Christian Terras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christian Terras
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Les Goliards réunis (d)
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
AubenasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Luc Terras (d)
Fernand Terras (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Christine Cizeron-Terras (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Éditions Golias (depuis ), Golias Hebdo (d), Golias Magazine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Membre de

Christian Terras, né le , à Aubenas en Ardèche, est le fondateur de la maison d'édition Golias. Il est rédacteur en chef de Golias Hebdo et Golias Magazine, publications critiques et contestatrices de l’institution ecclésiastique catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Terras naît le d'un père adjudant de gendarmerie. Il fait des études de droit à Montpellier, et est engagé dans les Jeunesse étudiante chrétienne. Il est coopérant au Niger entre 1972 et 1974. À son retour en France, il poursuit des études de théologie à l'Université catholique de Lyon, où il obtient une licence en théologie. Il est formateur à l'éducation nationale[1].

En 1985, il lance Golias, alors trimestriel. Il atteint une diffusion de 2 000 exemplaires en 1990. Devenu bimensuel, il vend jusqu'à 12 000 exemplaires en 1995 et a alors près de 9 000 abonnés. Il en est le rédacteur en chef[2],[3]. La revue, sous-titré « tendre et grinçant » puis « L'empêcheur de tourner en rond » est présenté comme un Le Canard enchaîné du monde catholique français, dont il reprend les codes de l’investigation et de l'impertinence vis-à-vis des institutions[4],[5],[6]. Christian Terras est par ailleurs régulièrement consulté dans la presse sur les questions de l’Église[7],[1].

Christian Terras publiera dans sa maison d'édition plusieurs livres de Thierry Meyssan et fera partie jusqu'en 2004 du conseil d’administration du Réseau Voltaire[8].

En 2019, Christian Terras est un des témoins du documentaire Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Église[9]. En octobre 2019, il est auditionné par la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église[10].

Publications[modifier | modifier le code]

Trombinoscope des évêques[modifier | modifier le code]

Christian Terras coordonne le Trombinoscope des évêques dont la première édition remonte à 1990[1]. Depuis, d'autres éditions ont été publiées en 1997, 2001, 2002, 2004, 2006-07, 2009, 2011, 2012, 2014-2015, 2016-2017 et 2018-2019.

Publications[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Cardonnel, fidèle rebelle, entretien vidéo avec Jean Cardonnel, 120 minutes, 2010, Golias

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c François Devinat, « Christian Terras, le pince-monseigneur. Il a fait de Golias, revue «catho tendre et grinçante», un phénomène de presse. », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. « Débat Christian Terras et le Père Pedro », sur Ina.fr (consulté le )
  3. Christian Terras, « Ce qui fait le chrétien, c’est la contestation du besoin d’identité », Évangile et Liberté,‎ (lire en ligne)
  4. « GOLIAS, Qui sommes nous ! », sur golias-editions.fr (consulté le )
  5. Robert Migliorini, « Médias Les évêques épinglent la revue « Golias » Mercredi 11 mars, un communiqué du P », LA Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  6. Henri Tincq, « L'épiscopat donne un coup de crosse à la revue Golias », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Exemples d'articles dans lesquels Christian Terras est consulté, L'Express.
  8. Fabrice Nicolino, Meyssan l’imposteur, Politis, no 696, 11 avril 2002.
  9. Marie Cailletet, « À voir sur Télérama.fr : “Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Église”, une abominable réalité », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Texte de M. Christian TERRAS, suite à son audition fondateur et rédacteur en chef de Golias », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]