Invivo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

InVivo Group
logo de Invivo

Création 2001
Forme juridique Union de sociétés coopératives agricoles
Slogan Coopérer, source de valeur / Cooperation adds value
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Agriculture, Agroalimentaire, Jardinerie, Commerce international des grains, Food
Filiales InVivo Retail, InVivo Wine, Bioline by InVivo
Effectif 5 500
Site web www.invivo-group.com

Chiffre d'affaires 5,2 Mds€ (2017-2018)[1].

InVivo est une union de coopérative agricole qui rassemble 192 coopératives adhérentes, autour de trois pôles d’activités — Bioline by InVivo (agriculture), InVivo Retail (jardinerie et distribution alimentaire) et InVivo Wine (vin) — et une entité transverse dédiée à l’innovation — InVivo Digital Factory.

Historique[modifier | modifier le code]

Ce groupe est le résultat de la fusion en 2001 de deux unions de coopératives agricoles françaises SIGMA et UNCAA (Union Nationale des Coopératives Agricoles d’Approvisionnement).

InVivo ouvre son premier supermarché à l'enseigne Frais d'ici le à Portet-sur-Garonne, près de Toulouse, sur une surface de 500 m2. Le magasin[2] vend principalement des produits locaux et frais issus du secteur agricole et des coopératives partenaires du groupe. Un second point de vente à proximité de Dijon est ouvert depuis .

En 2015, InVivo effectue plusieurs acquisitions successives dans le but de constituer un pôle voué à la viticulture avec l'acquisition du négociant bordelais Cordier Mestrezat, puis du négociant languedocien Vignobles du soleil. Dans le même temps, InVivo signe un partenariat avec Vinadeis, issu de la fusion de Val d’Orbieu et de La Languedocienne, deux coopératives viticoles[3].

En , InVivo acquiert 90 Gamm Vert à deux de ses franchisés, Axéréal et Terrena[4].

En , InVivo annonce l'acquisition de Jardiland, pour un montant non dévoilé[5].

En , ADM annonce l'acquisition de Neovia, une filiale d'Invivo spécialisée dans la nutrition animale, pour 1,8 milliard de dollars[6]. En , Invivo acquiert 29 magasins Gamm Vert à son franchisé Maïsadour, sur les 36 qu'il possède, les 7 autres sont vendus à une autre entreprise[7].

InVivo Retail atteint les 2 milliards d’euros en 2018-2019 avec ses enseignes Gamm Vert, Jardiland et Delbard & associés[8].

En juillet 2020, InVivo est en négociation pour acquérir une participation de 57 % dans Vinadeis, coopérative spécialisée dans la viticulture, dont il détenait déjà une participation de 10 %[9]. En janvier 2021, InVivo annonce être entré en négociation pour acquérir le Groupe Soufflet[10],[11]. Une telle opération, si elle devait avoir lieu, ferait du groupement de coopératives le second au niveau européen avec un chiffre d'affaires cumulé d'environ 10 milliards d'euros, derrière les 16 milliards de l'allemand BayWa[12].

Organisation du groupe[modifier | modifier le code]

Le groupe est organisé en trois pôles d'activités : Bioline by InVivo (agriculture), InVivo Retail (jardinerie et distribution alimentaire) et InVivo Wine (vin), et une entité transverse dédiée à l’innovation - InVivo Digital Factory[13].

Bioline by InVivo rassemble les activités semences, agrofourniture et agro-écologie, commerce international des grains.

InVivo Retail comprend les magasins Gamm Vert, Jardiland, Delbard & associés, Jardineries du Terroir, Frais d'Ici, Bio&Co, So France[14] ainsi que Neodis.

InVivo Wine rassemble les marques, les services et la distribution.

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

InVivo Group déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 75 000 euros sur l'année 2018[15].

Critique[modifier | modifier le code]

Selon la journaliste Anne-Laure Chouin, la taille importante du groupe (5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018) en fait avec ses nombreuses filiales un équivalent de multinationale, dans lequel les coopérateurs ne profitent plus des intérêts d'une coopérative agricole[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « InVivo en bref », InVivo, .
  2. InVivo teste la distribution alimentaire en direct, Adrien Cahuzac, L'Usine nouvelle, 5 novembre 2014.
  3. InVivo veut atteindre un milliard d’euros de chiffre d’affaires dans le vin, Adrien Cahuzac, L'Usine nouvelle, 25 juin 2015.
  4. InVivo acquiert 90 magasins Gamm vert, Les Échos de la Franchise, 10 mai 2017.
  5. « French agricultural group InVivo to buy garden retailer Jardiland », sur Reuters, .
  6. Sybille de La Hamaide, « ADM to buy French animal nutrition business Neovia for $1.8 billion », sur Reuters, .
  7. Frédéric Denis, « Landes : Maïsadour cède 29 de ses magasins Gamm Vert du Sud-Ouest à InVivo sans impact sur l'emploi », sur France Bleu, .
  8. « InVivo Retail atteint les 2 milliards d’euros en 2018-2019 », sur lsa-conso.fr (consulté le 18 décembre 2019).
  9. Adeline Haverland, « Avec Vinadeis, InVivo compte s'imposer sur le marché du vin en France », sur L'Usine nouvelle, .
  10. Laurence Girard, « Agroalimentaire : InVivo pourrait croquer le groupe céréalier Soufflet », sur Le Monde,
  11. (en) Sybille de La Hamaide et Gus Trompiz, « InVivo in talks to acquire French agribusiness peer Soufflet », sur Reuters,
  12. « InVivo veut créer un géant français de l'agriculture en absorbant Soufflet », sur Les Echos, (consulté le 14 janvier 2021)
  13. Le groupe en bref.
  14. « InVivo - Distribution Grand Public », sur www.invivo-group.com (consulté le 18 décembre 2019).
  15. « Fiche Invivo Group » (consulté le 5 juin 2019).
  16. « In Vivo, Sodiaal, Tereos : quand les coopératives agricoles deviennent des multinationales aux filières opaques », sur Franceinfo, (consulté le 1er juin 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]