Jules Ramey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramey.
image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jules Ramey
Naissance
Décès
Nom de naissance
Étienne-Jules Ramey
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Père
Distinctions

Jules Ramey[1], né le à Paris et mort dans cette même ville le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'élève de son père, le sculpteur Claude Ramey (1754-1838), puis est admis à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Pierre Cartellier (1757-1831).

En 1815, il remporte le grand prix de Rome de sculpture pour son œuvre Ulysse reconnu par son chien, alors qu'il avait obtenu le second grand prix l'année précédente[2].

Il est connu pour avoir décoré, avec David d'Angers (1788-1856), l'Arc de triomphe dit Porte d'Aix de la place Jules-Guesde à Marseille, de 1828 à 1839.

Devenu enseignant, il remplace Pierre Cartellier à l'École des beaux-arts de Paris en 1832. Jules Ramey ouvre un atelier réputé avec le sculpteur Auguste Dumont (1801-1884).

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né « Étienne-Jules Ramey ».
  2. Le premier prix revenant à Louis Petitot.
  3. Notice sur la base Joconde.
  4. Notice sur la base Mérimée

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit, tome 8, page 593.
  • Pierre Kjellberg, Le Nouveau guide des statues de Paris, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1988
  • Emmanuel Schwartz, Les Sculptures de l'École des Beaux-Arts de Paris. Histoire, doctrines, catalogue, École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris, 2003
  • Charles Franquet de Franqueville, Le premier siècle de l'Institut de France : 25 octobre 1795-25 octobre 1895, volume 1[1].

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :