James Couttet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

James Couttet
Image illustrative de l’article James Couttet
James Couttet en 1939
Contexte général
Sport Ski alpin
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance
Lieu de naissance Chamonix
Décès
Lieu de décès Chamonix-Mont-Blanc
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 1 1
Championnats du monde 1 2 2

James Couttet, né le à Chamonix-Mont-Blanc au hameau des Bossons, et mort le dans la même ville, est un skieur alpin et alpiniste français, membre du Club des Sports Chamonix-Mont-Blanc.

Biographie[modifier | modifier le code]

James Couttet est champion du monde de descente en mars 1938 à l'âge de 16 ans et demi, puis domina les premières compétitions de l'après-guerre avec trois victoires à l'Arlberg-Kandahar en 1947, 1948 et 1950 et deux K de diamant.

Favori aux Jeux olympiques de 1948 et aux championnats du monde de 1950[À attribuer], il ne gagne pourtant aucun titre olympique et mondial : la Seconde Guerre mondiale aura sans doute coûté quelques médailles d'or au Français.

Il se retire de la compétition alpine en 1955 et entraîne l'équipe de France de ski alpin aux Jeux olympiques de Cortina d'Ampezzo en 1956.

Il contribue ensuite à l'organisation des championnats du monde de ski alpin 1962 à Chamonix[1].

En 1962, il lance à Marseille avec l'ingénieur Denis Creissels le projet de « téléscaphe », un téléphérique sous-marin destiné à la découverte des eaux de la Méditerranée. Inauguré en 1967, le téléscaphe a transporté 31 000 touristes avant de fermer l'année suivante[2].

James Couttet est mort le 13 novembre 1997 à Chamonix[3]. Vingt ans plus tard, une plaque à son nom a été déposée au pied du glacier des Bossons[1].

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeux olympiques d'hiver.
Épreuve / Édition Descente Slalom géant Slalom Combiné
JO 1948
Drapeau : Suisse Saint-Moritz
13e Épreuve inexistante à cette date Médaille d'argent, monde Argent Médaille de bronze, monde Bronze
JO 1952
Drapeau : Norvège Oslo
11e 14e 6e

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Championnats du monde de ski alpin.
Épreuve / Édition Descente Slalom géant Slalom Combiné
Mondiaux 1938
Drapeau : Suisse Engelberg
Médaille d'or, monde Or Épreuve inexistante à cette date 35e 12e
JO 1948
Drapeau : Suisse Saint-Moritz
13e Épreuve inexistante à cette date Médaille d'argent, monde Argent Médaille de bronze, monde Bronze
Mondiaux 1950
Drapeau : États-Unis Aspen
Médaille d'argent, monde Argent Médaille de bronze, monde Bronze 5e Épreuve inexistante à cette date
JO 1952
Drapeau : Norvège Oslo
11e 14e 6e
Mondiaux 1954
Drapeau : Suède Åre
20e 5e

Arlberg-Kandahar[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Arlberg-Kandahar.

Championnat de France de ski[modifier | modifier le code]

Champion de France à 17 reprises

Dans les disciplines du ski alpin, dont les Championnats de France ont été créés en 1942, il a été 9 fois Champion de France :

Avec 9 victoires, James Couttet arrive en troisième position du classement des français ayant remporté le plus grand nombre de titres, juste à une longueur de Luc Alphand et Adrien Théaux mais il dominait le ski bien avant que les Championnats de France par discipline soient créés en 1942.

Il est aussi l'un des rares champions à avoir gagné dans toutes les disciplines, qui étaient 4 à son époque.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a pour gendre le skieur et écrivain Anselme Baud[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b James Couttet, droit sur ses skis, Antoine Chandellier, ledauphine.com, 17 novembre 2017 (consulté le 1er mai 2019).
  2. Marseille : il y a 50 ans prenait fin la belle aventure du téléscaphe, Philippe Gallini, Corse-Matin, 31 août 2018 (consulté le 1er mai 2019).
  3. Ski. James Couttet est mort, Libération, 14 novembre 1997 (consulté le 1er mai 2019).
  4. Au pays des terres hautes, France-Culture (consulté le 1er mai 2019).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Montaignac, Etoiles Fuyantes : La noblesse des maudits du sport, Lattès, coll. « Essais et documents », , 220 p. (ISBN 2709626799, EAN 978-2709626798)
    (à propos de l'amitié entre Louis Lachenal et James Couttet)
  • Marcel Pérès (en collaboration avec Anselme Baud), James Couttet : La fabuleuse histoire d'une légende du ski français, Du Château, , 248 p. (ISBN 2940637040, EAN 978-2940637041)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]