Paul Dubois (sculpteur français)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubois et Paul Dubois.
Paul Dubois
Paul-dubois.jpg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Mouvement
Mécènes
Influencé par
Distinctions
Médaille d'honneur au Salon des beaux-arts
Grand'croix de la Légion d'honneur (1896)
Œuvres réputées

Paul Dubois, né le à Nogent-sur-Seine (Aube)[1] et mort le à Paris, est un sculpteur et peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Dubois est le petit-neveu du sculpteur Jean-Baptiste Pigalle[P 1]. Après des études de droit, il est admis à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier d'Armand Toussaint, puis il se rend à Rome. Il débute au Salon de 1860 en exposant le Buste de la comtesse de B. et un Enfant. Il obtient une médaille pour ses deux premières statues Saint Jean-Baptiste et Narcisse au bain en 1863.

Profondément influencé par l'Italie et l'art de la Renaissance, il devient chef de file des sculpteurs dits « florentins », émules de leurs prédécesseurs du Quattrocento[P 2].

De retour à Paris, il rencontre un vif succès avec le Chanteur florentin du XVe siècle et remporte la médaille d'honneur du Salon de 1865.

Paul Dubois se lie d'amitié avec d'autres sculpteurs, Henri Chapu (1833-1891), Alexandre Falguière (1831-1900) et des musiciens comme Georges Bizet (1838-1875).

Le duc d'Aumale lui commande la statue équestre du connétable Anne de Montmorency située au centre de l'esplanade menant à l'entrée du château de Chantilly.

Une de ses œuvres majeures est la statuaire du Cénotaphe du général de Lamoricière à la cathédrale de Nantes. Dubois est chargé de sculpter les quatre statues en bronze qui encadrent le mausolée, elles sont notamment inspirées des allégories du tombeau des Médicis à Florence. Il expose deux de ces figures, La Charité et La Sagesse, au Salon de 1877.

En 1865 et 1876, il obtient une médaille d'honneur au Salon des beaux-arts. Il est membre de l'Académie des beaux-arts.

En 1873, Dubois est nommé conservateur du musée du Luxembourg. En 1878 il succède à Eugène Guillaume comme directeur de l'École des beaux-arts de Paris.

Il a pour élèves Fabio Stecchi et Camille Claudel jusqu'à la rencontre de celle-ci avec Auguste Rodin en 1884[P 3].

Son Monument à Jeanne d'Arc, inauguré sur le parvis de la cathédrale de Reims, le 14 juillet 1896, contribue également à sa renommée et lui vaut d'être décoré grand-croix de la Légion d'honneur[2] par le président de la République Félix Faure.

Monument funéraire de Paul Dubois, Paris, cimetière du Père-Lachaise.

Paul Dubois meurt le à Paris. Il repose au cimetière du Père-Lachaise, (9e division). Son monument funéraire est orné d'une statue en bronze du sculpteur représentant sa mère, Claudine Sophie[3].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Paul Dubois - La Charité - 1877
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Salons[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait d'acte de naissance sur le site de la base Léonore.
  2. « Cote LH/813/64 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  3. « Tombeau de Paul Dubois », sur le site Cimetières de France et d'ailleurs, consulté le 17 février 2015.
  4. Buste de Louis Pasteur sur biusante.parisdescartes.fr.
  5. Notice sur musee-orsay.fr.
  6. Notice de l'œuvre sur le site e-monumen.net.
  7. Les Mermet d'Hier et d'Aujourd'hui, n°17, Saint-Lupicin, mars 2007.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. p. 194.
  2. p. 194.
  3. p. 449.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :