen », sur eurosport.fr,‎
  59. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen rejoint Elena Vaelbe », sur ski-nordique.net,‎
  60. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen a fait le ménage », sur ski-nordique.net,‎
  61. François-Xavier Rallet, « Bjoergen déroule », sur eurosport.fr,‎
  62. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen rejoint Bjoern Daehlie sur le toit du monde », sur ski-nordique.net,‎
  63. « Northug et Björgen concentrés sur la victoire », sur sport.fr,‎
  64. « Ski de fond: le Suisse Cologna en patron du Tour de Ski, Björgen en pole », sur lexpress.fr,‎
  65. Mirko Hominal, « Tour de Ski : Justyna Kowalczyk la fantastique », sur ski-nordique.net,‎
  66. « Bjørgen skis to third World Cup title », sur thelocal.no,‎
  67. « Le grand globe pour Bjoergen », sur eurosport.fr,‎
  68. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen reste la sportive préférée dans son pays », sur ski-nordique.net,‎
  69. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen est à l'heure », sur ski-nordique.net,‎
  70. Mirko Hominal, « Les Norvégiennes à la fête », sur ski-nordique.net,‎
  71. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen devant les Russes », sur ski-nordique.net,‎
  72. « Le Mini-Tour pour Marit Bjoergen », sur ski-nordique.net,‎
  73. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen forfait pour le Tour de Ski », sur skidefond.custompublish.com,‎
  74. Mirko Hominal, « Retour gagnant pour Marit Bjoergen », sur ski-nordique.net,‎
  75. (en) « WSC: Bjørgen defended the sprint gold », sur norwaytoday.info,‎
  76. « Mondiaux-2013 - Skiathlon dames: victoire de Björgen, triplé norvégien », sur eurosport.fr,‎
  77. « Mondiaux: Therese Johaug détrône la reine Marit Björgen », sur eurosport.fr,‎
  78. (en) « Norway’s Johaug new World Champion », sur theoslotimes.com,‎
  79. « Les Norvégiennes reines sans surprise du relais », sur francetvsport.fr,‎
  80. « Northug et Bjoergen triomphent aux Finales de la Coupe du monde de ski de fond », sur lapresse.ca,‎
  81. a, b et c Mirko Hominal, « La finale pour Marit Bjoergen », sur ski-nordique.net,‎
  82. Mirko Hominal, « Bjoergen renverse la vapeur », sur ski-nordique.net,‎ 1er décembre 2013
  83. Mirko Hominal, « La 61eme pour Marit Bjoergen », sur ski-nordique.net,‎
  84. Mirko Hominal, « Justyna Kowalczyk ne prendra pas le départ du Tour », sur ski-nordique.net,‎
  85. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen quitte le Tour de Ski », sur ski-nordique.net,‎ 1er janvier 2014
  86. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen impressionne ses rivales », sur ski-nordique.net,‎ 1er février 2014
  87. Mirko Hominal, « JO Sochi 2014 : Marit Bjoergen entame sa moisson », sur ski-nordique.net,‎
  88. Mirko Hominal, « Sochi 2014 : Maiken Caspersen Falla reine du sprint », sur ski-nordique.net,‎
  89. Mirko Hominal, « Sochi 2014 : Justyna Kowalczyk mate les Scandinaves », sur ski-nordique.net,‎
  90. Mirko Hominal, « Sochi 2014 : Présentation du relais 4*5km dames », sur ski-nordique.net,‎
  91. Mirko Hominal, « Charlotte Kalla exceptionnelle, offre l'or à la Suède », sur ski-nordique.net,‎
  92. Mirko Hominal, « Bjoergen et Oestberg, une paire en or », sur ski-nordique.net,‎
  93. a, b et c (en) « Sochi 2014: Marit Bjoergen wins sixth Olympic gold », sur bbc.com,‎
  94. Mirko Hominal, « Les Norvégiennes dans l'histoire », sur ski-nordique.net,‎
  95. Mirko Hominal, « 100ème podium pour Marit Bjoergen », sur ski-nordique.net,‎
  96. Mirko Hominal, « Marit Bjoergen revient à trois points », sur ski-nordique.net,‎
  97. Mirko Hominal, « Therese Johaug remporte la coupe du monde », sur ski-nordique.net,‎
  98. Mirko Hominal, « Bjoergen vs Johaug : Un régal », sur ski-nordique.net,‎
  99. Mirko Horminal, La reine des neiges, sur ski-nordique.net, le 6 janvier 2014
  100. a et b « Les Norvégiennes comme à la parade »,‎ .
  101. il s'agit d'un 15 km
  102. il s'agit cette année d'un 2 × 5 km
  103. il s'agit cette année d'un 15 km
  104. Il s'agit d'un 45 km classique
  105. (en) « Bjørgen voted Female Atlete of 2011 », sur norwaypost.no,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien interne[modifier | modifier le code]