Pierre Cartellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Cartellier
Pierre Cartellier croquis.jpg
Pierre Cartellier, gravure de J.M.N. Fremy d'après un portrait peint.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Période d'activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Œuvres principales
La Capitulation d'Ulm (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Cimetière du Père-Lachaise - Tombeau de Pierre Cartellier.JPG
Vue de la sépulture.

Pierre Cartellier ou Cartelier ou encore Carteixier, né le à Paris et mort le à Paris, est un orfèvre et sculpteur néo-classique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né de parents pauvres, Pierre Cartellier devient le membre de l'Institut, occupant le fauteuil 17 de la section sculpture de la quatrième classe (beaux-arts), laissé vacant par le décès d'Antoine Denis Chaudet survenu le 18 du mois précédent[1].

Nommé professeur à l’École des beaux-arts de Paris le 14 août 1816, il succède à Philippe-Laurent Roland (1746-1816). Il a — entre autres — comme élèves Jean-Baptiste Beaumont (vers 1768-1852), François Rude (1784-1855) et Jean-Baptiste Vietty (1787-1842). Après sa mort, Jules Ramey (1796-1852) le remplace à partir de 1832[2].

Ronjat, d'après François-Joseph Heim, Distribution des récompenses aux artistes à la fin du salon de 1824, le 15 janvier 1825 : Charles X remet l'ordre de Saint-Michel à Cartellier, 1892, château de Versailles.

Pierre Cartellier meurt le « en sa maison, rue de l'Est, no 7 », paroisse Saint-Sulpice, laissant Angélique-Geneviève, née Richard, sa veuve, leur fille aînée Julie-Angélique Cartellier (1795-1842), mariée au sculpteur Louis Petitot (1794-1862) et un petit-fils prénommé Jules[3]. Il est inhumé deux jours plus tard, le dans la 53e division du cimetière du Père-Lachaise à Paris à coté de sa fille cadette Alexandrine-Françoise-Charlotte Cartellier (1806-1825), dite Fanny, qui avait épousé le peintre François-Joseph Heim (1787-1865). Le discours des funérailles est prononcé par son ami Toussaint-Bernard Émeric-David (1755-1839), membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres[4].

La sépulture a été complétée par un monument funéraire due à Louis Petitot, gendre du défunt. L'œuvre comporte une statuette en marbre exécutée par Philippe Joseph Henri Lemaire (1798-1880) intitulée La Gloire. L'ensemble fait l'objet d'une mesure de protection au titre des monuments historiques depuis le .

Quatremère de Quincy a donné une Notice sur sa vie et ses ouvrages.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Institut de France, Dictionnaire de l'Académie des Beaux-arts: t. 1, Paris, Firmin-Didot, p. 132 (en ligne) dans la bibliothèque numérique du site de l'Institut national d'histoire de l'art (INHA) bibliotheque-numerique.inha.fr.
  2. Frédéric Chappey, « Les Professeurs de l'École des beaux-arts (1794-1873) », Romantisme, no 93, 1996, p. 95-101.
  3. « Convoi et enterrement de Monsieur Pierre Cartellier, statuaire », billets d'enterrement communiqués par M. Hubert Lavigne dans Bulletin de la Société de l'histoire de l'art français 1875-1878, J. Baur, Paris, 1878 p. 187.
  4. « Discours improvisé aux funérailles de M. Cartellier par M. Émeric-David » [...] le , Didot, 1831.
  5. a b c d e f g h i j k l m n o et p François Fortuné Guyot de Fère, Annuaire des artistes français, Paris, Guyot de Fère, 1832 (en ligne).
  6. Procès-verbaux de l'Académie des beaux-arts, vol 2, 1816 à 1820, références identiques pour les élèves de cette période.
  7. F. de Clarac, Musée de sculpture antique et moderne… , t.I, Paris, 1841, p.540.
  8. Necrologie In La Petite revue du p. 200, (en ligne) sur le site gallica.bnf.fr.
  9. Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l’école française au XIXe siècle, Paris, 1834, pp. 608-609en ligne. Cette notice présente des erreurs.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Pierre Cartellier » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)
  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau Guide des statues de Paris, Paris, La Bibliothèque des Arts, 1988.
  • Simone Hoog, préface de Jean-Pierre Babelon, avec la collaboration de Roland Brossard, Musée national de Versailles. Les sculptures. I, Le musée, Paris, Réunion des musées nationaux, 1993.
  • « Cartellier, Pierre » , Encyclopédie des gens du monde, répertoire universel des sciences, des lettres et des arts, t. 5, Paris, 1835, p. 7 (en ligne).

Iconographie[modifier | modifier le code]

Tombe de Pierre Cartellier, Paris, cimetière du Père-Lachaise (division 53).

Liens externes[modifier | modifier le code]