Félix-Alexandre Desruelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desruelles.
Félix-Alexandre Desruelles
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Distinctions
Second prix de Rome en 1891
Œuvres réputées

Félix-Alexandre Desruelles, né en 1865 à Valenciennes et mort en 1943 à La Flèche, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Félix-Alexandre Desruelles est un des plus importants artistes français s'étant illustré dans la sculpture commémorative de la Première Guerre mondiale. Il est membre de l’Institut et de l’Académie des beaux-arts.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Monument à Henri Ghesquière, inauguré place Ratisbonne à Lille en 1922[1].
  • Le Monument des Néo-Zélandais et le Monument aux morts du Quesnoy (Nord), en collaboration avec l'architecte Samuel Hurst Seager et le spécialiste en plâtre Robert Henry Fraser. Inauguré le samedi 14 juillet 1923 pour le monument aux morts de la ville, le dimanche 15 juillet 1923 pour le monument des Néo-Zélandais.
  • Le Monument à Jean Jaurès sculpté par Félix Desruelles a été inauguré le dimanche 20 janvier 1924 à Dole dans le Jura en présence de Petter secrétaire de la bourse du travail, Marius Pieyre maire de Dole, l'amiral Jaurès frère de Jean Jaurès, Ponard maire de Saint Claude, Robert Lazurick représentant des jeunesses républicaines et socialistes, Marius Moutet député du Rhône, Alfred Dominique du Parti radical et radical-socialiste, Léon Jouhaud secrétaire général de la CGT, Jean Longuet ancien député de la Seine, petit-fils de Karl Marx, Georges Pioch poète, Félix Desruelles sculpteur, Georges Ponsot, Albert Noret, Lissac, Galentas, Bourset frères, Charles Cencelme, V. Luquet, Benoit-Barnet, Petitjean, Molard, Machard, Magnin, Gadriot, Monamy, Danjean, Bailly, membres du conseil municipal, du Comité Jaurès, des syndicats du Conseil général de l'arrondissement. Ce monument est régulièrement fleuri et entretenu. Il est érigé place Jean-Jaurès, devant l'ancienne bourse du travail.
  • Pastorale (1925), fontaine située à Paris dans le square Félix-Desruelles.
  • Le Monument aux morts d'Auchel (1928), dans le Pas-de-Calais : c'est un des rares monuments aux morts pacifistes.
  • Le Monument aux morts de Commentry : il représente un paysan découvrant dans son champ, la tombe d’un soldat. L'homme se recueille, appuyé sur une faux. Il est inscrit sur le monument « La ville de Commentry à ses enfants victimes de la guerre[2] ».
  • Le Monument à Henri Legrand, instituteur fusillé à Valenciennes en 1918, érigé en 1928 à Valenciennes.
  • Le Monument aux fusillés lillois en 1929. Détruit par les Allemands en 1940, il a été reconstruit par la veuve du sculpteur Germaine Oury-Desruelles (1889-1978) en 1960.
  • Le Monument aux morts d'Arras, réalisé en 1930.
  • Le Monument à Jean Jaurès à l'hôtel de ville de Lille, réalisé en 1932 (actuellement déposé).
  • Les Fruits, 1937, statue en bronze doré, Paris, palais du Trocadéro.

Galerie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :