Communauté de l'Emmanuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Il est Vivant !)
Communauté de l'Emmanuel
Image illustrative de l’article Communauté de l'Emmanuel

Repères historiques
Fondation 1972
Fondateur(s) Pierre Goursat et Martine Laffitte
Lieu de fondation Paris
Fiche d'identité
Église Catholique
Courant religieux Renouveau charismatique catholique
Type Association publique internationale de fidèles de droit pontifical
Vocation Adoration, compassion, évangélisation
Dirigeant Michel-Bernard de Vregille
Membres 11 500 laïcs, prêtres, consacrés
Localisation 67 pays
Site internet http://www.emmanuel.info

La communauté de l'Emmanuel est une association publique internationale de fidèles de droit pontifical, née à partir d’un groupe de prière fondé en 1972. La spiritualité proposée aux membres repose notamment sur l'adoration eucharistique, la compassion et l'évangélisation.

Née de l'expérience du renouveau charismatique, elle rassemble en son sein des laïcs (mariés, célibataires, consacrés) et des prêtres.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1972, Pierre Goursat et Martine Laffitte fondent, à Paris, un groupe de prière s'inspirant de l'expérience du Renouveau charismatique catholique[1]. Le groupe se réunit d'abord dans l'appartement de Martine Laffitte puis chez les maristes rue Jean Ferrandi avant de se scinder en deux et qu'un nouveau groupe se réunisse chez les Sœurs de l'Assomption, rue de l'Assomption. Un nom commun — Emmanuel — est donné aux deux groupes. Il est tiré du passage de la Bible : « Voici, la jeune femme est enceinte, elle va enfanter un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. » (Es 7,14, Mt 1,23)[2][source secondaire souhaitée].

Les groupes croissent rapidement et se multiplient. La prière est animée par ses fondateurs et s'appuie principalement sur la louange et l'adoration eucharistique. On y observe la manifestation des charismes, dons spirituels tels qu'ils sont décrits dans les Épîtres de Paul. Pierre Goursat invite parfois des groupes au « chant en langues »[3].

Le groupe sort régulièrement dans la rue pour des missions d'évangélisation. On observe une dévotion particulière à la Vierge Marie, et de fréquentes références à sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus.

En septembre 1976, certains membres des groupes de prière de l'Emmanuel se réunissent pour se structurer davantage. Les membres forment des maisonnées d'environ 8 personnes qui se retrouvent chaque semaine pour prier ensemble, s'engagent à une vie de prière régulière et ont un accompagnement personnel. Des week-ends de formation sont proposés. L'Emmanuel devient réellement une communauté. La Communauté est initialement reconnue localement par les évêques des diocèses qui l'accueillaient.

Des premiers statuts canoniques sont donnés à la communauté de l'Emmanuel, dès 1981, par les cardinaux Lustiger (Paris), Danneels (Bruxelles), Etchegaray (Marseille). Ils seront suivis par d'autres évêques français et européens.

En 1986, des évêques français ont demandé que l'Emmanuel puisse se mettre au service des paroisses.

Cette année-là, la paroisse de la Sainte-Trinité à Paris est la première paroisse confiée à une équipe de prêtres de la Communauté de l’Emmanuel[4],[5].

Le , le Conseil pontifical pour les laïcs a approuvé pour 5 ans les statuts de la communauté de l'Emmanuel et de la Fraternité de Jésus, en tant qu'association privée de fidèles de droit pontifical. Ces statuts ont reçu l'approbation définitive le [6].

Le 3 février 2011, le pape Benoît XVI encourage les dirigeants de la communauté à « contribue[r] à renouveler de l'intérieur le dynamisme apostolique des paroisses » et « à être attentifs aux personnes qui reviennent vers l'Église et qui n'ont pas bénéficié d'une catéchèse approfondie », en maintenant « un souci permanent de concertation et de collaboration avec les pasteurs, sous l'autorité de l'évêque »[7],[8].

Le 15 août 2017, la Congrégation pour le clergé érige, en étroite communion avec l’association de fidèles, l’association cléricale de la Communauté de l’Emmanuel qui rassemble les prêtres et diacres de la communauté et qui a la faculté d’« incardiner des clercs, en particulier pour favoriser le service de la mission universelle de l’Église » selon le décret de la Congrégation pour le clergé[9],[10],[11].

Le 7 avril 2018, le pape François reçoit environ cinq-cents membres de la Communauté de l’Emmanuel en audience au Vatican : « Que là où votre communauté est présente, la Miséricorde du Père soit manifeste, en particulier envers les plus pauvres – de cœur ou de corps – soignant leurs blessures par la consolation de l’Évangile, par la solidarité et l’attention ». Il rappelle la récente création de l’association cléricale, « structure rendue opportune en raison des nombreuses vocations sacerdotales que le charisme de l’Emmanuel suscite et pour une plus grande fécondité de l’évangélisation », et souhaite que cette reconnaissance vitalise la communion des états de vie entre clercs et laïcs. Il invite aussi la communauté dans les différents pays à garder un lien toujours plus étroit avec les paroisses du lieu où elles vivent[12],[13].

Organisation[modifier | modifier le code]

Statuts[modifier | modifier le code]

Le décret du 8 décembre 1992 reconnaît la Communauté de l’Emmanuel comme « association privée internationale de fidèles de droit pontifical » et en a approuvé les statuts ad experimentum pour une période de cinq ans. Par décret du 8 décembre 1998, le Conseil pontifical pour les laïcs accorde à la Communauté de l’Emmanuel, association privée internationale de fidèles, de droit pontifical, l’approbation définitive[14],[6].

Le , le Conseil pontifical pour les laïcs a érigé la communauté de l'Emmanuel en association publique internationale de fidèles[15].

Les statuts de l’Association de fidèles sont mis à jour en conséquence pour intégrer la création de l’Association Cléricale et assurer la communion et le bon fonctionnement entre les deux associations. Ces nouveaux statuts sont reconnus le 15 août 2017 par le Dicastère pour les laïcs, la famille et la Vie[14],[11],[10].

Association de fidèles et association cléricale[modifier | modifier le code]

L'originalité de cette communauté est d'avoir renforcé le rapport prêtres-laïcs dans un rapport de « communion pour la mission, dans un désir commun de vivre la sainteté »[16][source insuffisante].

La Congrégation pour le clergé au Vatican crée l'association cléricale de la communauté de l'Emmanuel, le [17]. Cette association cléricale est le développement des statuts de la communauté de l'Emmanuel pour les membres ordonnés. Désormais pour les ordonnés de l'Emmanuel, leur communauté est à la fois une association de fidèles et une association cléricale. La communauté de l'Emmanuel accède donc à un statut particulier qui prévoit entre autres la possibilité d'incardiner en son sein des prêtres et des diacres, et accède à une légitimité canonique à vivre une communion des différents états de vie. Les statuts de cette association cléricale entrent vigueur le [18],[10].

Composition[modifier | modifier le code]

La communauté compte 11 500 membres dans 60 pays, dont la moitié en France[19],[1].

Parmi ses membres, la communauté de l'Emmanuel compte 270 prêtres, une vingtaine de diacres permanents, une centaine de séminaristes et de jeunes en discernement[16], et 200 laïcs consacrés[19].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

La communauté de l'Emmanuel est dirigée par un modérateur général et un conseil international, élus par le collège d'élection et de prière[pas clair].

À l’origine, les mandats étaient d’une durée de trois ans, renouvelables trois fois. Depuis la mise à jour des statuts du 15 août 2017, les mandats sont d’une durée de cinq ans, renouvelables deux fois[14][source secondaire nécessaire].

Depuis 1976, les modérateurs ont été :

Nom Dates Nationalité Nombre de mandats Responsabilités précédentes Responsabilités actuelles
Pierre Goursat 19761985 Français Équivalent de 3 mandats Fondateur

Secrétaire général à l'Office catholique français du cinéma

Responsable de groupe de prière

Décédé.
Gérald Arbola[1] 19851994 Français 3 mandats Adjoint du fondateur Membre du directoire d'Areva, retraité depuis 2011
Markus Gehlen[6] 19942000 Allemand 2 mandats Responsable de la communauté en Allemagne Professeur de latin, grec et religion à Berlin
Dominique Vermersch[20] 20002009 Français 3 mandats Responsable d'Amour & Vérité Recteur de l'Université catholique de l'Ouest (Angers)
Laurent Landete[21] 2009-2018 Français 3 mandats Délégué du modérateur pour la France Directeur Général Délégué du Collège des Bernardins, chargé de la programmation.

