Gabriele Ferzetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un acteur image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un acteur italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gabriele Ferzetti
Description de cette image, également commentée ci-après

Avec Belinda Lee dans La longue nuit de 43 (1960)

Naissance
Rome (Latium)
Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès (à 90 ans)
Rome
Profession Acteur

Gabriele Ferzetti, né le à Rome et mort le dans la même ville[1], est un acteur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma, Gabriele Ferzetti joue le rôle de Marc Ange Draco dans le James Bond Au service secret de Sa Majesté. Il y est le père de la comtesse Teresa « Tracy » Di Vicenzo, jouée par Diana Rigg qui épousera, in fine, l’agent 007 incarné dans ce film, et pour l'unique fois, par George Lazenby.

En France, il est célèbre pour son rôle dans le feuilleton Une famille formidable, où il campe le personnage de Nono, le respecté patriarche de la famille vivant au Portugal où elle se réunit (presque) tous les étés pour les vacances. Il a joué aussi dans le western spaghetti de Sergio Leone : Il était une fois dans l'Ouest.

Gabriele Ferzetti a aussi tenu le rôle masculin principal de L'Avventura d'Antonioni.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Ersilia Drei

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) La Repubblica, « Addio a Gabriele Ferzetti, il seduttore introverso del nostro cinema. » (consulté le 2 décembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]