Amour-propre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’amour-propre [1]est un concept philosophique développé notamment par Jean-Jacques Rousseau : l'amour-propre est l'amour de soi dans le regard des autres. Celui-là se substitue à l'innocence de celui-ci ; l'amour de soi est la tendance à rechercher sa propre conservation, ainsi que ce qui nous satisfait, dans un rapport intrinsèque et non pas extrinsèque comme l'induit la médiation nécessaire à l'amour-propre. Pour Rousseau, le passage de l'amour de soi à l'amour-propre consacre l'entrée de l'individu dans la confrontation à d'autres.

Par là, cette servitude universelle est selon lui le propre du social car dès lors qu'il vit avec d'autres hommes, l'homme se compare aux autres et convoite ce qui incarne le prestige (la richesse, le savoir, la beauté, le talent, etc). Rousseau nommait ceci la plus intime des aliénations, qu'il décrivait comme le propre de l'homme civil dont le centre de gravité n'est plus, comme ce serait le cas d'un sauvage, en lui mais hors de lui dans le regard des autres.

Ce thème de la corruption humaine par le social a rendu célèbre Rousseau, au prix de regrettables malentendus. (Cfr. Etat de nature)

En psychologie, l'amour-propre désigne l'appréciation subjective, généralement positive, qu'une personne porte sur elle-même. Il est synonyme de l'estime de soi[2].

Maine de Biran distingue l'amour de soi qui n'est que l'instinct vital, diffère de l'amour-propre qui tient à des idées acquises, à des comparaisons qui s'établissent entre nous et les autres. L'amour-propre est une extension de l'amour de soi et peut lui servir de supplément. On saime dans les autres quand on ne peut plus saimer en soi-même d'une manière directe et immédiate. L'on revient ainsi à saimer médiatement, c'est-à-dire que nous (nous) rendons laffection que des êtres chéris nous témoignent et que nous n'aurions pas sans eux.

Références[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (1754). Paris : Bordas, 1985, 127 pages. Collection : Univers des lettres Bordas.

L’amour de soi vs l’amour-propre chez Rousseau (la-philosophie.com[3])

  1. Encyclopædia Universalis, « FRANÇOIS DE LA ROCHEFOUCAULD », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 18 février 2021)
  2. « Amour propre », sur Monde de Psychologie (consulté le 8 mars 2021)
  3. Huangdi dit, « L’amour de soi vs l’amour-propre chez Rousseau », sur La-Philosophie.com : Cours, Résumés & Citations de Philosophie, (consulté le 29 novembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :