Charles Dupaty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupaty.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Charles Dupaty
Charles Dupaty - Autoportrait (1808).jpg

Charles Dupaty Autoportrait (1808), localisation inconnue.

Naissance
Décès
(à 54 ans)
Paris
Nom de naissance
Louis-Marie-Charles-Henri Mercier Dupaty
Nationalité
Activité
Maître
Père
Frère
Distinction
premier prix de Rome en sculpture (1799)
Œuvres réputées
Vénus Génitrix (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Charles Dupaty, né Louis-Marie-Charles-Henri Mercier Dupaty à Bordeaux le , et mort à Paris le , est un sculpteur français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tombe de Charles Dupaty, Paris, cimetière du Père-Lachaise.

Fils aîné du magistrat Jean-Baptiste Mercier Dupaty et frère aîné de l'écrivain Emmanuel Dupaty, Charles Dupaty est destiné à la magistrature, mais préfère finalement les arts. Il étudie la sculpture à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de François-Frédéric Lemot et obtient le premier grand prix de Rome en sculpture de 1799 avec Périclès venant visiter Anaxagoras[2]. Il choisit d'aller se perfectionner en Italie et est nommé à son retour membre de l'Institut de France en 1816, puis professeur à l'École des beaux-arts de Paris le en remplacement de Jean-Antoine Houdon[3].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France

Salons[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Note et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  2. Ex-æquo avec Antoine Mouton ou Moutoni, le second prix revenant à Edme Gaulle.
  3. Jean-Pierre Cortot sera son successeur l'année suivant son décès (Frédéric Chappey, Les Professeurs de l'École des Beaux-Arts (1794-1873), dans Romantisme, no 93, p. 95-101.
  4. « Comte de Vaublanc », notice du musée d'art Dahesh.
  5. « Mme Potter, née Vaublanc », notice du musée d'art Dahesh.
  6. « Le jardin des plantes d'Orléans », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Cadmus combattant le serpent de la fontaine de Dircé », notice sur labosculpt.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Charles Dupaty » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ (Wikisource)
  • Catalogue d'exposition, Skulptur aus dem Louvre. Sculptures françaises néo-classiques. 1760 - 1830, Paris, musée du Louvre, 23 mai - 3 septembre 1990, p. 316.
  • Simone Hoog, (préface de Jean-Pierre Babelon, avec la collaboration de Roland Brossard), Musée national de Versailles. Les sculptures. I- Le musée, Réunion des musées nationaux, Paris, 1993.
  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1988.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :