Médréac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune d’Ille-et-Vilaine
Cet article est une ébauche concernant une commune d’Ille-et-Vilaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Médréac
Mairie de Médréac.
Mairie de Médréac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Montauban-de-Bretagne
Intercommunalité Communauté de communes de Saint-Méen Montauban
Maire
Mandat
Jean-Claude Omnès
2014-2020
Code postal 35360
Code commune 35171
Démographie
Gentilé Médréaciens
Population
municipale
1 836 hab. (2013)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 05″ Nord 2° 03′ 57″ Ouest / 48.2680555556, -2.06583333333
Altitude 96 m (min. : 45 m) (max. : 137 m)
Superficie 35,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Médréac

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Médréac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Médréac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Médréac

Médréac est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Claude Omnès SE Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 836 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 278 2 150 2 337 2 238 2 275 2 123 2 235 2 324 2 328
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 285 2 289 2 423 2 450 2 544 2 527 2 547 2 650 2 757
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 541 2 532 2 522 2 157 2 025 2 054 2 066 1 830 1 711
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
1 654 1 631 1 556 1 512 1 460 1 495 1 795 1 865 1 829
2013 - - - - - - - -
1 836 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Médréac possède deux monuments historiques et un bâtiment inventorié[3].

Tout au nord de la commune, à près de trois kilomètres du bourg près du lieu-dit le Chénot, on trouve un important site mégalithique[4] :

La croix du cimetière, construite au XVIe siècle a été classée par l’arrêté du 23 février 1912[8].

Autres sites et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre, édifiée de 1911 à 1915 par Arthur Regnault, avec réemploi d'éléments décoratifs de l'ancienne[9].
  • La gare de Médréac, située sur l’ancienne ligne La Brohinière − Dinan, désaffectée depuis 1983, a été réhabilitée pour y installer un espace muséographique. La voie ferrée accueille un parcours de « vélo-rail »[10].
  • Le Monument aux Morts situé place de la Mairie commémore les enfants de Médréac Morts pour la France.Les noms des 113 soldats de Médréac Morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale sont gravés sur le marbre ainsi que 11 soldats Morts pour la France lors du conflit de la Seconde Guerre mondiale et 2 autres soldats lors de la Guerre d'Algérie.Par souci d'équité il serait souhaitable de citer 7 autres Médréaciens combattants 1914-1918 non inscrits sur le Monument et qui ont légitimement été gratifiés de la mention "Mort pour la France":HUGUES Jean-Baptiste, JAOUEN Albert, LEFEUVRE Jean-Marie, MONVOISIN Jean-Marie, REVAULT Ange, ROCHEFORT Alfred, SICOT Joseph.

Le site de "France-Genweb" retrace l'identité de ces combattants Médréaciens (Régiment, Classe, Grade, Matricule, lieu et cause de décès, voire parents, sépultures et décorations. D'autre part une "plaque commémorative" est apposée dans l'église Saint Pierre de Médréac "A la mémoire des enfants de la paroisse de Médréac morts pour la France - Honneur Devoir Foi Sacrifice - Morts pour la France". Par la loi du 25 octobre 1919,l'État lance le projet d'un "Livre d'or" comprenant les noms de tous ces héros jusqu'alors anonymes, qui serait déposé au Panthéon.Le ministère des Pensions, nouvellement créé, est chargé d'établir, à partir du fichier existant, la liste des Morts pour la France de chaque commune

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]