Henri Vidal (acteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri Vidal et Vidal.
Henri Vidal
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Henri Lucien Raymond Vidal
Naissance
Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 40 ans)
Paris, France
Profession Acteur
Films notables Les Maudits
Les salauds vont en enfer
Porte des Lilas
Sois belle et tais-toi

Henri Vidal est un acteur français, né à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Lucien Raymond Vidal[1] est né le 26 novembre 1919, à Clermont-Ferrand. Son père, Eugène Jules Vidal (1890-  ), originaire de la petite cité de Pongibaud, est un militaire qui suivant les mutations, entraînera sa famille à l’étranger, à Lyon et à Paris puis reviendra au pays pour entrer chez Michelin. Sa mère, Hélène Grograin (1900-  ), est originaire de Chamalières[2] .

Grâce à son physique avantageux, Henri Vidal est élu « Apollon de l'année 1939 ». Repéré par Édith Piaf, il fait ses débuts au cinéma, aux côtés de la chanteuse, dans le film Montmartre-sur-Seine en 1941.

Il épouse, en mars 1943, l'actrice Michèle Cordoue dont il divorce en juillet 1946[1],[3].

René Clément met à profit son talent d'acteur dans Les Maudits en 1947.

Le 6 février 1950, il épouse Michèle Morgan qu'il a rencontrée lors du tournage du péplum Fabiola d'Alessandro Blasetti (1949). Il enchaîne avec elle plusieurs films qui lui amènent le succès, notamment les drames La Belle que voilà de Jean-Paul Le Chanois (1950) et L'Étrange Madame X de Jean Gremillon (1951). Il continue dans la veine dramatique en jouant dans La Jeune Folle d'Yves Allégret (1952) et dans Les salauds vont en enfer de Robert Hossein (1955).

Outre Michèle Morgan, il a eu comme partenaires quelques-unes des plus séduisantes actrices des années 1950 : Françoise Arnoul, Brigitte Bardot, Dany Carrel, Mylène Demongeot, Dawn Addams, Sophia Loren, Romy Schneider, Marina Vlady. S'étant « réfugié » dans l'alcool et la drogue, il va de désintoxications en rechutes, et, malgré le soutien de son épouse Michèle Morgan, finit par en mourir, en 1959, victime d'une crise cardiaque[4].

« Il est mort à quarante ans d’une overdose, il s’était enfui de la clinique. Ce soir-là, il avait rejoint des copains toxicos et est rentré pour mourir quelques heures plus tard. »

— Michèle Morgan dans une interview[5]

Henri Vidal est inhumé au cimetière de Pontgibaud dans le département du Puy-de-Dôme.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Source : Les Gens du cinéma
  2. Source : encinematheque.fr
  3. Biographie sur l'IMDb.
  4. Florence Montreynaud, L'aventure des femmes XXe-XXIe siècle, Nathan, , p. 268.
  5. Geneviève Cloup, La vraie raison pour laquelle Michèle Morgan avait rejeté sa petite-fille Sarah Marshall
  6. Robert-Hugues Lambert, qui incarne Jean Mermoz dans le film, fut arrêté et déporté par les Allemands avant la fin du tournage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Pierre Cadars, Les Séducteurs du cinéma français : 1928-1958, H. Veyrier, 1982

Périodiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]