Jules Ramey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramey.
Jules Ramey
Naissance
Décès
Nom de naissance
Étienne-Jules Ramey
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Distinction
Œuvres réputées
Thésée combattant le Minotaure (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jules Ramey[1], né le à Paris et mort dans cette même ville le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'élève de son père, le sculpteur Claude Ramey (1754-1838), puis est admis à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Pierre Cartellier (1757-1831).

En 1815, il remporte le grand prix de Rome de sculpture pour son œuvre Ulysse reconnu par son chien, alors qu'il avait obtenu le second grand prix l'année précédente[2].

Il est connu pour avoir décoré, avec David d'Angers (1788-1856), l'Arc de triomphe dit Porte d'Aix de la place Jules-Guesde à Marseille, de 1828 à 1839.

Devenu enseignant, il remplace Pierre Cartellier à l'École des beaux-arts de Paris en 1832. Jules Ramey ouvre un atelier réputé avec le sculpteur Auguste Dumont (1801-1884).

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né « Étienne-Jules Ramey ».
  2. Le premier prix revenant à Louis Petitot.
  3. Notice sur la base Joconde.
  4. Notice sur la base Mérimée

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit, tome 8, page 593.
  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1988
  • Emmanuel Schwartz, Les Sculptures de l'École des Beaux-Arts de Paris. Histoire, doctrines, catalogue, École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris, 2003
  • Charles Franquet de Franqueville, Le premier siècle de l'Institut de France : 25 octobre 1795-25 octobre 1895, volume 1[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. sur gallica.bnf.fr