Raphaël Poirée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poirée.
Raphaël Poirée Biathlon pictogram.svg
Raphaël Poiree.jpg

Raphaël Poirée à Antholz en 2006.
Contexte général
Sport Biathlon
Période active 1995 - 2007
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : France Française
Naissance (41 ans)
Lieu de naissance Rives, Isère
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 1 2
Championnats du monde 8 3 7
Coupe du monde (globes ind.) 14 7 14
Coupe du monde (épreuves ind.) 44 39 20
* Dernière mise à jour : 22 octobre 2010

Raphaël Poirée est un biathlète français, né le à Rives, dans l'Isère. Sa carrière sportive s'est étendue de 1995 à 2007 au niveau international. Trois médailles olympiques, l'argent lors de la poursuite des jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City et deux de bronze avec le relais français en 2002 et 2006 et dix-huit médailles mondiales, dont huit titres de champion du monde figurent à son palmarès. Il remporte à quatre reprises le classement général de la Coupe du monde, remportant quarante-quatre victoires pour un total de cent trois podiums lors des épreuves individuelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raphaël Poirée est né le à Rives, et a grandi à La Chapelle-en-Vercors, dans la Drôme. Il est sans aucun doute l'un des meilleurs biathlètes de l'histoire, se distinguant par un palmarès exceptionnel auquel il ne manque que l'or olympique. Il a notamment été 8 fois champion du monde et a remporté 4 fois la Coupe du monde.

Par ailleurs, il forme un couple en or avec l'ancienne biathlète norvégienne Liv Grete Poirée (née Skjelbreid) avec qui il s'est marié en 2000[1] et a eu trois filles : Emma (née le ), Anna (née le ) et Lena (née le 10 octobre 2008). Ils se séparent en juillet 2013 [2]. Son frère Gaël, aussi biathlète a fait partie de l'équipe de France.

Le , il est victime d'un grave accident de quad chez lui à Eikelandsosen en Norvège lors d'une promenade avec sa femme Liv et sa deuxième fille Anna. Ses cervicales ont été touchées. Il a ainsi été opéré le 3 janvier 2010 pendant plus de 10 heures[3]. L'opération a donné des résultats satisfaisants. Il évite ainsi la paralysie de peu et n'a que peu de séquelles.

Débuts en biathlon[modifier | modifier le code]

Après avoir franchi les étapes dans les catégories juniors, Raphaël effectue ses grands débuts en Coupe du monde en 1995 à Lahti en Finlande. Sa première course, un individuel, n'est pas une contre-performance puisqu'il obtient une honorable 41e place en faisant 4 fautes au tir. Il fait quelques autres apparitions en Coupe du monde et marque ses premiers points en obtenant une 16e place sur un individuel à Oslo Holmenkollen dès le début de la saison 1995/1996. Cette saison le révèle comme l'un des espoirs de la discipline, puisqu'il obtient ses premiers podiums et marque régulièrement de gros points. Ainsi, c'est encore lors d'un individuel à Osrblie (Slovaquie) qu'il obtient son premier podium en finissant à la deuxième place. Il conclut sa première année complète en finissant à la 17e place du classement général de la Coupe du monde. Il obtient finalement sa première victoire sur le circuit mondial sur un sprint à Ruhpolding lors de la saison 1997/1998. Il connaît sa première sélection pour les Jeux olympiques de Nagano en 1998 mais ne remporte pas la moindre médaille.

Domination mondiale[modifier | modifier le code]

Raphaël Poirée s'affirme progressivement comme le meilleur biathlète du moment en remportant le classement général de la Coupe du monde lors de la saison 1999/2000. Plus encore, il remporte son premier titre mondial en 2000 à Oslo. Il confirme les deux saisons suivantes en remportant le classement général de la Coupe du monde et en remportant un nouveau titre mondial. Ces années voient également la montée de la rivalité avec l'autre champion du biathlon, le norvégien Ole Einar Bjørndalen. Ils ont tous les deux la particularité d'avoir le même âge et, de ce fait, d'avoir un parcours similaire, puisque Bjørndalen a remporté le classement général de la Coupe du monde en 1998. Le duel qui anime le circuit mondial préfigure une lutte aux couteaux lors des Jeux olympiques de Salt Lake City organisés en 2002. Mais alors qu'il fait figure de favori avec son homologue norvégien, Raphaël ne remporte que la médaille d'argent de la poursuite tandis que Bjørndalen écrase la compétition avec quatre médailles d'or. Raphaël remporte également le bronze avec le relais français. Cependant, Raphaël n'a pas gagné la médaille d'or qu'il espérait. Il décide tout de même de se fixer comme objectif les prochains Jeux. Au cours de l'année 2004, il fait le grand chelem en Coupe du Monde : il gagne les 4 petits globes (Individuelle, Sprint, Poursuite, et Mass Start).

Quête de l'or olympique[modifier | modifier le code]

Raphaël repart de plus belle malgré sa relative contre-performance olympique. Ainsi, il remporte plusieurs titres mondiaux et une nouvelle Coupe du monde. L'année 2003/2004 marque le début de la reconnaissance au niveau français, où le biathlon n'est pas très populaire. Ses performances aux Championnats du monde de biathlon à Oberhof, où il obtient trois titres s'ajoutent aux quatre remportés par son épouse, la biathlète norvégienne Liv Grete Poirée. Le couple franco-norvégien qui réalise une véritable razzia, monopolisant la quasi-totalité des victoires, contribue à faire parler du biathlon dans un pays peu habitué à voir les sports d'hiver faire l'actualité sportive. Cette période marque l'apogée de la carrière de Raphaël Poirée. Plus que jamais, le Français devient une des stars du biathlon, notamment dans les pays où les sports d'hiver sont rois.

En 2006, Raphaël participe à ce qui pourrait être ses derniers Jeux olympiques et donc sa dernière occasion de remporter l'or. Malheureusement, lors de ces Jeux olympiques de Turin, il ne réalise pas son objectif d'obtenir enfin le seul titre qui lui manque : le titre olympique. Il échoue dans les épreuves individuelles, le tir en étant la principale cause. De plus, la poisse s'acharne sur son rêve puisqu'il connaît des problèmes de ski lors de la poursuite. Toutefois, après une période de remise en cause et de baisse de moral, il se reprend pour l'épreuve par équipe. Il réalise, lors du dernier relais, une fantastique remontée sur le concurrent suédois, qu'il bat de quelques centimètres pour obtenir la médaille de bronze.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Le , après sa victoire à l'individuelle 20 km des Championnats du monde de 2007 à Anterselva (Italie), Raphaël Poirée crée la surprise en annonçant qu'il mettra un terme à sa carrière à la fin de la saison, renonçant donc à ses rêves olympiques mais pour se consacrer à son épouse, Liv-Grete, et à ses deux filles, Emma et Anna : « Ma petite Emma m'a dit « je t'aime papa et je veux que tu restes avec moi »[4] et quand ton enfant te dit cela, c'est la priorité absolue, devant le succès sportif. ». Il remporte encore deux médailles les jours suivants, en argent et en bronze. Dès lors sans pression pour la fin de la saison, le biathlète remporte trois victoires consécutives à Lahti[5] puis une quatrième à Oslo-Holmenkollen (et deux deuxième places), et dépasse le nombre symbolique de 100 podiums (103) en carrière, performance que seul Ole Einar Bjoerndalen avait réalisé jusque là. Il dispute sa dernière épreuve de Coupe du monde à Oslo-Holmenkollen lors d'une mass-start. L'histoire retiendra un dernier sprint mémorable pour la victoire avec son grand rival de toujours Ole Einar Bjørndalen, qui bat le Français pour quelques millimètres que seule la photo finish pourra départager le 11 mars 2007[6].

Raphaël Poirée finit ainsi une carrière exceptionnelle sur une deuxième place, son 103e podium en carrière, au cours de laquelle il a remporté 44 victoires en Coupe du monde. Viennent s'ajouter quatre victoires au classement général de la Coupe du monde, connu sous le terme de gros globes de cristal, et dix petits globes de cristal des spécialités. Un gros globe de cristal lui tendait encore les bras, ainsi que le petit globe de la mass-start, mais Poirée, homme de caractère et de parole avait décidé, annoncé et surtout promis à sa fille, qu'il s'arrêterait à Oslo-Holmenkollen, haut-lieu du ski nordique, devant sa seconde patrie la Norvège en cours de saison. C'est au Grand-Bornand où Raphaël Poirée raccroche symboliquement ses spatules le lors des Championnats de France pour dire adieu définitivement à la compétition en même temps que sa compatriote Florence Baverel-Robert.

Après-carrière[modifier | modifier le code]

Après une courte expérience d'entraîneur de l'équipe nationale masculine de Biélorussie[7], Raphaël Poirée s'est éloigné du monde du biathlon et continue à vivre en Norvège. Il est maintenant salarié d'une entreprise de travaux publics et de terrassement[8],[9]. Il est consultant pour Eurosport lors des championnats du monde de biathlon 2016[10].

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Raphaël se consacre entièrement à l'encadrement et à la formation de biathlètes.

  • Saison 2008/2009: Entraîneur de l'équipe nationale B de Norvège.
  • Saison 2009/2010: Entraîneur de l'équipe nationale junior féminine de Norvège.
  • Saison 2012/2013 :Entraîneur de l'équipe nationale masculine de Biélorussie.[7]

Palmarès[modifier | modifier le code]

AR Record continental | CR Record de la compétition | DNF N'a pas terminé | DNS N'a pas pris le départ | DQ Disqualification | EL Meilleure performance européenne de l'année | MR Record du meeting | NR Record national | OR Record olympique | PB Record personnel | SB Meilleure performance personnelle de la saison | WL Meilleure performance mondiale de l'année | WJR Record du monde junior | WR Record du monde

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Mass start Relais
Jeux olympiques 1998
Drapeau : Japon Nagano
22e abandon Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 7e
Jeux olympiques 2002
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
10e 9e médaille d'argent, Jeux olympiques Épreuve inexistante à cette date médaille de bronze, Jeux olympiques
Jeux olympiques 2006
Drapeau : Italie Turin
20e 9e abandon 12e médaille de bronze, Jeux olympiques

Légende :

  • médaille d'or, Jeux olympiques : première place, médaille d'or
  • médaille d'argent, Jeux olympiques : deuxième place, médaille d'argent
  • médaille de bronze, Jeux olympiques : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve
  • - : Non disputée

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Individuelle Sprint Poursuite Mass start Relais Relais Mixte
Mondiaux 1996
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
67e 23e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 5e Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 1997
Drapeau : Slovaquie Brezno
14e 59e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 5e Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 1998
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date médaille de bronze, monde Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 1999
Drapeau : Finlande Kontiolahti
Drapeau : Norvège Holmenkollen
19e 26e 11e 9e 12e Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2000
Drapeau : Norvège Holmenkollen
4e 6e médaille de bronze, monde médaille d'or, monde 10e Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2001
Drapeau : Slovénie Pokljuka
37e 7e médaille d'argent, monde médaille d'or, monde médaille d'or, monde Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2002
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date médaille d'or, monde Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2003
Drapeau : Russie Khanty-Mansiysk
7e abandon - médaille de bronze, monde 13e Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2004
Drapeau : Allemagne Oberhof
médaille d'or, monde médaille d'or, monde médaille d'argent, monde médaille d'or, monde médaille de bronze, monde Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2005
Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk[11]
8e 13e 9e médaille de bronze, monde 5e 6e
Mondiaux 2006
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date médaille de bronze, monde
Mondiaux 2007
Drapeau : Italie Antholz
médaille d'or, monde 8e 6e médaille de bronze, monde - médaille d'argent, monde

Légende :

  • médaille d'or, monde : première place, médaille d'or
  • médaille d'argent, monde : deuxième place, médaille d'argent
  • médaille de bronze, monde : troisième place, médaille de bronze
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve
  • - : Non disputée

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • 4 gros globes de cristal en 2000, 2001, 2002 et 2004.
  • 10 petits globes de cristal :
    • Vainqueur du classement du sprint en 2004.
    • Vainqueur du classement de la poursuite en 1999, 2001, 2002 et 2004.
    • Vainqueur du classement de l'individuelle en 2004 et 2007.
    • Vainqueur du classement de la mass start en 2000, 2004 et 2005.
  • 119 podiums[12] :
    • 103 podiums individuels : 44 victoires, 39 deuxièmes places et 20 troisièmes places
    • 14 podiums en relais : 2 victoires, 3 deuxièmes places et 9 troisièmes places.
    • 2 podiums en relais mixte : 1 deuxième place et 1 troisième place.

