Courage international

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Courage International est une œuvre apostolique et un ministère de l’Église catholique qui s’occupe des personnes « attirées par les personnes du même sexe »[1] et qui se propose de les encourager à vivre dans la chasteté, conformément à l’enseignement de l’Église catholique sur l’homosexualité. Courage parraine également Encourage, une œuvre proposant un soutien aux familles et proches de personnes qui éprouvent de l’attirance pour les personnes du même sexe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Terence Cooke, cardinal-archevêque de New-York, a conçu cette œuvre apostolique comme un soutien spirituel visant à aider les catholiques ayant une attirance vers les personnes du même sexe à adhérer aux directives du Saint-Siège sur les comportements sexuels.

Le cardinal Cooke a invité le théologien moraliste, le père John Harvey, oblat de saint François de Sales, à venir à New-York pour entreprendre cette œuvre Courage avec le père Benedict Groeschell, franciscain. La première réunion a eu lieu en septembre 1980.

Le fondateur de Courage international, le père John Harvey, considérait l'homosexualité comme « contre nature[2] » - en conformité avec l'enseignement de la Bible qui considère les actes homosexuels comme une abomination (Lévitique 18:22, Lévitique 20:13, Romains 1:27) et de l'Eglise catholique[3] - et pensait que les homosexuels devaient se débarrasser de « leurs comportements obsessionnels compulsifs[2] ». Il a déclaré dans une interview :

« L'adolescent peut aussi être capable de travailler graduellement à vaincre ou au moins à réduire les attirances homosexuelles avec l'aide d'un bon thérapeute et d'un directeur spirituel. […] C'est un long processus de soigner l'identité sexuelle[4]. »

Des catholiques LGBT protestent régulièrement contre les positions et les actions de Courage international aux États-Unis[5]. La directrice d'une association de catholiques LGBT, DignityUSA, a déclaré :

« Courage est vraiment problématique et très dangereux pour la santé spirituelle des gens. Et cela nous inquiète depuis pas mal d'années[6] »

Un rapport signé par des avocats de victimes inclut Courage parmi les groupes homophobes qui « diabolisent l'homosexualité » et « pratiquent des thérapies » pour en guérir[7], malgré les dénégations officielles[6].

En France, un groupe s’est constitué à partir de septembre 2010, sous la dénomination de Catho-Homo-Courage puis Courage France présent à Toulon, Paris et Lyon[8]. En 2016, trois associations ont dénoncé la tenue d'une session de Courage à Paray-le-Monial « comme homophobe et comme « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence homophobe »[9] ».

En février 2018, l'association SOS Homophobie dénonce l'organisation d'une réunion à Pau sur l'homosexualité animée par l'aumônier national de Courage en France[10],[11]. SOS Homophobie saisit la Miviludes à ce sujet[12]. Face aux accusations de certaines associations de faire des 'thérapies de guérison', l'aumônier de Courage en France, dans un entretien donné au journal La Croix, a déclaré :

« Parler de ’thérapies de guérison’ est un procès d’intention  : Courage n’en fait pas. Le principe de ses groupes de partage est extrêmement simple. Notre discours est en cohérence avec ce que dit l’Église, à savoir que nous devons accueillir les personnes tout en reconnaissant que les actes homosexuels sont désordonnés.[13] »

But[modifier | modifier le code]

Les cinq objectifs de Courage sont :

  • Vivre la chasteté en cohérence avec l’enseignement actuel de l’Église catholique sur l’homosexualité.
  • Dédier sa vie au Christ au travers du service du prochain, de lectures spirituelles, de prières, de méditations, d’une direction spirituelle individuelle, d'une réception fréquente de l'Eucharistie et du sacrement de pénitence.
  • Encourager un esprit de camaraderie au sein duquel tous puissent partager leurs pensées et leurs expériences, de manière à ce qu’aucun n’affronte seul les problèmes liés à l’homosexualité.
  • Être conscient du fait que de chastes amitiés sont non seulement possibles, mais nécessaires pour un chrétien vivant la chasteté et que de tels liens permettent de réels encouragement mutuels.
  • Vivre une vie qui puisse être un bon exemple pour d’autres[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Courage France », Courage (consulté le 20 septembre 2010)
  2. a et b Steve Weatherbe, « Remembering Father John Harvey », National Catholic Register, 5 janvier 2011.
  3. « Catéchisme de l'Église Catholique - IntraText », sur www.vatican.va (consulté le 13 mars 2018)
  4. « Father John Harvey: Source of Same-Sex Attractions in Children: Parenting and Social Influences », 24 janvier 2004, Catholic Online.
  5. Trudy Ring, « LGBT-Supportive Catholics Protest Michigan Conference », The Advocate, 12 août 2015.
  6. a et b Patricia Montemurri, « Detroit Archdiocese to encourage gay Catholics to be chaste in Courage sessions », Detroit Free Press, 6 mars 2014.
  7. Rachel Revesz, « Conversion therapy to turn gay people straight ‘demonizes’ homosexuality and should be banned, say lawyers », The Independent, 25 mai 2016.
  8. Courage, chemin chrétien pour les personnes homosexuelles, Famille chrétienne n°2011 du 30 juillet au 5 août 2016, pp. 20-21.
  9. « Des associations dénoncent la tenue d'une session pour homosexuels à Paray », Le Journal de Saône-et-Loire, 17 août 2016.
  10. « SOS homophobie dénonce l’organisation par le diocèse de Bayonne d’une réunion pour “l’accompagnement des personnes à tendance homosexuelle” », site de SOS Homophobie, 26 février 2018.
  11. « Une réunion publique pour "aider" les homosexuels fait scandale », Europe 1, 27 février 2018.
  12. « En Béarn, des associations de défense des droits des homosexuels dénoncent une conférence organisée par le diocèse », France Bleu, 26 février 2018.
  13. « Des associations LGBT dénoncent une initiative du diocèse de Bayonne », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  14. (en) « Nos cinq objectifs », Courage (consulté le 17 août 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]