Jean-Baptiste Carpeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carpeaux.
Jean-Baptiste Carpeaux
Description de cette image, également commentée ci-après
Ernest Hiolle, Buste de Carpeaux, ornant la tombe du sculpteur, au cimetière Saint-Roch de Valenciennes[1].
Naissance
Valenciennes
Décès (à 48 ans)
Courbevoie
Nationalité Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
Formation

Jean-Baptiste Carpeaux, né le à Valenciennes et mort le à Courbevoie, est un sculpteur, peintre et dessinateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Autoportrait, dit aussi Dernier autoportrait (1874), huile sur toile, Paris, musée d'Orsay.

Jean-Baptiste Carpeaux grandit dans une famille modeste d'ouvriers à Valenciennes. Il est né au no 53 rue Delsaux. Sa maison natale est remarquable pour sa façade[2]. Il aime dessiner et souhaite faire des études de sculpture contre la volonté de son père. À l'Académie de la ville, il suit les cours de sculpture de René Fache et les cours d'architecture de Bernard[3]. Arrivé à Paris en 1838 avec sa famille[4], Carpeaux reçoit une première formation de dessin et de modelage à la Petite École.

En 1844, il entre à l'école des beaux-arts de Paris dans l'atelier de François Rude. Il travaille depuis huit mois auprès de Rude lorsque celui-ci lui dit : « Mon petit, je t'aime bien, mais si tu veux le prix de Rome, il faut me quitter [5]. »

Dix ans plus tard, il remporte le prix de Rome avec son Hector implorant les dieux en faveur de son fils Astyanax. Son arrivée dans la capitale italienne est différée d'un an, l'artiste devant achever plusieurs commandes.

Il s'installe à la villa Médicis en janvier 1856 et étudie les grands maîtres : Raphaël, Michel-Ange. Il voyage en Italie où il puise son goût pour le mouvement et la spontanéité. De son séjour italien, il sculpte trois envois, le Petit boudeur, le Pêcheur à la coquille et son Ugolin entouré de ses quatre enfants. En 1862, rentré à Paris, il est introduit à la cour impériale par son ami et mécène, Eugène d'Halwin de Piennes, bientôt chambellan de l'impératrice. Il sculpte la même année un buste de la princesse Mathilde qui lui permet d'obtenir plusieurs commandes de la part de Napoléon III. Il participe à la décoration extérieure du pavillon de Flore (Le Triomphe de Flore) et l'opéra Garnier (La Danse).

Jean-Baptiste Carpeaux expose à la première édition de la Société nationale des beaux-arts en 1863[6].

En 1869, Carpeaux sculpte La Fiancée. Le modèle est Amélie Clotilde de Montfort (1847-1908), fille du vicomte Philogène de Montfort, conseiller général de la Marne et général gouverneur du palais du Luxembourg. Il tombe amoureux de son modèle et l'épouse la même année. Ils auront trois enfants.

Il collabore avec l'architecte Gabriel Davioud pour sa dernière œuvre, la Fontaine des Quatre-Parties-du-Monde de la place Camille-Jullian à Paris. Il réalise le groupe des quatre figures de L'Asie, L'Europe, L'Amérique et L'Afrique soutenant le globe terrestre. Après sa mort, Emmanuel Frémiet achève la fontaine en ajoutant les huit chevaux bondissants, les tortues et les dauphins du bassin.

Les dernières années de sa vie sont sombres. La guerre et la défaite de 1870 tarissent les commandes. À la même époque, Carpeaux développe, à l'égard de sa femme, une jalousie maladive qui conduit à la séparation du couple en 1874. Sous l'influence de ses parents, à court d'argent, il abandonne la direction de son atelier du 25, boulevard Exelmans à son frère. En 1875, il meurt à 48 ans des suites d'un cancer de la vessie.

Jean-Baptiste Carpeaux, très attaché à sa ville natale, lègue une partie de ses œuvres au musée des beaux-arts de Valenciennes.