Membre du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie à Rome

Michel-Bernard de Vregille[22],[23] 2018 - Français 2e mandat Délégué du modérateur pour la France Modérateur de la communauté de l'Emmanuel

Moyens et activités[modifier | modifier le code]

Moyens[modifier | modifier le code]

Les moyens proposés à chacun pour vivre sa foi sont multiples. Ils vont du groupe de prière (généralement hebdomadaire), à la maisonnée (petit groupe de personnes qui se réunissent à un rythme régulier, hebdomadaire ou toutes les 2 semaines pour prier ensemble, partager la parole et l'œuvre de Dieu dans leur vie) à la rencontre communautaire mensuelle. Les membres de la communauté bénéficient d'un accompagnateur et peuvent se voir proposer des formations et enseignements pour approfondir leur foi[réf. nécessaire].

Conformément à ses Statuts, les membres versent une participation financière libre pour les œuvres de la communauté, « en fonction de ses possibilités et de ses charges de famille, chacun verse une juste participation à la vie et à l'apostolat de la Communauté, dont il fixe librement le montant. »[14][source secondaire nécessaire].

En 2010, le magazine Golias s'interroge sur l'envoi non désiré de courriers aux seules personnes soumises à l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par la communauté de l'Emmanuel[24].

Activités[modifier | modifier le code]

Les évêques de nombreux diocèses ont confié à des prêtres de la communauté de l'Emmanuel des paroisses et des lieux d'accueil et de pèlerinage, tels les sanctuaires de Paray-le-Monial ou de L'Île-Bouchard[25].

À Paray-le-Monial, chaque été, la Communauté organise des sessions internationales[26] [source secondaire nécessaire] à destination des familles, des jeunes, des 25-35 ans, des retraités, des prêtres, ou des professionnels de la santé. En 2007, ces sessions rassemblent un peu moins de 30 000 personnes pendant l'été[27].

La communauté de l'Emmanuel a participé à l'organisation de nombreux grands événements d'évangélisation, comme les Congrès pour la Nouvelle Évangélisation[28] de Vienne (2003), Paris (2004), Lisbonne (2005), Bruxelles (2006), Budapest (2007)[réf. nécessaire].

L'implication de l'Emmanuel dans la vie des paroisses a contribué à les redynamiser, par exemple à l'Église de la Sainte-Trinité de Paris où a été créé le Centre Trinité qui offre de nombreux cycles de formation humaine, théologique ou spirituelle pour croyants ou incroyants[réf. nécessaire].

La Communauté de l’Emmanuel a déployé plusieurs missions pour répondre aux besoins et appels de la société et de l'Église.

  • En 1981, elle lance notamment Fidesco qui envoie pour un ou deux ans des volontaires de la solidarité Internationale (VSI) dans des pays du sud au service de projets de développement en lien avec les Églises locales. L'association a aussi initié des projets de développement comme le dispensaire Saint-Gabriel en 1987 (Conakry, Guinée), le CECYDAR, centre de réinsertion des enfants des rues en 1994 (Kigali, Rwanda), ou encore l’école professionnelle Saint-Joseph Artisan à Port-au-Prince à Haïti lancée après le séisme de janvier 2010[29].
  • En 1985, le centre Tibériade est lancé par le diocèse de Paris pour accueillir les malades du sida et en particulier les personnes homosexuelles. La responsabilité de l’animation du centre est confiée à la Communauté de l’Emmanuel[30].
  • En 1982 est lancée la première Emmanuel School of Mission (ESM) pour des jeunes de 18 à 30 ans, école dont le principe repose sur quatre axes : vie de prière, formation spirituelle et intellectuelle, vie d’équipe et missions d'évangélisation. Il existe aujourd’hui sept écoles à Paray-le-Monial, Altötting, Rome, Manille, Salvador de Bahia, New York et Bafoussam[réf. nécessaire].
  • En 1999, un membre et des sœurs consacrées s’installent à Bondy pour vivre dans une cité populaire. Deux ans plus tard, naît l'association loi de 1901 d’éducation populaire « Le Rocher »[31] catholique dans son identité, laïque dans son objet. Elle a pour but de mettre en place des actions éducatives, sociales et culturelles avec les enfants, adolescents, adultes et familles des quartiers urbains en difficulté. En 2020, l'association dispose de neuf antennes en France et d'un budget annuel approchant les trois millions d'euros[32].

Évêques issus de la communauté de l'Emmanuel[modifier | modifier le code]

En 2023, 10 évêques sont issus de la communauté de l'Emmanuel[23] dont :

Implantation[modifier | modifier le code]

En 2000, Pierre Bréchon et Jean-Paul Willaime notent que l'ouvrage d'Anne Devailly[34] montre des « implantations de membres de la communauté de l'Emmanuel dans de puissants groupes de presse[35] »[évasif].

Publications[modifier | modifier le code]

Il est vivant !
Image illustrative de l’article Communauté de l'Emmanuel

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité Trimestriel
Prix au numéro 9 €
Fondateur Pierre Goursat
Date de fondation 1974

Directeur de publication Bruno Pouzoullic
Rédacteur en chef Laurence de Louvencourt
ISSN 0338-0165
Site web http://www.ilestvivant.com
  • La revue Il est Vivant ![36] propose chaque trimestre des articles de fond destinés à la formation et des témoignages.
  • Les Éditions de l'Emmanuel proposent des ouvrages de formation et des témoignages[37].
  • Les chants de l'Emmanuel sont diffusés dans les CD Il est Vivant ! accompagnés de carnets de chants.

Pour Christine Pina, la stratégie médiatique de la communauté repose d'abord sur la prééminence de la parole, sur une présence active sur le terrain, mais également sur « la possession de moyens de médiatisation propres, tout en profitant de la présence de membres dans des médias indépendants des communautés »[38].

Controverses[modifier | modifier le code]

Abus de pouvoir et de conscience[modifier | modifier le code]

Un dossier du quotidien La Nouvelle République, paru le 12 février 2022, révèle que des associations de victimes ont été sollicitées au sujet de la communauté de l'Emmanuel. L’Aide aux victimes des dérives de mouvements religieux en Europe et à leurs familles (Avref) a ainsi recueilli les témoignages de plusieurs personnes qui font état d'« abus spirituels » et de ruptures avec le milieu familial. L'association a alerté à ce sujet la Conférence des évêques de France. Interrogée par le quotidien, la Miviludes dit avoir reçu depuis 2020 quatre demandes d’avis sur la Communauté de l’Emmanuel. La Mission ministérielle affirme qu' « à ce jour, aucun élément ne permet de conclure à l’existence de dérives sectaires, mais [qu'elle] reste vigilante »[39]. En mai 2022, la Commission de prévention et de lutte contre les abus (CPLA), mise en place par la communauté de l'Emmanuel en avril 2019, rend publics les résultats de son deuxième exercice, qui couvre l’année 2021[40]. Elle dénombre 14 alertes pour abus de pouvoir et de conscience, toutes sur des personnes majeures, parmi lesquelles 12 mettent en cause des membres de la communauté, dont huit laïcs[41].

Emmanuel Dumont[modifier | modifier le code]

Le 24 janvier 2024, la communauté de l'Emmanuel et les diocèses de Lyon et de Paris rendent publiques les sanctions visant l'abbé Emmanuel Dumont, ancien exorciste de Lyon et membre de la communauté. Ces sanctions prises le 26 mars 2022 par le diocèse de Paris, dans lequel le prêtre est incardiné, et confirmées le 9 janvier 2024 par le Dicastère pour le clergé comprennent notamment l'interdiction provisoire de mener un accompagnement spirituel individuel, de confesser et de donner des enseignements sur le ministère de guérison ou d’exorcisme. Le communiqué indique, sans les révéler, que les faits sanctionnés ne sont pas de nature sexuelle. Les personnes plaignantes ont été informées de ces sanctions[42]. La Tribune de Lyon livre le 4 février 2024 le témoignage des deux victimes d'Emmanuel Dumont. L'une dit avoir été de juin 2018 à juillet 2020 sous l'emprise destructrice du prêtre qui l'aurait convaincue, au fil de leurs rencontres mensuelles, qu'elle avait été victime - et coupable - dans son enfance de crimes rituels sataniques à l'origine chez elle d'une possession diabolique. L'autre plaignante témoigne de faits analogues : amenée par une membre de la communauté de l'Emmanuel à rencontrer l'abbé Emmanuel Dumont, ce dernier lui aurait suggéré qu'elle avait été, elle aussi, victime de traumatismes dans son enfance, dans son cas un viol incestueux. Un frère carme aurait également participé aux séances d'exorcisme, secondé par une laïque exerçant la naturopathie[43]. Un signalement est fait en février 2021 à la cellule d’écoute du diocèse de Lyon par la première plaignante. En avril 2021 une plainte est déposée auprès du procureur de la République de Lyon, mais elle est classée sans suite, les faits ne pouvant ni être caractérisés comme un abus de faiblesse ni prouvés. Dans une lettre de juillet 2022 adressée à la victime du prêtre, l'archevêque de Lyon, Olivier de Germay, reconnaît des « dysfonctionnements [qui] ont conduit à la refondation complète de l’équipe d’exorcisme », « une spiritualisation exagérée pouvant conduire à une culpabilisation inadaptée, et des pratiques pour le moins imprudentes ». En août 2022, Emmanuel Dumont est déplacé, en accord avec la communauté de l’Emmanuel et Laurent Ulrich, archevêque de Paris, à Autun où il est nommé vicaire[44]. Ce n'est que le 13 décembre 2023, quelques semaines avant le communiqué, que la CPLA avise les deux victimes d'Emmanuel Dumont des sanctions prises contre lui[45]. S'exprimant le 6 février 2024 dans le Le Dauphiné libéré au sujet du communiqué du 24 janvier, Emmanuel Dumont considère la sanction qui le frappe comme « inique »[46]. Le , il s'exprime dans Franceinfo, et indique considérer l'enquête comme bâclée car n'ayant pas été informé de cette plainte, et n'ayant pas pu donner sa version des faits. En outre, il révèle que la sanction diocésaine initiale était de 15 ans de restriction d'exercice, que Rome a réduit en appel à trois ans[47].

Abus sexuels[modifier | modifier le code]

En octobre 2017, Bernard Peyrous, prêtre de la communauté, ancien recteur du sanctuaire de Paray-le-Monial et postulateur de la cause en béatification de Marthe Robin, est suspendu de ses fonctions par Jean-Pierre Ricard, cardinal-archevêque de Bordeaux, « à la suite de gestes gravement inappropriés […] vis-à-vis d’une femme majeure » que Bernard Peyrous a reconnus[48]. L'information est annoncée par un communiqué de la communauté de l'Emmanuel[49]. Trois autres signalements pour des faits de moindre gravité remontent auprès de la communauté. Aucune enquête canonique n'est engagée par Jean-Pierre Ricard[50]. Néanmoins, un an après cela, il est affecté dans une paroisse du diocèse de Toulouse[51].

En décembre 2019, Benoît Moulay, prêtre de la communauté en charge d'une paroisse dans le diocèse du Mans, est suspendu par Yves Le Saux, évêque du diocèse, « en raison de son comportement inapproprié vis-à-vis de femmes majeures »[52]. Cette suspension intervient deux semaines après la révélation des premiers faits. La justice française classe la procédure sans suite en 2020[53]. À la suite d'une enquête canonique, Benoît Moulay est renvoyé de l'état clérical le pour « des violences sexuelles sur deux femmes majeures et des abus de pouvoir »[54]. L'ancien prêtre ne fait pas appel de cette décision. Un fil très critique sur cette affaire, publié le 15 janvier 2024 par la journaliste Natalia Trouiller sur Twitter[55], donne lieu le lendemain à un communiqué de la part de la communauté de l'Emmanuel qui évoque « des erreurs, des imprécisions et surtout de nombreux amalgames qui donnent une présentation partielle et tronquée de la réalité. Certains propos pourraient relever de la diffamation et de l’atteinte à la présomption d’innocence. »[56],[57].

Vision de l'homosexualité[modifier | modifier le code]

Selon Anthony Favier, docteur en histoire, ancien président de l'association LGBT chrétienne David & Jonathan, la communauté de l'Emmanuel représente un courant conservateur de l’Église catholique lié à la la Manif pour tous, à l'origine de l'implantation en France de l'association américaine Courage, pour laquelle « l'attirance vers le même sexe est un désordre développemental qui est à la fois soignable et évitable »[58],[59],[60]. La communauté de l’Emmanuel et l’association Courage proposent lors des sessions de Paray-le-Monial, de 2015 à 2017, le parcours Homosexualité : vivre avec et accompagner dont la particularité est de préconiser aux participants de vivre la continence et la chasteté, ce qui, en contexte catholique, signifie par une série de pratiques (groupes de parole, accompagnement spirituel, conférences, sacrements) parvenir graduellement à l'absence totale de rapports affectifs et sexuels avec des personnes de même sexe. Pour l'intervenante Élisabeth Content : « À partir du moment où l’on croit au Christ, on ne peut continuer à vivre dans le péché et être coupé en deux… Mais cette unification ne se fait que petit à petit » – ce qui postule de l'incompatibilité foncière entre la pratique de l'homosexualité (définie ici comme un "péché") et la foi chrétienne[61],[62]. Selon Bruno Perreau, la Communauté de l’Emmanuel a alimenté la résistance à l’ouverture du mariage aux couples homosexuels en France, et cherché à fédérer les réseaux chrétiens sur le sujet[63].

Implication dans la « Manif pour tous »[modifier | modifier le code]

Selon une enquête réalisée par le Monde et reprise par l'Obs, la communauté de l'Emmanuel a activement milité pour la « Manif pour tous » dans laquelle sont présentes de nombreuses personnalités gravitant autour de la communauté comme « Emmanuel Sapin, qu'on retrouve également dans des colloques hostiles à l'avortement », Tugdual Derville d'Alliance Vita et Frigide Barjot qui participent aux « rencontres de prière » de Paray-le-Monial, ainsi qu'un salarié de la communauté de l'Emmanuel, Jean-Baptiste Maillard, qui a participé à la création du site Homovox, un collectif d'homosexuels opposés au « mariage pour tous »[64],[65].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Aux origines de la communauté de l'Emmanuel », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « Communauté de l'Emmanuel », sur Conseil pontifical pour les laïcs (consulté le )
  3. René Laurentin, L'Esprit Saint, cet inconnu : Découvrir son expérience et sa personne, Fayard, , 616 p. (ISBN 978-2-213-65834-6, lire en ligne), p. 234.
  4. « Mgr Lustiger, cardinal de l'urgence : Tourmenté, exigeant et brillant, cet archevêque atypique célèbre Pâques pour la dixième fois à Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Samuel Dolbeau, « Le rapport de la Communauté de l’Emmanuel avec ses paroisses parisiennes. S’accommoder sans se diluer, se spécifier sans s’isoler », Émulations - Revue de sciences sociales,‎ , p. 5 (DOI 10.14428/emulations.varia.023)
  6. a b et c « La communauté veut investir dans la formation des laïcs », Cath.ch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Benoît XVI à la Communauté de l’Emmanuel : ayez soif d’évangéliser », Zenit,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Benoît XVI encourage la Communauté de l'Emmanuel à être missionnaire », sur Conférence des évêques de France, (consulté le )
  9. « Création de l'Association Cléricale de la Communauté de l'Emmanuel », sur Communauté de l'Emmanuel, (consulté le ).
  10. a b et c Sixtine Chartier, « Ce que le changement de statut des prêtres de l'Emmanuel veut dire », La Vie,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. a et b Nicolas Senèze, « De nouveaux statuts pour la communauté de l’Emmanuel », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. François, « À la Communauté de l’Emmanuel », sur vatican.va, (consulté le ).
  13. Anne-Bénédicte Hoffner, « Le pape veut une Communauté de l’Emmanuel « missionnaire » et « intégrée » au diocèse », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. a b c et d « Statuts de l’Association de fidèles et de l’Association cléricale » [PDF], sur Communauté de l’Emmanuel (consulté le ).
  15. « Laurent Landete élu modérateur de l'Emmanuel », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. a et b Laurent Landete, modérateur général de la Communauté de l'Emmanuel et le Père Henri-Marie Mottin, responsable des ministres ordonnés et des séminaristes dans l'édition Spéciale de KTO du  : Nouveaux statuts pour la Communauté de l'Emmanuel. Visionnable en ligne
  17. Antoine Pasquier et Samuel Pruvot, « Révolution sacerdotale à l'Emmanuel », Famille chrétienne, no 2069,‎ 9 au 15 septembre 2017, p. 20-21 (lire en ligne, consulté le )
  18. Beniamino Stella et Joël Mercier, « Décret d'érection et Statuts de l'Association Cléricale » [PDF], Congrégation pour le Clergé, , p. 2
  19. a et b « Qui sommes-nous ? », sur Communauté de l'Emmanuel (consulté le )
  20. « Dominique Vermersch renouvelé à la tête de l’Université catholique de l’Ouest », La Croix,‎ (lire en ligne)
  21. « Laurent Landete, nouveau modérateur de l'Emmanuel », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. « Michel-Bernard de Vregille, nouveau modérateur général de la communauté de l’Emmanuel », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. a et b Malo Tresca, « Michel-Bernard de Vregille réélu modérateur général de la communauté de l’Emmanuel », La Croix,‎ (lire en ligne)
  24. Christian Terras, « Pâques à l'épreuve du business évangélisateur, ou quand la Communauté charismatique de l’Emmanuel "tape" les fidèles soumis à l’ISF », Golias,‎ .
  25. Maxime Pionneau, « A L’Ile-Bouchard, en Indre-et-Loire, des catholiques bien lotis », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Sessions de Paray-le-Monial », sur emmanuel.info, (consulté le ).
  27. « Succès pour les sessions d'été de l'Emmanuel à Paray-le-Monial », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  28. « Paris Toussaint 2004 », sur icne.fr (consulté le ).
  29. Véronique Durand, « En 2021, l'aventure missionnaire de Fidesco continue de transformer les vies », La Vie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Le centre Tibériade — KTOTV » [vidéo], sur KTO TV (consulté le ).
  31. « Accueil - Association Le Rocher », sur Association Le Rocher (consulté le ).
  32. Elsa Sabado et Stéphane Lagoutte, « Avec le Rocher, des missionnaires prennent des positions à Bondy », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Grégory Roth, « Autriche: Un prêtre de la Communauté de l’Emmanuel nommé évêque », Cath.ch,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. Anne Devailly, Les charismatiques, Éditions de La Découverte,
  35. Pierre Bréchon (dir.) et Jean-Paul Willaime, Médias et religions en miroir, Presses universitaires de France, coll. « Politique d'aujourd'hui », , 344 p. (DOI 10.3917/puf.willa.2000.01)
  36. « Il est vivant! - Le magazine de la nouvelle évangélisation », sur Il est vivant! (consulté le ).
  37. Librairie en ligne des Maisons de l'Emmanuel
  38. Christine Pina et Pierre Bréchon (directeur), Médias et religions en miroir, Paris, Presses universitaires de France, , 334 p. (ISBN 2130505740, DOI 10.3917/puf.willa.2000.01.0139, lire en ligne), « Groupements charismatiques et stratégies médiatiques : l'exemple français », p. 139-155
  39. « La communauté de l'Emmanuel sous le feu des critiques », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. « Bilan d’activité 2021 de la Commission de Prévention et de Lutte contre les Abus de la Communauté de l’Emmanuel », sur Communauté de l'Emmanuel, (consulté le ).
  41. Benoît Fauchet, « Communauté de l’Emmanuel : les signalements d’abus de pouvoir en légère hausse », La Croix,‎ (lire en ligne)
  42. « A propos du père Emmanuel Dumont, ancien exorciste, prêtre du diocèse de Paris, membre de la communauté de l’Emmanuel », sur Diocèse de Lyon, (consulté le )
  43. Antoine Sillières, « «J'étais convaincue d'être possédée» : les «délires sataniques» de l’ex-prêtre exorciste de Lyon dénoncés par des fidèles », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. Isabelle Thibaudin, « Après New York, Bruxelles et Notre-Dame, le père Emmanuel Dumont arrive dans l’Autunois », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne)
  45. Romain Desgrand, « J’ai été l’objet de son délire » : À Lyon, l’emprise destructrice du prêtre exorciste », Tribune de Lyon,‎ (lire en ligne)
  46. « Emmanuel Dumont : « Un sentiment d’injustice » », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne)
  47. Elise Regaud, « "Une enquête bâclée" : ancien prêtre exorciste accusé d'emprise, sanctionné par l'Eglise, le Père Emmanuel Dumont se défend », France TV Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. « Le père Bernard Peyrous démis de ses fonctions », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. « Information concernant le Père Bernard Peyrous » [archive du ], sur Communauté de l'Emmanuel, .
  50. Sylvain Duchampt, « Église : l’embarrassante affectation d’un prêtre, accusé d’attouchements, à Toulouse », France 3 Occitanie,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. Mélinée Le Priol, « Imbroglio autour du transfert d’un prêtre accusé de « gestes gravement inappropriés » », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Xavier Le Normand, « L’évêque du Mans suspend un prêtre de l’Emmanuel », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  53. Alix Froissart, « Le Mans. Un prêtre renvoyé de l’état clérical en raison « d’abus sexuels et de pouvoir » », Ouest France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. Matthieu Lasserre, « Abus sexuels : au Mans, un prêtre de la communauté de l’Emmanuel renvoyé de l’état clérical », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. https://threadreaderapp.com/thread/1746823651062681928.html
  56. « Communication du 16 janvier 2024 », sur emmanuel.info, (consulté le )
  57. « Communication du 16 janvier 2024 » (version du sur Internet Archive)
  58. Pierre de Boissieu et Florian Bardou, « En France, l’interdiction des «thérapies» de conversion n'est pas pour tout de suite », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. Anthony Favier, « Avec l'aide et aux frontières de la médecine : l'accompagnement pseudo-médical des homosexuels catholiques en France (des années 1960 au moment de la Manif pour tous). », Émulations, revue de sciences sociales, Université catholique de Louvain,‎ , p. 62 (lire en ligne Accès libre)
  60. Anthony Favier, Dictionnaire du fouet et de la fessée : Corriger et punir, Paris, Presses universitaires de France, , 864 p. (ISBN 978-2-13-081898-4), « Orientation sexuelle et "thérapies religieuses de conversion" (France, États-Unis) », p. 549-552. :

