Amour-propre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’amour-propre (en latin : amor proprius) est un amour immodéré pour soi-même, proche du narcissisme. Il désigne le pendant péjoratif de l'amour de soi (amor sui). En psychologie, l'amour-propre désigne l'appréciation subjective, généralement positive, qu'une personne porte sur elle-même. Il est synonyme de l'estime de soi[1].

Concept[modifier | modifier le code]

Thomas d'Aquin et l'amour propre comme source de péchés[modifier | modifier le code]

Thomas d'Aquin considère l'amor proprius comme une source de péchés[2].

Rousseau et l'amour propre comme fixation exclusive[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Rousseau est l'un des premiers penseurs à s'intéresser à l'amour propre dans la philosophie moderne[3]. Il oppose l'amour propre à l'amour de soi. L'amour de soi est la tendance à rechercher sa propre conservation, ainsi que ce qui nous satisfait, dans un rapport intrinsèque à soi ; l'amour propre, lui, se définit dans un rapport extrinsèque à soi, à travers la comparaison à l'autre[4]. Il s'agit d'une fixation exclusive et narcissique sur soi.

L'amour propre n'est, pour Rousseau, qu'« un sentiment relatif, factice et né dans la société, qui porte chaque individu à faire plus de cas de soi que de tout autre, qui inspire aux hommes tous les maux qu’ils se font mutuellement et qui est la véritable source de l’honneur »[5].

Maine de Biran et l'amour propre comme comparaison[modifier | modifier le code]

Maine de Biran définit également l'amour propre par rapport à l'amour de soi. Là où l'amour de soi est un instinct vital de conservation, l'amour propre tient à des idées acquises, à des comparaisons qui s'établissent entre nous et les autres. L'amour-propre est une extension de l'amour de soi et peut lui servir de supplément. On s'aime dans les autres quand on ne peut plus s’aimer en soi-même d'une manière directe et immédiate. L'on revient ainsi à s'aimer médiatement, c'est-à-dire que nous (nous) rendons l’affection que des êtres chéris nous témoignent et que nous n'aurions pas sans eux.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Amour propre », sur Monde de Psychologie (consulté le )
  2. saint Thomas (Aquinas), La somme théologique de saint Thomas d'Aquin: latin-français en regard, E. Belin, (lire en ligne)
  3. « Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le )
  4. Hervé Mauroy, « L’amour-propre : une analyse théorique et historique », Revue européenne des sciences sociales. European Journal of Social Sciences, nos 52-2,‎ , p. 73–104 (ISSN 0048-8046, DOI 10.4000/ress.2800, lire en ligne, consulté le )
  5. (en) Anik Waldow, Sensibility in the Early Modern Era: From living machines to affective morality, Routledge, (ISBN 978-1-317-23078-6, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]