Paul Niclausse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Niclausse
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
François Paul NiclausseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Maître
Distinction

Paul Niclausse[1], né le à Metz et mort le à Paris, est un sculpteur et médailleur français de style Art déco[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Niclausse naît à Metz[3] pendant l'annexion allemande. Il devient l'élève d'Hubert Ponscarme et de Gabriel-Jules Thomas à l'École des beaux-arts de Paris.

Il expose au Salon de la Société des artistes français, où il obtient une mention honorable en 1898 et une médaille de bronze en 1900. Paul Niclausse devient membre de la Société des artistes français en 1903. Il expose au Salon 1907 onze modèles de médailles et plaquettes.[4]

Nommé professeur à l'École nationale des arts décoratifs à Paris en 1930, il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1943, à l'Institut de France. Paul Niclausse sera plus tard nommé de la chevalier de la Légion d'honneur.

Après s'être installé à Faremoutiers (Seine-et-Marne), il meurt le en son domicile, au no 84, rue d'Assas dans le 6e arrondissement de Paris[5],[6]. Il est inhumé dans le cimetière de Saint-Augustin (Seine-et-Marne)[7].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Algérie
En France
  • Bordeaux, musée des beaux-arts : Buste de Roger-Henri Expert.
  • Caen, lycée Pierre-Simon de Laplace :
    • La vie sous-marine, fontaine ;
    • L'abondance, statue en pierre.
  • Cahors, parc Tassart : L'Orphelin, 1921, dépôt du Fonds national d'art contemporain.
  • Carmaux, domaine de la Verrerie : Monument à Ludovic de Solages, 1932.
  • Coulommiers, musée municipal des Capucins : Gisant de Jean-Pierre Laurens, 1932 ; Paysan briard assis, plâtre, 1911
  • Faremoutiers : Monument aux morts 1914-1918[8].
  • Limoges, musée de l'Évêché : La Musique guerrière, médaille.
  • Lyon, musée des beaux-arts : La Briarde, statue.
  • Metz, place Galliéni : Monument aux morts de la ville de Metz, 1935[9].
  • Mont-de-Marsan, musée Despiau-Wlérick :
    • Enterrement Briard ;
    • L'Athlète au repos ;
    • La Famille ou Maternité ;
    • La Source ;
    • Madame Pierre Laurens ;
    • Madame Simone Niclausse ;
    • Nu de femme ;
    • Tête de nourrisson ou L'enfant qui dort ;
    • Vieille fileuse ;
    • Félicité dite Férocité ;
    • Jeune réfugiée lorraine ;
    • Figure nue debout ou Jacqueline ;
    • Nu couché ;
    • Buste d'Albert Laurens ;
    • Buste d'homme ;
    • Buste de femme ;
    • Buste de Madame Jourdan ;
    • Buste d'Henri Martine ;
    • Buste de l'abbé Lessert ;
    • La Nourrice sèche ou La Berrichone ;
    • Buste de Mademoiselle Arsène Alexandre ;
    • Buste de R.H. Expert ;
    • Buste de Madame Rosenthal ;
    • Le Bûcheron ;
    • Médaillons : Bébé dormant dans un berceau ; Bébé endormi ; Enfant assis sur une chaise ; Homme casqué et homme barbu ; Homme de trois-quart ; La Musique guerrière ; La Ville de Sfax ; Georges Clemenceau et le maréchal Foch vus de trois-quarts ; Profil gauche de Georges Clemenceau et du maréchal Foch ; Revers pour une médaille de Clemenceau et Foch ; Profil gauche du maréchal Foch ; Profil gauche de madame Rosenthal ; Profil gauche d'Émile Chapal ; Profil gauche d'un militaire ; Profil gauche d'un soldat casqué ; Profil gauche de trois petites filles ; Profil droit d'Antoinette Rosnoblet (1833-1916).
  • Orléans, rond-point du carrefour Bourgogne : Monument à Charles Péguy, 1930, bronze[10].
  • Paris :
  • Strasbourg, musée d'art moderne et contemporain :
    • Buste de Paul Valéry, plâtre[12] ;
    • Portrait d'une vieille femme et un bébé, 1984[13], bas-relief en bronze[14].

Élèves[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Au Salon des Artistes français de 1930, le sculpteur Émile Oscar Guillaume présenta un buste en plâtre de Paul Niclausse (n°3523)[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né « Paul François Niclausse ».
  2. culture.gouv.fr « Paul Niclausse », sur la base Joconde.
  3. Archives de Metz, acte de naissance no 660, année 1879 (vue 662).
  4. (en)L. Forrer, Biographical Dictionary of Medallists : Niclausse, Paul François, t. IV, London, Spink & Son Ltd, , 725 p., p. 259-260.
  5. Archives de Paris 6e, acte de décès no 790, année 1958 (page 22/31).
  6. Son éloge funèbre est prononcé par son confrère Henri Bouchard lors de ses funérailles à l'église Saint-Germain-des-Prés, le .
  7. Registre des pompes funèbres payantes, année 1958 en date du 5 novembre (page 11/21)
  8. Notice sur topic-topos.com.
  9. metz.fr.
  10. Notice sur e-monumen.net.
  11. « Femme et enfant… », notice no 000SC031919, base Joconde, ministère français de la Culture
  12. « Buste de Paul Valéry », notice no 00160004486, base Joconde, ministère français de la Culture
  13. Année d'édition du bronze.
  14. « Portrait d'une vieille femme et un bébé », notice no 00160001668, base Joconde, ministère français de la Culture
  15. Catalogue officiel de l'Exposition, Explication des ouvrages de peinture et dessin, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au Palais des Champs-Elysées le 01 mai 1930, Paris, Imprimerie Paul Dupont,, , 238 p., p. 172

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, tome 7, 1976, p. 710.
  • Thérèse Burollet, Dictionnaire universel de l'art et des artistes, Paris, Hazan, 1960.
  • Raymond Cogniat, Dictionnaire de la sculpture moderne, Paris, Hazan, 1960.

Liens externes[modifier | modifier le code]