Irène Papas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Irène Papas
Ειρήνη Παππά
Description de l'image Irene Papas - Trojan Women.jpg.
Nom de naissance Iríni Lelékou
Naissance (88 ans)
Chiliomodi, Grèce
Nationalité Drapeau de Grèce Grecque
Profession Actrice, chanteuse
Films notables Les Canons de Navarone
Électre
Zorba le Grec
Z
Iphigénie
Le Message
Le Lion du désert
Capitaine Corelli

Iríni Pappá (grec moderne : Ειρήνη Παππά), connue à l’étranger sous le nom d’Irène Papas, est une actrice grecque, née Iríni Lelékou (Ειρήνη Λελέκου) le à Chiliomodi, en Corinthie, Grèce.

Carrière[modifier | modifier le code]

Irène Papas a tourné dans plus de 70 films et sa carrière couvre plus de 50 ans.

La débutante suit les cours de l'Institut dramatique du Théâtre national d’Athènes, où elle est l'élève de Dimítris Rondíris, un disciple de Max Reinhardt. Elle commence donc sa carrière dans des rôles ibséniens. Cependant, elle a finalement peu joué au théâtre, préférant le cinéma. Elle est la seule actrice grecque à avoir plus tourné à l'étranger que dans son pays[1].

Interprète solide, dès ses débuts au cinéma, elle s'essaie au péplum italien, au western et au film noir américains, aux films d'aventures historiques d'après Alexandre Dumas, travaillant aussi avec Mario Monicelli. En 1959 elle joue le rôle titre de Bouboulina dans son pays puis acquiert une renommée internationale grâce à la superproduction de guerre Les Canons de Navarone (1961) et surtout aux tragédies Antigone et Électre, le second étant dirigé par Michael Cacoyannis qui devient son directeur préféré (Zorba le Grec en 1964, Les Troyennes en 1971, Iphigénie en 1977, Sweet Country en 1987, Sens dessus dessous en 1993).

Par la suite la vedette poursuit une riche carrière, européenne notamment : elle retrouve Riccardo Freda et travaille avec Martin Ritt, Elio Petri, Costa-Gavras, Moustapha Akkad pour ses deux seuls films en tant que réalisateur, Carlo Lizzani, Alberto Lattuada, Francesco Rosi, Carlos Saura, Paul Cox, Manoel de Oliveira par trois fois (la troisième, Un film parlé en 2003, constitue aussi l'ultime apparition à l'écran d'Irène Papas à ce jour). Elle a eu pour partenaires au fil de sa carrière Gian Maria Volonté, Daniel Gélin, Yves Montand, Jean-Pierre Aumont, James Cagney, Richard Burton, Maximilian Schell, Raf Vallone, et Anthony Quinn à plusieurs reprises, croisant Pola Negri, Gina Lollobrigida, Katharine Hepburn, Vanessa Redgrave, Audrey Hepburn chez Terence Young ou Jacqueline Bisset chez Clare Peploe.

Outre Euripide et Sophocle, la comédienne sacrée tragédienne nationale joue dans des adaptations de Federico García Lorca (Noces de sang, Yerma...), Gabriel García Márquez (Chronique d'une mort annoncée, Eréndira de Ruy Guerra en 1983), Leonardo Sciascia, Nikos Kazantzakis (Zorba le Grec).

A la télévision Papas incarne Pénélope dans la superproduction européenne L'Odyssée (1968) au côté de Bekim Fehmiu, dirigés par Franco Rossi et Mario Bava, la mère de Linda de Suza dans La Valise en carton en 1988 et participe au téléfilm Le Banquet mis en scène par Marco Ferreri d'après Platon l'année suivante.

Elle a également, en tant que chanteuse, prêté sa voix dans quelques albums de Vangelis (Odes en 1979, Rapsodies en 1986)[2], et sur le morceau "∞" de l'album 666 d'Aphrodite's Child. Elle interprète aussi Míkis Theodorákis dans Songs of Théodorakis en 1968.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kostas Georgoussopoulos, « Trois mythes qui ne sont pas des stars », dans Michel Démopoulos, Le Cinéma grec, Paris, Centre Georges Pompidou, coll. « cinéma/pluriel »,‎ (ISBN 2858508135)

Discographie

  • 2 albums en collaboration avec le compositeur Vangelis Papathanassiou : Odes (1979) et Rapsodies (1986).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georgoussopoulos 1995, p. 130-131
  2. (en) Source du site Elsewhere