Après un bref séjour au cimetière d'Auteuil, Il est enterré à Valenciennes au cimetière Saint-Roch[7]. Outre plusieurs autoportraits, ses traits nous restent fixés par le portrait qu'en fit son ami peintre Joseph Soumy, conservé au musée Bonnat-Helleu de Bayonne.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Dans le contexte de la sculpture française du XIXe siècle, les multiples commandes publiques, auxquelles s'ajoutent le poids de l'Académie et de l'École des beaux-arts, renforcent plus l'académisme dominant que l'expression personnelle des artistes. Or, Jean-Baptiste Carpeaux, par son esthétique néo-baroque, est un des sculpteurs les plus marquants de cette époque.

Carpeaux sculpteur[modifier | modifier le code]

La Danse (1869), pierre, Paris, musée d'Orsay.

Eugène Fromentin cite Alexandre Falguière qui lui rapporte les propos que lui tint son ami alors qu’il déambulaient dans Rome en 1859 : « […] Ce n’est pas en considérant l’Apollon du Belvédère que tu deviendras un grand sculpteur. La sculpture, c’est la vie ; la vie, c’est le mouvement, et c’est ici que tu apprendras à la rendre… C’est dans la rue que nous devons étudier notre art, non pas au Vatican [8]. » Lors de son séjour à Rome, il réalise le Pêcheur à la coquille (1857-1858) : ce garçon qui écoute, ravi, le murmure de la mer au fond d'un coquillage, est son premier grand succès. En 1861, il réalise son chef-d'œuvre, Ugolin entouré de ses quatre enfants, un père torturé par l'alternative de mourir ou de manger ses enfants. Il puise son sujet chez Dante, grand poète italien, où s'affirment son romantisme et son goût de l'expression.

À Paris, il s'assure la protection de Napoléon III, sculpte le portrait de la princesse impériale, et reçoit des commandes officielles. Chacune de ses œuvres, où éclatent ses conceptions naturalistes et son désir de restituer un mouvement inspiré du style baroque, fait l'objet de polémiques : le Nu du fronton du pavillon de Flore, au palais du Louvre à Paris, est jugé trop sensuel, son groupe de La Danse (1869), sur la façade sud de l'Opéra Garnier à Paris, provoque l'indignation par sa liberté et son réalisme. Atteint du cancer, il réussit à terminer le groupe des Quatre Parties du monde pour la fontaine de l'Observatoire à Paris en 1874.

Carpeaux est avant tout un modeleur, travaillant l'argile d'où il tire plusieurs esquisses de ses grandes œuvres. Certains modelages ont servi pour constituer des moules en plâtre. La traduction en pierre est réalisée essentiellement par des praticiens[9]. L'artiste va éditer également plusieurs versions de ses œuvres dans un but commercial, isolant ainsi certaines figures de plus vastes compositions[9].

Carpeaux peintre[modifier | modifier le code]

Scène de rue, huile sur toile, Washington, The Phillips Collection.

Jean-Baptiste Carpeaux est aussi un peintre renommé. En 1859, dès son premier jour à Rome, il déclare : « J’aime cet art avec passion, il me révèle plus que ma chère sculpture […]  »[10] . Il confia aussi : « J’ai barbouillé bien des toiles […] j’aime cet art avec passion[11]. » Jean-Baptiste Carpeaux poursuit le modèle de l'artiste universel : être peintre, décorateur et sculpteur.

Les peintures de Carpeaux révèlent une grande diversité de styles et de sujets, elles s’affirment comme des œuvres à part entière, empreintes de spontanéité et d'une exécution rapide. À la différence de ses sculptures, très peu de ses toiles sont sorties de son atelier.

Carpeaux a peint des paysages, des scènes de la vie quotidienne, des portraits et autoportraits, des scènes religieuses et des peintures d'histoire. À tout instant, il prenait des notes, aussi bien dans la rue qu'aux réunions de la Cour impériale. Ses peintures sont nées de ces croquis, avec une apparence voulue d'ébauche et de premier jet. Dans un esprit « moderne », ces derniers sont l'expression même de la vie et du mouvement[12].

Cet aspect de la carrière de l’artiste permet de confronter ses sculptures et ses peintures, puisque l’artiste tisse volontairement des rapports entre ces deux arts. Durant son séjour romain à la villa Médicis, l’artiste exécute ses premières copies, qu’il poursuivra toute sa vie.

Le corps humain est très présent dans la sculpture de l’artiste et l’est aussi dans sa peinture, où il reprend ses sculptures les plus célèbres, comme Ugolin entouré de ses quatre enfants, Pêcheur à la coquille (1857-1858), Flore accroupie ou La Danse (1869). Carpeaux utilise la grisaille dans Ugolin et La Danse, cette technique lui permet d’obtenir des reliefs et des contrastes d’ombres et de lumières. Il s’agit d’œuvres qui semblent bien réelles tant leur matérialité (base, socle, contours, ombre) est marquée[13]. Dès lors, on ne parle plus d’un « Carpeaux d’après les maîtres » mais d’un « Carpeaux d’après Carpeaux ».

Le musée des beaux-arts de Valenciennes, le musée du château de Compiègne, le Petit Palais et le musée d'Orsay à Paris conservent des toiles de Carpeaux.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Les Quatre parties du monde (1874), bronze, Paris, place Ernest-Denis.
Aux États-Unis
En France
  • Paris :
    • Comédie-Française : Alexandre Dumas fils, 1873-1874.
    • musée d'Orsay :
      • Ugolin entouré de ses quatre enfants, 1860, bronze, 194 × 148 × 119 cm) ;
      • Buste d'Anna Foucart, 1860, bronze ;
      • La Marquise de la Valette, 1861, plâtre ;
      • La princesse Mathilde, 1862, marbre ;
      • Le Prince impérial et son chien Néro ou L'Enfant au lévrier, 1865, marbre ;
      • Les Quatre Parties du monde soutenant la sphère céleste1868-1872, plâtre, commande de la ville de Paris pour le jardin de l'Observatoire ;
      • La Danse, 1865-1869, groupe en pierre, provenant de la façade du palais Garnier ;
      • Charles Garnier, 1868-1869, buste en bronze ;
      • Eugénie Fiocre, 1869, plâtre ;
      • Jean-Léon Gérôme, 1871, buste en bronze ;
      • Madame Delthil de Fontréal, 1873, plâtre patiné.
      • Le Pêcheur à la coquille, 1857-1858, huile sur toile ;
      • Bal costumé au palais des Tuileries (l'empereur Napoléon III et la comtesse de C.), 1867, huile sur toile ;
      • L'Attentat de Berezowski contre le tsar Alexandre II le 6 juin 1867, 1867, huile sur toile ;
    • palais du Louvre, façade du pavillon de Flore : Le Triomphe de Flore, 1865, pierre.
    • Petit Palais :
      • Pêcheur à la coquille ou Pêcheur napolitain, 1858, plâtre[15] ;
      • Le Chinois, 1872, plâtre patiné (étude préparant la figure féminine de l'Asie pour la fontaine des Quatre parties du monde) ;
      • Daphnis et Chloé, 1873, plâtre patiné ;
      • Les Trois Grâces, 1874, terre cuite ;
      • Naufrage dans le port de Dieppe, 1873, huile sur toile ;
      • Amélie de Montfort, 1869, pierre noire sur papier ;
      • Les Enfants de l'artiste, Charles et Louise, endormis, vers 1874, crayon et pierre noire sur papier.
  • Valenciennes, musée des beaux-arts :
    • Le Petit Boudeur, vers 1856, marbre ;
    • Monument à Antoine Watteau, 1863-1864[16] ;
    • Charles Gounod, 1871, terre cuite ;
    • Le Triomphe de Flore, 1872, terre cuite ;
    • L'Amour blessé, 1873-1874, marbre ;
    • Buste de Bruno Chérier, 1874, plâtre ;
    • Saint Bernard, 1874, terre cuite ;
    • Autoportrait dit « Carpeaux criant de douleur », 1874, huile sur toile ;
    • Coucher de soleil, 1872, huile sur toile ;
    • La Relève des morts à Montretoux, 1871, huile sur toile ;
    • diverses figures dessinées du groupe de La Danse et des croquis, des études préparatoires sur papier.
  • Vesoul, musée Georges-Garret : Buste de Jean-Léon Gérôme, 1872, bronze.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hommages[modifier | modifier le code]

Antoine Bourdelle, Carpeaux au travail (1909), jardin du musée des beaux-arts de Lyon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Guillot, Bruno Chérier (1817-1880). Peintre du Nord, ami de Carpeaux, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, p.42.
  2. Mais l'intérieur est laissé à l'abandon.
  3. Catherine Dollé, « L'enseignement du dessin sous la Troisième République : introduction du dessin industriel à Valenciennes », Livraisions d'histoire de l'architecture, no 2,‎ , p. 117-130 (lire en ligne)
  4. M. Kisiel, « L'homme et l'artiste, entre triomphes et tourments », Dossier de l'Art, no 220, juillet-août 2014, p. 18-26.
  5. Collectif, Catalogue des Ouvrages de Peinture, Sculpture, Dessin, Gravure, Architecture et Art décoratif exposés au Grand-Palais des Champs Elysées, du 1er au 22 octobre 1907, Paris, Compagnie françaises des papiers-monnaie, , 286 p. (lire en ligne), p. 238
  6. Carolus Duran, Des amitiés modernes
  7. Martine Kaczmarek, La Voix du Nord, 15 novembre 2009, p. 44.
  8. Carpeaux peintre, 24 janvier-2 avril 2000, musée du Luxembourg, p. 17 ([PDF] sommaire du dossier de presse).
  9. a et b Wassili Joseph, « Technique et création chez Carpeaux », Dossier de l'Art, no 220, juillet-août 2014, p. 29-33.
  10. « Carpeaux peintre, 24 janvier-2 avril 2000, musée du Luxembourg : Sommaire du dossier de presse » [PDF], p. 4.
  11. Patrick Ramade et Laure de Margerie, Carpeaux. Peintre, Paris, RMN, 1999, p. 76.
  12. Patrick Ramade et Laure de Margerie, Carpeaux. Peintre, op. cit., p. 87.
  13. Patrick Ramade et Laure de Margerie, Carpeaux. Peintre, op. cit., p. 82.
  14. « Buste du peintre Jean-Léon Gérome », www.photo.rmn.fr.
  15. Notice du musée d'Orsay
  16. (en) Allison Unruh, « Lists of plates », dans Allison Unruh, Aspiring to la Vie Galante : Reincarnations of Rococo in Second Empire France., ProQuest, , 461 p. (lire en ligne), page 12.
  17. Notice en rapport sur la base Joconde

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Jamot, « Carpeaux. Peintre et graveur », Gazette des beaux-arts, mai 1908.
  • Claude Jeancolas, Carpeaux. Sculpteur et peintre, Lausanne, Edita, 1987.
  • Laure de Margerie, Carpeaux. La fièvre créatrice, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard / Arts » (no 68), RMN, 1989, 128 p. (ISBN 978-2070530922).
  • Victor Beyer, Annie Braunwald et Lise Duclaux, Sur les traces de Jean-Baptiste Carpeaux, catalogue de l'exposition du Grand Palais, 11 mars-5 mai 1975, Paris, Éditions des Musées nationaux, 1975.
  • Patrick Ramade et Laure de Margerie (dir.), Carpeaux. Peintre, Paris, RMN, 1999.
    Catalogue de l'exposition au musée des beaux-arts de Valenciennes, du 8 octobre 1999 au 3 janvier 2000, et au musée du Luxembourg, à Paris, du 24 janvier au 4 avril 2000.
  • Michel Poletti et Alain Richarme, Jean-Baptiste Carpeaux, sculpteur (1827-1875). Catalogue raisonné de l'œuvre édité de Carpeaux, Univers du Bronze, Paris, Les Éditions de l'Amateur, 2003, 208 p. (ISBN 978-2859173760).
  • Collectif, Jean-Baptiste Carpeaux, 1827-1875, Gallimard, 2014, (ISBN 9782070145935), 360 p.
    Catalogue de l'exposition « Carpeaux (1827-1875), un sculpteur pour l'Empire », à Paris au musée d'Orsay du 24 juin au 28 septembre 2014.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]