    « En 2015, la Communauté de l'Emmanuel, principal mouvement charismatique catholique français, implante le mouvement Courage en France en faisant traduire l'ouvrage de son fondateur John Harvey. »

  61. Samuel Lieven, « Aider les personnes homosexuelles à trouver leur place dans l’Église », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. Claire Lesegretain, « La communauté de l’Emmanuel réagit à propos des thérapies de conversion », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  63. Bruno Perreau, Qui a peur de la théorie queer ?, Paris, Presses de Sciences Po, (ISBN 9782724622454, DOI 10.3917/scpo.perre.2018.01), p. 35-108
  64. « Le vrai visage de la Manif pour tous », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  65. Samuel Laurent, « Derrière la grande illusion de la "Manif pour tous" », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Valérie Aubourg, Réveil évangélique, emprunts évangéliques au sein du catholicisme, éd. Labor & Fides, .
  • Frédéric Lenoir, Les communautés nouvelles. Interviews des fondateurs, éd. Fayard,
  • Christine Pina, Voyage au pays des charismatiques, éd. de l'Atelier, (lire en ligne)
  • Olivier Landron, Les communautés nouvelles: nouveaux visages du catholicisme français, éd. Cerf, (lire en ligne)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Parasie, « Rendre présent l'« Esprit-Saint » : Ethnographie d'une prière charismatique », Ethnologie française, vol. 35, no 2,‎ , p. 347-354 (DOI 10.3917/ethn.052.0347, lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :