Jean-Baptiste Roman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roman et Jean-Baptiste Romane.
image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean-Baptiste Roman
Naissance
Décès
(à 42 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Mouvement
Distinctions

Jean-Baptiste Roman, né à Paris le , et mort dans la même ville le , est un sculpteur français. On lui doit des sculptures de style néoclassique en marbre de personnages historiques, mythologiques ou contemporains, conservées à Paris au musée du Louvre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Roman est un élève de Pierre Cartellier. Il obtient le deuxième prix de Rome en 1812 et le premier en 1816[1].

En 1822, Roman exécute l’Innocence pour le prix de Rome, mais cette année-là, le prix n'est pas attribué en raison de la faiblesse des œuvres présentées.

La même année, il présente un modèle en plâtre de Nisus et Euryale, qu'on verra en marbre au Salon de 1827[2]. Ce groupe, inspiré de Virgile, représente la mort de deux amis légendaires.

Roman figure au Salon de 1824 à 1831.

Il réalise le buste du peintre Anne-Louis Girodet qui est conservé à Paris dans l'église de la Sorbonne.

En 1831, Louis-Philippe Ier, récemment porté au pouvoir, passe commande de plusieurs statues en marbre, dont celles de nombreux héros de l'Antiquité célèbres pour leur courage, leur dévouement patriotique ou civique ou leur stoïcisme ; ainsi, Le Soldat de Marathon de Jean-Pierre Cortot, Philopoemen de David d'Angers et Caton d'Utique de Jean-Baptiste Roman. Ces trois statues sont présentées au Salon de 1834. Le marbre de Cortot est envoyé aux Tuileries en pendant du Prométhée de James Pradier. Les statues de David d'Angers et de Roman sont installées au musée du Louvre[3].

À la mort de Roman en 1835, la statue de Caton d'Utique lisant le Phédon avant de se donner la mort est inachevée. François Rude la termine et la présente en 1840[4].

Roman est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1827 et devient membre de l'Institut en 1831[5]. Louis Petitot lui succède au sixième fauteuil de la section sculpture de l'Académie des beaux-arts[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t. 11, Paris, Gründ, 1999, p. 859.
  2. Nisus et Euryale au musée du Louvre
  3. David d'Angers, Jean-Baptiste Roman et la commande de Louis-Philippe.
  4. Caton d’Utique au musée du Louvre.
  5. Dictionnaire Bénézit, p. 859.
  6. Jean-Michel Leniaud, Procès-verbaux de l'Académie des beaux-arts : 1830-1834, p. 183.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :