Amore (film, 2009)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Amore
Titre original Io sono l'Amore
Réalisation Luca Guadagnino
Scénario Barbara Alberti (en)
Ivan Cotroneo
Walter Fasano
Luca Guadagnino
Acteurs principaux
Sociétés de production First Sun
Mikado Film
Rai Cinema
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre drame
Durée 120 minutes
Sortie 2009

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Amore (titre original : Io sono l'Amore) est un film italien, réalisé en 2009 par Luca Guadagnino.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Milan, sous la neige. Une riche famille d'industriels lombards du textile s'apprête à fêter somptueusement l'anniversaire du patriarche, Edoardo Recchi. Celui-ci nomme deux héritiers pour gérer son empire : son fils, Tancredi et son petit-fils, Edoardo Jr. Tancredi est marié à Emma, d'origine russe.

Edoardo fait embaucher comme cuisinier son ami Antonio. Entre Emma et Antonio, c'est très vite le « coup de foudre », la découverte de la passion et du désir amoureux.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaires de la critique[modifier | modifier le code]

  • « Ce film somptueux parvient à transmuter toutes les sensations - le toucher, le goût, l'odorat - en images. Plus l'écran sera grand, plus il sera facile et exquis de s'abandonner à cette débauche sensuelle. (…) Le jeune metteur en scène n'aurait pu faire exister son film sans Tilda Swinton. (…) Luca Guadagnino la filme avec une fascination obsessionnelle. Tantôt il s'abîme dans la spirale de son chignon (comme le faisait Alfred Hitchcock dans celui de Kim Novak), tantôt il dévoile son corps le temps d'une séquence qui doit beaucoup à David Herbert Lawrence. » (Th. Sotinel, Le Monde, 21/09/2010)
  • « Filmé avec l'envie profonde de faire ressentir au spectateur les sentiments éprouvés par son héroïne, Amore conte de magnifique manière l'éveil d'une femme à la sensualité et son « évasion » de cette prison dorée. » (O. Delcroix, Le Figaro, 21/09/2010)
  • « L'utilisation de la musique (celle de John Adams) (…) fait décoller l'étude de mœurs en opéra répétitif-évolutif complètement exalté. Une curiosité inégale, mais franchement fascinante au regard de la médiocrité ambiante du cinéma transalpin. » (Libération, 21/09/2010)
  • « Le jeu subtil et le charisme de Tilda Swinton, interprète d'Emma et productrice, parvient à faire oublier les défauts de ce film lyrique et ambitieux. » (La Croix, 21/09/2010)
  • « Ambitieux - voire prétentieux -, le film se présente comme un opéra en trois actes, brassant des références aussi écrasantes que Visconti, la tragédie grecque et L'Amant de Lady Chatterley (…) Mais seuls l'élégance et le mystère de la grande comédienne Tilda Swinton empêchent une (longue) partie de jambes en l'air, avec marguerites et libellules, de sombrer dans le ridicule. » (G. Odicino, Télérama, 25/09/2010)
  • « Un peu maniérée, mais dans une perspective stylistique que justifie le sujet, la mise en scène de Luca Guadagnino cerne sous tous les angles les états d'âme et les souffrances intimes de ses protagonistes. Et cette histoire de femme seule, qui parvient à reconquérir sa liberté, touche par la justesse de son propos. La photographie de Yorick Le Saux et la musique de John Adams achèvent de faire de Io sono l'amore une œuvre rare qui distille un parfum envoûtant. » (Jean A. Gili, Positif, n° 596, oct. 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]