Catherine Spaak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Catherine Spaak
Catherine Spaak 75.jpg
Catherine Spaak en 1975.
Biographie
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Rome (Italie)
Nationalité
Domicile
Activités
Période d'activité
Père
Mère
Claudie Clèves (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Influencée par
Site web
Films notables

Catherine Spaak, née le à Boulogne-Billancourt (France) et morte le à Rome (Italie)[1], est une actrice et chanteuse franco-belge[2], naturalisée italienne.

Elle a fait presque toute sa carrière en Italie. La comédie à l'italienne lui permit d'imposer à l'écran, aux côtés des « monstres » satiriques Vittorio Gassman, Ugo Tognazzi ou Nino Manfredi, un personnage d'adolescente moderne et délurée qui marqua l'imaginaire de son époque. Certains de ses films — Les Adolescentes, La Vie ardente — eurent maille à partir avec la censure démocrate-chrétienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Née en France, elle est issue d'une famille franco-belge qui compte parmi ses membres des artistes et des hommes et des femmes politiques. Sa mère était l'actrice française Alice Perrier, plus connue sous son pseudonyme Claudie Clèves (it)[3], son père Charles Spaak était scénariste de cinéma, sa sœur Agnès était également actrice et plus tard photographe[4], tandis que son oncle Paul-Henri[5] a été plusieurs fois Premier ministre de Belgique et sa cousine Antoinette Spaak a été parlementaire et Présidente du FDF. Sa tante était la Résistante Suzanne Spaak.

Carrière[modifier | modifier le code]

Catherine Spaak en 1962.
Catherine Spaak en 2008.

Après avoir joué un petit rôle à seulement 14 ans dans le film Le Trou de Jacques Becker, elle fait ses débuts en Italie en 1960 avec Les Adolescentes d'Alberto Lattuada, qui conditionnera ses rôles ultérieurs, centrés sur le stéréotype de l'adolescente sans scrupules[3]. Le même personnage, avec quelques variations près, se retrouve dans de nombreux films qu'elle a joués dans la première moitié des années 1960, comme Jeunes Gens au soleil, Le Fanfaron, L'Ennui et sa diversion, l'érotisme, La Vie ardente, La Fille de Parme, Une fille qui mène une vie de garçon et Elle est terrible, sur le tournage desquels elle a rencontré Fabrizio Capucci (it), qu'elle a épousé en 1963. Cette union n'a pas duré longtemps[3], mais une fille en est née, Sabrina, qui est devenue actrice de théâtre.

À la même époque, Dischi Ricordi lui propose un contrat et ses premiers 45-tours sortent, dont Mi fai paura (1964) (Alberto Testa (it)-Iller Pattacini (it)) ; certains (Quelli della mia età, reprise de Tous les garçons et les filles de Françoise Hardy et L'esercito del surf également connu sous le nom de Noi siamo i giovani) deviennent des succès du palmarès musical, grâce aussi à la promotion des variétés de la télévision du samedi soir dont elle est souvent l'invitée. En 1964, elle reçoit la Targa d'oro aux Prix David di Donatello[3] et continue à travailler en Italie avec les auteurs et les réalisateurs les plus célèbres, devenant une présence récurrente dans la comédie italienne (L'Armée Brancaleone, Adulterio all'italiana, L'Amour à cheval, Certain, probable et même possible). En 1967, on lui propose le rôle principal dans L'Homme à la Ferrari de Dino Risi, aux côtés de Vittorio Gassman et Eleanor Parker, mais le rôle est ensuite attribué à l'américaine Ann-Margret.

Compte tenu de ses récent succès, Catherine Spaak tente également en 1967 de se faire un nom à Hollywood, en participant à Hôtel Saint-Gregory, réalisé par Richard Quine, mais le film, malgré une distribution importante, n'est pas bien accueilli et l'expérience reste isolée. En France, après un petit rôle dans La Ronde de Roger Vadim, elle est surtout connue pour son interprétation de la jeune fille de Zuydcoote dont s'amourache Jean-Paul Belmondo en dans Week-end à Zuydcoote d'Henri Verneuil (1964). Elle joue plus tard dans de nombreuses coproductions franco-italiennes, partageant parfois l'affiche avec des vedettes françaises comme Jacques Perrin dans La Vie ardente ou Jean-Louis Trintignant dans L'Amour à cheval et Le Fanfaron. Elle participe plus tard aux téléfilms français Le Jour le plus court de Pierre Kast (1983), Julie, chevalier de Maupin de Charlotte Brändström (2004) et elle interprète le rôle de Reine Grenier dans la saison 2 de la série Une famille formidable avant d'être remplacée par Béatrice Agenin.

En 1968, sous la direction d'Antonello Falqui (it), elle joue dans La vedova allegra, une comédie musicale pour la télévision basée sur l'opérette du même nom, mais dans les parties vocales, elle est doublée par Lucia Mannucci (it) du Quartetto Cetra. Son partenaire masculin était Johnny Dorelli, qu'elle a épousé en 1972 et avec qui elle a eu un fils, Gabriele, avant leur séparation en 1979[3]. À partir de 1970, elle a commencé à écrire pour plusieurs journaux, collaborant avec le Corriere della Sera[3], Amica, Marie Claire, Il Mattino, TV Sorrisi e Canzoni (it).

Au cours de cette décennie, elle participe à de nombreux films de genre, des westerns (La Chevauchée terrible) à l'érotisme de couvent (Une histoire du XVIIe siècle), de l'horreur (Le Chat à neuf queues de Dario Argento) au drame Chers Parents, où elle joue le rôle - courageux pour l'époque - d'une lesbienne, et participe à la comédie culte Fièvre de cheval réalisée par Steno.

Catherine Spaak en 1968.

Dans la saison 1978-1979, elle joue le rôle de Rossana dans la comédie musicale Cyrano (de Riccardo Pazzaglia et Domenico Modugno), mise en scène par Daniele D'Anza ; dans la saison suivante, elle est remplacée par Alida Chelli.

Au début des années 1980, elle joue à nouveau dans quelques comédies à succès aux côtés de Paolo Villaggio (Rag. Arturo De Fanti, bancario precario (it)) et d'Alberto Sordi (Moi et Catherine), avant de réduire progressivement son activité cinématographique.

En 1990, elle revient au cinéma dans le dernier film dans lequel elle a joué avec Monica Vitti, Scandale secret.

Du à 1988, elle a animé les trois premières éditions de l'émission Forum (it) avec le juge Santi Licheri (it). Auteur et animatrice de débats télévisés à succès, dont le plus célèbre reste Harem[3] (plus de 15 éditions pour Rai 3[3]), elle était très appréciée du public pour son élégance et son raffinement. Au cours de la saison télévisuelle 2002-2003, elle a été présentatrice sur LA7 dans l'émission Il sogno dell'angelo, un talk-show axé sur la spiritualité[6].

Après la fin de sa période la plus active à la télévision, elle est revenue au cinéma au tournant des années 2000 dans de nombreuses comédies.

En 2007, elle a participé à l'émission Ballando con le stelle, mais a été éliminée dès la troisième semaine. En 2015, elle était l'une des candidates[7][Quoi ?] de la dixième édition de l'émission de téléréalité L'isola dei famosi, diffusée sur Canale 5 et animée par Alessia Marcuzzi ; cet engagement a été interrompu le [Quand ?] à la suite d'une décision de Spaak elle-même. Avec Brigitte Bardot, elle a participé à l'appel lancé à José Manuel Durão Barroso pour une Journée européenne du végétarisme[3],[7].

Mort[modifier | modifier le code]

Victime d'une hémorragie cérébrale en 2020, Catherine Spaak meurt le [8] à Rome, à l'âge de 77 ans.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Catherine Spaak fut mariée aux acteurs Fabrizio Capucci (it) (1963-1971) et Johnny Dorelli (1972-1979).

De 1993 à 2010, elle est l'épouse de l'architecte Daniel Rey et, de 2013 à , de Vladimiro Tuselli.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • 1959 : L'Hiver de Jacques Gautier (court métrage ; 13 min)[9]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Depuis 1980[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Fictions[modifier | modifier le code]

Télé-réalité[modifier | modifier le code]

En 2007, elle participe à l'émission Ballando con le stelle. Elle est éliminée lors de la 3e semaine.

En 2015, elle participe à l'émission L'isola dei famosi 10[10]. Au bout d'une journée elle abandonne l'aventure[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Maurizio Porro, « Morta Catherine Spaak: l’attrice aveva 77 anni », Corriere della Sera, (consulté le ).
  2. (it) « È morta Catherine Spaak », sur Il Post (it), (consulté le ).
  3. a b c d e f g h et i (it) « I 70 anni di Catherine Spaak », sur ilpost.it (it), (consulté le ).
  4. (it) « Agnès Spaak », sur agnesspaak.com (version du 6 février 2016 sur l'Internet Archive).
  5. Considéré comme un des pères de l'Europe.
  6. (it) « Catherine Spaak con gli angeli dopo l'Harem La conduttrice, passata a La7, è allibita per il trattamento subìto dalla Rai », sur ricerca.gelocal.it, (consulté le ).
  7. (it) « ISOLA DEI FAMOSI 2015: CATHERINE SPAAK », sur davidemaggio.it, (consulté le ).
  8. « Catherine Spaak, figure de la comédie italienne de l’après-guerre, est morte », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. (en) L'Hiver sur l’Internet Movie Database.
  10. « Rocco Siffredi : De star du porno à… candidat de Koh Lanta ! », Pure People,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. (it) « Catherine Spaak abbandona l'Isola dei Famosi. Charlotte Caniggia fa notizia - Cultura », ANSA.it,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. (it) « Catherine SPAAK - Premi ricevuti », sur daviddidonatello.it (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :