Francisque Duret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duret.
Francisque Duret
Duret, Francisque.jpg
Pierre Auguste Cot, Portrait de Francisque Duret,
paru dans la Gazette des Beaux-Arts en 1866.
Naissance
Décès
(à 60 ans)
Paris
Nom de naissance
Francisque Joseph Duret
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Lieu de travail
Père
Distinctions
Prix de Rome en sculpture de 1823

Francisque Joseph Duret est un sculpteur français, né le à Paris où il est mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de François-Joseph Duret (1732–1816), lui-même sculpteur, et qui lui enseigne son art, Francisque Duret est aussi l'élève du sculpteur François-Joseph Bosio.

Avant de devenir sculpteur, Francisque Duret envisage d'embrasser la carrière d'acteur de théâtre. Il étudie brièvement au Conservatoire et son ami Charles Blanc (1813-1882), dans un article qu'il lui consacre en 1866, explique les qualités d'observation du comportement humain qu'acquiert Duret lors de ces études de théâtre: "Ses continuelles études sur la pantomime l'avaient conduit à préciser le langage du geste et la signification de chaque attitude" [1].

Il remporte, conjointement avec Auguste Dumont, le prix de Rome en sculpture de 1823 pour son bas-relief Douleur d'Évandre sur le corps de son fils Pallas. Il part alors pour la villa Médicis à Rome l'année suivante et y séjourne jusqu'en 1828.

En 1831, Duret envoie ses premières œuvres au Salon de peinture et de sculpture, depuis l'Italie, comme son Mercure inventant la lyre, achetée alors par le roi et aujourd'hui conservée au Musée d'art Roger-Quilliot à Clermont-Ferrand (France).

Mercure inventant la lyre

Il se distingue en 1833 en présentant au Salon son Pêcheur dansant la tarentelle, réalisé l'année précédente. Fondu en bronze à la cire, qui témoigne d'une prouesse technique pour l'époque, il est perdu par Honoré Gonon. Mais c'est en réalisant des commandes officielles que Duret assure sa carrière: " La concrétisation de ce cursus honorum, qui fait de la carrière de Duret un archétype dans le monde de l’art officiel du XIXe siècle, repose sur une stratégie de carrière lisible notamment dans sa production de portraits, révélatrice de ses réseaux." [2]

En 1836, Francisque Duret présente une première fois son bronze, réalisé en 1835, Chactas en méditation sur la tombe d'Atala au Salon de cette année. Il emprunte ce sujet au roman de Chateaubriand Atala ou les amours de deux sauvages dans le désert, publié en 1801. L'artiste retient le passage où l'Indien Chactas, abattu par sa mort, revient sur la tombe de sa bien-aimée et Duret décide comme sujet de représenter son état psychologique. "La critique du Salon de 1836 publiée dans L'Artiste loue "cette fidèle imitation du type de la tête des Indiens". Duret pousse la vraisemblance jusqu'à confier au fondeur Questel le soin de réaliser une patine colorée reprenant la teinte du modèle en plâtre de la statue "peinte en couleur porphyre (roche)", et capable de rivaliser avec la prétendue couleur de peau de Chactas." [3] La sculpture entre dans les collections du Musée des Beaux-Arts de Lyon en 1836 après acquisition de la municipalité. Ce bronze est aujourd'hui exposé dans les jardins du musée.

Professeur à l'École des beaux-arts de Paris de 1852 à 1863, il est notamment le maître des sculpteurs Jean-Baptiste Carpeaux, Jules Dalou, Henri Chapu, Alphonse Lami, Édouard Lanteri, Bénédict Rougelet et Jules Édouard Valtat[4].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Blanc, « Francisque Duret », Gazette des Beaux-Arts, vol. 10,‎ , p. 111-112
  2. Sophie Picot-Bocquillon "Francisque Duret (1804-1865), un sculpteur en représentation: processus de création et stratégies de carrière", thèse, Paris, 2014.
  3. Agathe Cabau, L'iconographie amérindienne aux Salons parisiens et aux Expositions universelles françaises (1781-2914)
  4. The romantics to Rodin : French nineteenth-century sculpture from north American collections, Los Angeles : County Museum of Art ; New York : G. Braziller, cop. 1980. (ISBN 9780807609538 et 978-0807609538)
  5. Notice no M0271010323, base Joconde, ministère français de la Culture
  6. Notice no M06070003934, base Joconde, ministère français de la Culture
  7. Notice no M06070003933, base Joconde, ministère français de la Culture
  8. « Fontaine – Cité Trévise – Paris (75009) », notice sur e-monumen.net.
  9. Notice no 2152, base Atlas, musée du Louvre
  10. Notice no 26363, base Atlas, musée du Louvre
  11. Notice no 2155, base Atlas, musée du Louvre

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau Guide des statues de Paris, Paris, Bibliothèque des Arts, , 199 p., 18 cm, 139 photographies et documents (ISBN 2-85047-025-2 et 978-2-85047-025-7, OCLC 490274030, notice BnF no FRBNF37405180).
  • Emmanuel Schwartz, Les Sculptures de l'École des beaux-arts de Paris : histoire, doctrines, catalogue, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, coll. « Catalogues et guides / École nationale supérieure des beaux-arts », , 232 p., 24 cm (ISBN 2-84056-135-2 et 978-2-84056-135-4, OCLC 417736152, notice BnF no FRBNF39156447).
  • sous la direction de Jean-Loup Champion, Mille Sculptures des Musées de France, Paris, Gallimard, (ISBN 2070115119).
  • Hargrove June, Les Statues de Paris: la représentation des grands hommes dans les rues et sur les place de Paris, Paris, Albin Michel, .
  • Emmanuelle Heran, Le Chactas de Francisque Duret, in Bulletin municipal des Musées de Lyon, n°1-2, Lyon, 1994, 36-51.
  • Agathe Cabau, L'iconographie amérindienne aux Salons parisiens et aux Expositions universelles françaises (1781-1914), thèse, Paris, 2014.
  • Sophie Picot-Bocquillon Francisque Duret (1804-1865), un sculpteur en représentation: processus de création et stratégies de carrière, thèse, Paris, 2014.
  • Dictionnaire Bénézit.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :