Quintus Fabius Maximus Verrucosus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabius Maximus.

Quintus Fabius Maximus Verrucosus (le Verruqueux[1]) dit Cunctator (le Temporisateur), dit aussi Ovicula (le mouton[2]) : homme politique et militaire romain, né à Rome vers 275 avant J.-C. et mort à Rome en 203 avant J.-C.

Appartenant à la très ancienne famille patricienne des Fabii, Fabius Maximus est élu deux fois consul, en 233 et 228, et censeur en 230.

En 218, Fabius fait partie de l'ambassade romaine à Carthage et c'est lui qui, formellement, déclare la guerre à la cité punique après la prise de Sagonte par Hannibal.

Le Sénat le nomme dictateur en 217 avant J.C. après le désastre du lac Trasimène en juin. Conscient de son manque de moyens, le dictateur harcèle Hannibal sans l'attaquer directement, cherchant à l’épuiser dans une guerre d'usure, refusant systématiquement le combat. Une stratégie qui lui vaut son surnom[3].

Mais sa stratégie est gênée par le manque d'unité de commandement de l'armée romaine : le Magister equitum, Marcus Minucius Rufus est un adversaire politique du Cunctator. Ce n'est qu'après avoir été sauvé in extremis par le dictateur que Minucius se range sous ses ordres.

À la fin de sa dictature, le commandement est remis aux consuls Cnaeus Servilius Geminus et Marcus Atilius Regulus. Le désastre subi en 216 avant J.C. par l'armée romaine à la bataille de Cannes force les consuls à adopter sa tactique de refus de toute bataille rangée contre Hannibal.

Fabius Maximus défait une partie de l’armée carthaginoise dans l’unique combat qu’il ait jamais accepté contre eux, à Capoue.

Fabius Maximus Cunctator est encore nommé trois fois consul en 215, 214, et 209, année où il reprend Tarente qui s'était ralliée à Hannibal.

En 206 avant J.C., opposé aux aventures offensives, le vieux Fabius refuse sa confiance au projet du jeune et ambitieux Scipion qui propose de porter la guerre en Afrique. C'est son dernier acte politique, il meurt quelques années plus tard.

Société Fabienne[modifier | modifier le code]

En 1884, la Fabian Society est créée en Angleterre. Ce mouvement d'aspiration socialiste est mené principalement par George Bernard Shaw et Sidney Webb. Dans sa lutte pour une société plus juste, les Fabiens adoptent une attitude progressive et patiente, et ce faisant, s'inspirent de Fabius Cunctator dans sa guerre l'opposant à Hannibal[4].

Bibliographie moderne[modifier | modifier le code]

  • Françoise Wycke-Lecocq, « La gens Fabia à l'époque républicaine : de la légende à l'histoire. Recherches sur la représentation littéraire d'une grande famille patricienne romaine » (thèse de doctorat de 3° cycle, La Sorbonne - Paris IV, 1986, dir. Jean Beaujeu).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Son nom est réutilisé par Jules Massenet dans Roma, surtout comme un alibi de couleur locale.
  • La pièce de Kaj Munk, Avant Cannes, présente dans un registre grinçant l'opposition symbolique de la démocratie (Fabius Maximus) et du régime autoritaire (Hannibal), à la veille de la grande défaite. Fabius Maximus, bien que prochainement vaincu via ses successeurs Paul Émile et Varron, y figure un possible avenir.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Plutarque, ce surnom lui vient d'une verrue située en haut de la lèvre. Vie de Fabius Maximus, 1 [1].
  2. Cet autre surnom est aussi attesté par Plutarque (Vie de Fabius Maximus, 1) et lui viendrait de son caractère doux durant son enfance.
  3. Plutarque, Vie de Fabius Maximus, 5 [2].
  4. L'Ere Victorienne François Bédarida, Collection Que Sais-Je?, Presse Universitaire de France, 1974.