Palmarès au 18 mars 2007

Différents classements en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Saison Individuelle Sprint Poursuite Mass start Général
Courses Points Position Courses Points Position Courses Points Position Courses Points Position Courses Points Position
94-95 2/7 - - 2/7 - - 4/14 0 NC
95-96 7/7 49 NC 7/7 59 NC 14/14 108 17e
96-97 6/6 29 26e 9/9 87 13e 3/4 34 16e 0/1 - - 18/20 150 16e
97-98 5/5 42 11e 10/10 161 2e 3/3 46 7e 18/18 249 5e
98-99 3/3 26 16e 9/9 107 11e 9/9 185 1er 1/1 47 2e 22/22 365 5e
99-00 4/4 68 2e 8/8 153 3e 9/9 172 3e 4/4 77 1er 23/23 470 1er
00-01 4/4 83 7e 10/10 375 2e 6/7 278 1er 4/4 136 3e 24/25 921 1er
01-02 3/4 88 5e 7/8 233 3e 7/7 362 1er 3/3 100 2e 20/22 805 1er
02-03 1/3 32 23e 8/9 226 4e 5/7 199 3e 4/4 114 3e 18/23 591 4e
03-04 3/3 146 1er 10/10 358 1er 8/9 331 1er 3/4 140 1er 24/26 1010 1er
04-05 4/4 99 6e 10/10 277 3e 7/9 274 3e 4/4 146 1er 25/27 869 3e
05-06 3/3 83 3e 10/10 245 3e 6/8 200 3e 5/5 157 2e 24/26 693 2e
06-07 4/4 150 1er 8/10 207 6e 3/7 173 7e 5/6 147 3e 20/27 709 3e

Dernière mise à jour le 18 mars 2007

Détail des victoires individuelles[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Sprint Poursuite Individuelle Mass start Total
1997-1998 Drapeau : Allemagne Ruhpolding 1
1998-1999 Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : États-Unis Lake Placid
Drapeau : Allemagne Ruhpolding 4
1999-2000 Drapeau : Italie Antholz Drapeau : Slovaquie Brezno Drapeau : Norvège Holmenkollen (Ch du monde) 3
2000-2001 Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Slovaquie Brezno
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Slovénie Pokljuka (Ch du monde) 7
2001-2002 Drapeau : Allemagne Ruhpolding
Drapeau : Finlande Lahti
Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Finlande Lahti
Drapeau : Italie Antholz
Drapeau : Allemagne Oberhof
Drapeau : Norvège Holmenkollen (Ch du monde)
6
2002-2003 Drapeau : Slovaquie Brezno Drapeau : Slovaquie Brezno 2
2003-2004 Drapeau : Slovénie Pokljuka
Drapeau : Allemagne Oberhof (Ch du monde)
Drapeau : États-Unis Fort Kent
Drapeau : Slovaquie Brezno
Drapeau : États-Unis Lake Placid
Drapeau : États-Unis Fort Kent
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Slovaquie Brezno
Drapeau : Allemagne Oberhof (Ch du monde)
Drapeau : Italie Antholz
Drapeau : Allemagne Oberhof (Ch du monde)
11
2004-2005 Drapeau : Allemagne Oberhof Drapeau : Suède Östersund
Drapeau : Russie Khanty-Mansiïsk
3
2005-2006 Drapeau : Autriche Hochfilzen 1
2006-2007 Drapeau : Autriche Hochfilzen
Drapeau : Finlande Lahti

Drapeau : Finlande Lahti
Drapeau : Italie Antholz (Ch du monde)
Drapeau : Norvège Holmenkollen
Drapeau : Finlande Lahti
6
Total 13 15 7 9 44

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Liv Grete Poirée distance son mari Raphaël », sur leparisien.fr,‎
  2. http://www.dauphinordique.com/actus/2013/13juillet60.htm
  3. « Poirée opéré pendant 10 heures », sur sport24.com,‎
  4. « Poirée, champion jusqu'au bout », sur www.eurosport.fr (consulté en décembre 2008)
  5. « Raphaël Poirée achève sa carrière en trombe », sur liberation.fr,‎
  6. « Poirée, une fin mémorable », sur eurosport.fr,‎
  7. a et b « Raphaël Poirée n'est plus l'entraîneur du Bélarus - Biathlon Ski », sur www.francetvsport.fr (consulté le 24 janvier 2016)
  8. (fr) Christopher Buet, « Que devient l'ancien biathlète Raphaël Poirée ? », sur Télé-Loisirs (consulté le 24 janvier 2016)
  9. Yann Bouchez (photogr. Helge Skodvin), « Raphaël Poirée : Le bipatride », On a retrouvé…, sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  10. « Raphaël Poirée rejoint Eurosport pour les championnats du monde de biathlon », sur lezappingdupaf.com,‎
  11. Le relais mixte se déroule à Khanty-Mansiïsk.
  12. l'Union internationale de biathlon, inclut dans les statistiques de coupe du monde, les médailles obtenues aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde.