Communauté du Puits de Jacob

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Puits de Jacob
Logo pdj hd.jpg

Repères historiques
Fondation 1977
Fondateur(s) Bertrand Lepesant
Lieu de fondation Strasbourg
Fiche d'identité
Église Catholique
Courant religieux Renouveau charismatique
Dirigeant Monique Graessel
Localisation Alsace, Togo
Sur Internet
Site internet http://puitsdejacob.com

La Communauté du Puits de Jacob est une Communauté de Vie issue du Renouveau charismatique et principalement présente en Alsace.

Nom[modifier | modifier le code]

La communauté tire son nom du puits de Jacob, situé dans la Bible près de Sichem (à l'époque moderne près de Naplouse).

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts à Strasbourg[modifier | modifier le code]

En 1974, un petit groupe de prière se réunit tous les quinze jours chez une étudiante en médecine à Strasbourg. Deux ou trois personnes ont bénéficié de l’effusion de l’Esprit dans le Renouveau charismatique, les autres restent sur la réserve. En octobre, puis décembre, des étudiants participent à un week-end de prière puis à une retraite de trois jours. Des conversions retentissantes sont vécues et plusieurs reçoivent une effusion du Saint-Esprit marquante. Dès lors, le groupe devient vraiment un groupe de prière charismatique. Très vite est ressenti le besoin de se retrouver plus souvent, toutes les semaines puis deux fois par semaine. Le processus qui allait conduire à la communauté avait débuté.

Début de la vie communautaire[modifier | modifier le code]

C’est en octobre 1977 que commence la vie communautaire sous le même toit[1]. Six personnes sentent comme une exigence intérieure d’aller plus loin dans leur marche ensemble à la suite du Christ. Trois femmes et trois hommes dont Bertrand Lepesant, prêtre, jésuite[2] qui dès 1975 a été le rassembleur de la Communauté[3], viennent habiter ensemble sur le territoire de la paroisse Saint-Louis, dans le quartier de la « Petite France » à Strasbourg.

Ils s’engagent à vivre le partage de la vie quotidienne, de la prière, des revenus et le service de l’assemblée de prière Cette petite fraternité de vie commune sera le creuset où s’élaborera le style de vie communautaire du Puits de Jacob et d’où naîtront bien des aspects de la mission de la Communauté. C’est aussi dans cette fraternité qu’est né progressivement le sentiment que la participation à la Communauté appelait un engagement à vie, que le Puits de Jacob était don de Dieu appelé à durer. En 1994, trois premiers frères et sœurs ont prononcé leurs engagements à vie dans la Communauté.

Statuts[modifier | modifier le code]

La Communauté est reconnue par Mgr Brand, archevêque de Strasbourg, comme association privée de fidèles en 1995[4].

Missions[modifier | modifier le code]

Le Puis de Jacob est une Communauté catholique à vocation œcuménique, bien que les non-catholiques engagés en son sein soient très peu nombreux[5].

Le Puits de Jacob est une Communauté particulièrement tournée vers la guérison intérieure ; près de la moitié de ses membres sont engagés professionnellement dans le monde médical ou paramédical. Des groupes de partage pour les personnes travaillant dans le monde de la Santé sont rapidement organisés et permettent d'échanger le vécu, notamment face à la souffrance et à la mort[6].

Implantations[modifier | modifier le code]

La Communauté, essentiellement présente en Alsace[7], s'est vu confier une maison d'accueil spirituel à la Thumenau (commune de Plobsheim). D'autre part, elle s'est également implantée à Sokodé, au Togo, où elle anime un centre médical, appelée à cette mission en 2002 par Ambroise Djoliba, évêque de Sokodé[8],[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Véronique Hunsinger, « Le Puits de Jacob, une halte spirituelle au cœur de Strasbourg », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  2. Olivier Landron 2004, I. Les racines des communautés nouvelles — chapitre iii. Les fondateurs — Les religieux et religieuses., p. 105.
  3. Olivier Landron 2004, I. Les racines des communautés nouvelles — chapitre ii. Les causes récentes de l'éclosion des communautés nouvelles — Le Concile Vatican II., p. 52.
  4. « De l'eau à Sokodé », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (ISSN 0150-391X, lire en ligne).
  5. Olivier Landron 2004, I. Les racines des communautés nouvelles — chapitre i. Les fondements spirituels des communautés nouvelles — Le Renouveau charismatique et l'œcuménisme., p. 46.
  6. Olivier Landron 2004, III. Les communautés nouvelles et la société — chapitre vi. L'apostolat des communautés postconciliaires — Les guérisons intérieures ou psychologiques., p. 438.
  7. Monique Hébrard 1987, le Puits de Jacob, p. 159.
  8. Jacques Fortier, « Le Puits de Jacob a inauguré son centre médical au Togo », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (ISSN 0150-391X, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]