Alfred Janniot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alfred Janniot
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Alfred Auguste Charles JanniotVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Distinctions
Œuvres réputées

Alfred Janniot[1], né le sur la butte Montmartre à Paris, mort en 1969, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'École des beaux-arts de Paris, Alfred Janniot fait partie de la génération des artistes du feu, en rapport avec la Grande Guerre. Revenu de la Première Guerre mondiale, il obtient en 1919 le premier prix de Rome qu'il partage avec le sculpteur Raymond Delamarre. Il est professeur à l'École des beaux-arts de Paris.

Janniot est l'auteur d'une œuvre monumentale considérable. Ami de Jacques-Émile Ruhlmann, du peintre Louis Bouquet il participe à l'Exposition des arts décoratifs de 1925, réalise le grand bas-relief de pierre sur la façade du musée des colonies, construit à l'occasion de l'Exposition coloniale de 1931, et décora de deux grands bas-reliefs l'arrière du Palais de Tokyo construit en 1937, près de la fontaine. Son œuvre est également présente à New York et à Nice, où il réalisa avec l'architecte Roger Séassal le grand monument aux morts de style Art déco sur la Corniche ainsi que la fontaine du soleil de la place Masséna. Il a également sculpté la fresque ornant le fronton de la poste de la ville de Puteaux en 1934, l'escalier d'honneur étant confié à Louis Bouquet. À Bordeaux il réalise en 1937 des reliefs sur la façade de la Bourse du travail. Il est également l'auteur de la statue qui se trouve sur le palier du département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France.

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Gloire ramène le héros au foyer familial, 1919, plâtre, Paris, école nationale supérieure des Beaux-Arts (Prix de Rome)
  • Eros, 1922, pierre, Boulogne-Billancourt, musée des Années 30 (Envoi de Rome)
  • Monument aux morts de Nice, 1924, Nice
  • Hommage à Jean Goujon, 1925, marbre, Lisbonne, Musée Calouste Gulbenkian (pour le jardin de l'Hôtel du Collectionneur, à l'exposition internationale des arts décoratifs de 1925)
  • Léda et le cygne, 1925 (présenté à l'Exposition internationale de 1925)
  • La Vigne, 1925 (pour la Tour de Bordeaux, à l'exposition internationale des arts décoratifs de 1925)
  • Tête de nymphe, 1927, plâtre, Paris, musée d'Art moderne de la Ville de Paris
  • La nymphe de Fontainebleau, 1927, bois doré (groupe sculpté pour le paquebot Ile-de-France)
  • Figure de femme, vers 1930, pierre, Maubeuge, mairie
  • Les richesses des colonies, 1931, Paris, Palais de la Porte Dorée (bas-relief du Musée des colonies, de l'exposition coloniale de 1931)
  • Les Trois Grâces et la rencontre de l'Amérique et de l'Europe, 1934, New-York, Rockefeller Center (Bas-relief de l'entrée de la Maison de la France)
  • Bas-relief du fronton de l'Hôtel des Postes de la Ville de Puteaux, 1934
  • Bas-relief de l'hôtel de Ville de Puteaux, 1934
  • Bas-relief de la Chambre de Commerce de Châteauroux, 1934, Châteauroux, Chambre de Commerce de l'Indre
  • Tombeau de Jacques-Emile Ruhlmann, 1934, Paris, cimetière de Passy
  • Buste de Femme ou Les Lettres, 1934, plâtre, Mont-de-Marsan, musée Despiau-Wlérick
  • Allégorie de la Ville de Bordeaux avec la Paix et les Muses, 1936, Bordeaux, Bourse du Travail
  • La légende de la Terre, 1937, Paris, Palais de Tokyo (bas-relief du grand-degré du parvis)
  • La légende de la Mer, 1937, Paris, Palais de Tokyo (bas-relief du grand-degré du parvis)
  • Taureau, 1937, bronze, Paris, Musée national d'art moderne, centre Georges-Pompidou
  • Buste de madame Janniot, 1938, bronze, Mont-de-Marsan, musée Despiau-Wlérick
  • Athlète, 1939, Bordeaux, centre municipal d'athlétisme (pour le stade municipal Chaban-Delmas)
  • Diane, 1940, marbre, Boulogne-Billancourt, musée des Années 30
  • Baigneuse, 1941, Paris, Bibliothèque nationale de France, palier du Département des Estampes et de la Photographie
  • Baigneuse à la draperie, 1950, Paris, Lycée Claude Monet
  • L'Eté, 1950, pierre, Paris, Sénat, Palais du Luxembourg
  • L'Arrondissement de Vire aux patriotes victimes des nazis, 1952, pierre, Montchamp (Calvados), mairie
  • Le Père Rhin, 1955 Saint-Louis (Haut-Rhin), Lycée Jean Mermoz
  • Fontaine du Soleil, 1956, Nice, place Masséna
  • Février, 1958, pierre, Menton, Mairie
  • Figure féminine, 1958, pierre, Menton, Mairie
  • L'Action, 1959, Mont-Valérien (élément du monument de la France combattante, œuvre collective)
  • Moisson ou L'Eté, 1960, plâtre, Mont-de-Marsan, musée Despiau-Wlérick
  • Arts, beauté, sciences, 1961, Strasbourg, Ecole supérieure des arts et industries
  • La Terre ou Terra Mater, 1963, Orsay, Parc de la Faculté des Sciences, Université Paris-Sud
  • Prométhée, 1963, Saint-Quentin, Lycée Condorcet
  • Vulcain, 1964, Nogent-sur-Seine, Lycée Louis Armand
  • La Science et l'Esprit, 1967-1968, Alençon, Lycée Marcel Mézen
  • 1950, cinq bas-reliefs sur un immeuble de la reconstruction à Chambéry (bloc B)
  • A l'Ecole nationale supérieure de Cachan
  • A la mairie de Barentin

Expositions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claire Maingon, Alfred Janniot (1889-1969) : à la gloire de Nice, Paris, Galerie, Michel Giraud, 2007.
  • M. Giraud, F. Fravalo, Alfred Janniot, Propos mythologiques et modernes, Galerie Michel Giraud, Paris, GMG éditions & la Librairie du Passage, 2006.
  • Anne Demeurisse (dir.), Alfred Auguste Janniot - 1889-1969, Éditions d'Art Somogy, Paris, 2003.
  • Etienne Martin, Notice sur la vie et les travaux d’Alfred Janniot (1889-1969), séance du mercredi 31 mars 1971, Institut de France, 1971.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Auguste Janniot.