Séminariste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans le catholicisme, les séminaristes sont les étudiants du séminaire. Ce sont des hommes qui suivent une formation comprenant de la théologie, philosophie et théologie pastorale, suivant l'enseignement de l'Église Catholique. En même temps, l'encadrement du séminaire les aide à discerner leur appel à la prêtrise. À la fin des études, si la vocation est confirmée, le séminariste est ordonné diacre, puis quelque temps après prêtre, par l'évêque de son diocèse.

Parcours de formation d'un séminariste[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

La formation des prêtres s'organise en trois grandes étapes de formation appelées cycles.

  • Une année de propédeutique ou fondation spirituelle (de plus en plus pratiqué en France). Cette année ne compte pas comme une année au séminaire. Le candidat est parfois appelé propédeute ou candidat au ministère presbytéral ou séminariste en année de fondation spirituelle.
  • Deux ans de premier cycle (auparavant appelé philosophie).
  • Trois ans de second cycle (auparavant appelé théologie).
  • Une année diaconale.

Ce parcours intègre ce que l'on appelle les quatre piliers de la formation : formation humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale.

L'année de propédeutique est une année initiale axée avant tout sur le discernement pour une vocation sacerdotale, ce discernement se continuera ensuite tout au long de la formation au séminaire jusqu'au diaconat. Au cours de cette année une vie de prière régulière basée sur la liturgie des Heures, l'oraison et la fréquentation quotidienne de l'Eucharistie est mise en place. Dans la plupart des propédeutiques est mis en place un temps de lectio divina (lecture priante de la Bible) permettant de lire l'ensemble de la Bible au cours de l'année. Quelques cours d'introduction théologiques et bibliques sont dispensés.

Les deux années de premier cycle sont elles aussi fortement axées sur le discernement vocationnel. Ici la formation intellectuelle prend de l'importance avec comme base une formation philosophique, mais aussi une formation théologique, biblique, liturgique et pastorale dans leurs fondamentaux.

Des stages caritatifs d'un an ou deux peuvent aussi s'intercaler dans le parcours de formation, le plus souvent entre le premier et le second cycle, ces stages ont souvent pour but de faire grandir en maturité les séminaristes, ils peuvent se dérouler en France comme à l'étranger. La décision d'effectuer un stage peut provenir aussi bien des encadrants (les pères du séminaire) que d'une demande de la part du séminariste.

C'est seulement en entrant en second cycle que l'étudiant est reconnu canoniquement comme séminariste. Les trois années de second cycle servent à boucler la formation intellectuelle avec un baccalauréat canonique à la clé (l'équivalent d'une licence dans le système européen). Ce baccalauréat canonique peut être éventuellement prolongé par une licence canonique (l'équivalent d'un master 2).

En principe le séminariste est appelé au diaconat par son évêque à la fin de sa troisième année de second cycle. C'est une étape très importante : l'ordination diaconale est déjà un engagement à vie dans le célibat et la fidélité à la prière de l'Église (Liturgie des Heures). Attention, il ne s'agit pas ici de diacres permanents, mais de séminaristes ordonnés diacres pour un an en attendant d'être prêtres. Cette tradition d'ordonner diacres de futurs prêtres remonte à la réforme grégorienne. L'année diaconale est plus spécialement dédiée à la formation pastorale.

À la fin de ce parcours et si rien ne s'y oppose ce diacre sera normalement appelé à être prêtre par son évêque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]