Léon-Ernest Drivier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Léon-Ernest Drivier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation
Maître
Distinction

Léon-Ernest Drivier, né le à Grenoble et mort le à Paris[1], est un sculpteur, peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père artisan gantier à Grenoble, Léon Drivier fut élève de Louis-Ernest Barrias à l'École des beaux-arts de Paris, puis travailla à partir de 1907 comme praticien dans l'atelier d'Auguste Rodin. Il fut l'ami des sculpteurs Auguste de Niederhausern, Gaston Schnegg, Jane Poupelet, Antoine Bourdelle. En 1918, il réalisa le buste officiel de La France victorieuse. Sa première époque s'apparente au néo-romantisme de Rodin, puis il se rapproche du néo-classicisme de Charles Despiau.

Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1943.

Œuvres[modifier | modifier le code]

La France apportant la paix et la prospérité aux colonies (1931), Paris, square des Anciens-Combattants-d'Indochine.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la commune de Grenoble, acte de naissance no 869, année 1878 (avec mention marginale de décès).
  2. André Fantelin, « Familles parisiennes », Paris myope, (consulté le ).
  3. Philippe Baverel, Paris : non, cette statue de Voltaire n’a pas été déboulonnée, Le Parisien, 17 août 2020 (en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. D'uckerman, L'art dans la vie moderne, Flammarion, 1930.
  • Jacques Baschet, Sculpteurs de ce temps, Nouvelles éditions françaises, . Lire en ligne[1].
  • Marie-Anne Delesalle, Si Drivier m'était conté : Léon-Ernest Drivier (1878-1951), Editions Complicités, 2019

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]