Georges Gardet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Gardet
Parc Montsouris statue 3.JPG
Drame au désert (1891), Paris, parc Montsouris.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Distinction
Œuvres principales

Georges Gardet, né le dans le 6e arrondissement de Paris[1] et mort dans la même ville en 1939, est un sculpteur animalier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tombe de Joseph et Georges Gardet, Paris, cimetière du Montparnasse.
"Le Lion et la Lionne" des jardins du château de Vaux-le-Vicomte à Maincy, Seine et Marne.

Georges Gardet est le fils du sculpteur Joseph Gardet[2] et le frère du sculpteur Joseph-Antoine Gardet. Il suit les cours de l'École des beaux-arts de Paris dans les ateliers d'Aimé Millet et d'Emmanuel Frémiet.

Son épouse, Madeleine, est la sœur du peintre et décorateur Jean Francis Auburtin (1866-1930) qui participa avec lui à l'Exposition universelle de 1900.

Son talent lui attire de nombreuses commandes d'amateurs qui souhaitent conserver des effigies de leurs animaux familiers ou orner les jardins et parcs de leurs demeures, mais aussi de nombreuses commandes officielles tant en France qu' à l'étranger.

Il est promu au grade d'officier de la Légion d'honneur en 1900. Il est membre de l'Académie des beaux-arts et de la Société des artistes français.

Il meurt en 1939 à Paris et est inhumé au cimetière du Montparnasse, au côté de son père.


Comme de nombreux artistes avant lui, Georges Gardet a pratiqué la sculpture à deux niveaux. Les commandes officielles ou privées ont souvent débouché sur l'exécution de groupes monumentaux destinés à orner lieux publics et demeures aristocratiques.  Néanmoins il crée également des œuvres de petit format destinés ou non à l'édition.

La carrière de Gardet est lancée par le succès de sculptures de taille importante au Salon.Il reçoit rapidement des offres d'achat et des commandes de l'Etat ou de la Ville de Paris( expo universelle de 1900 par ex).D'autres commandes viennent aussi de l'étranger : Mexico( aigle destiné à surmonter la coupole du Palais législatif ; lions assis encadrant l'entrée du parc Chapultepec), Winnipeg( Palais législatif du Manitoba),Bruxelles( Palais de Laaken), Ethiopie...

L'approche de la sculpture de Gardet diffère de celle de ses prédéceseurs :

En effet Gardet renouvelle les matériaux traditionnellement employés par les artistes animaliers . Il produit non seulement des plâtres , qui seront souvent traduits en bronze, mais sa préférence va aux matières riches comme l'ivoire ou le marbre polychrome ; plusieurs de ses sculptures font également l'objet de répliques en biscuit de Sèvres .

Rompant ainsi avec une tradition faite essentiellement de bronzes  il ouvre son art au décoratif et à l'objet d'art

Élèves[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Argentine
Au Brésil
Au Canada
  • Winnipeg (Manitoba), palais législatif : Deux Bisons en bronze et le Golden Boy sur le dôme du palais depuis 1920[5].
en Éthiopie
En France

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c L'un des trois exemplaires existants dans le monde.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, acte de naissance no 6/2422/1863. Fils de Joseph Gardet, sculpteur, et de Cécile Bouchaton.
  2. Georges Belleiche, Statues de Paris, Paris, Massin, , 204 p. (ISBN 2-7072-0528-1).
  3. Bernard Morot-Gaudry, « La sculpture en Morvan au XXe siècle et début du XXIe siècle », Bulletin de l'Académie du Morvan, n°82, 2017, p.13.
  4. Famille Guinle.
  5. « Le Golden Boy », sur gov.mb.ca (consulté le 1er avril 2015).
  6. Numéro d'inventaire 2367 (Notice no IM94000726, base Palissy, ministère français de la Culture).
  7. data0.eklablog.com.
  8. Pierre Jahan et Jean Cocteau, La Mort et les Statues, Paris, Les éditions de l'Amateur, , 81 p. (ISBN 978-2-85917-489-7).
  9. Notice no IM92000519, base Palissy, ministère français de la Culture.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]