Groupe de la mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'expression « groupe de la mort » est généralement donnée par les observateurs et les médias sportifs à un groupe d'équipes d'une compétition sportive, dans lequel le nombre d'équipes de fort niveau est supérieur au nombre de places qualificatives pour le tour suivant. Cela signifie qu'une ou plusieurs « grosses » équipes seraient éliminées prématurément de la compétition, ce qui constituerait une déception pour elles. À la vue de cette élimination possible, les rencontres entre ces équipes sont souvent annoncées comme acharnées.

Le terme peut aussi désigner un groupe où une ou des équipes « outsiders » peuvent mettre en péril la qualification des équipes dites de haut niveau. Enfin, une formation présumée beaucoup plus faible, souvent appelée « petit poucet », qui n'a très peu de chance d'accéder au tour suivant, peut avoir sa place dans un groupe de la mort et termine généralement à la dernière place du groupe. Le groupe B du Mondial de football 2014 en est un exemple avec le Chili en outsider et l'Australie en petit poucet.

Comme il n'existe pas de définition claire sur ce terme, de nombreux débats ont souvent lieu sur la qualité de tel ou tel groupe après les tirages au sort de compétitions mondiales ou continentales. Après le tirage au sort de la Coupe du monde de football de 2014, les médias se sont montrés divisés sur le groupe de la mort entre le groupe B (Espagne, Pays-Bas, Chili, Australie), le groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie) et le groupe G (Allemagne, Portugal, Ghana, États-Unis), certains mentionnant même le groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun).

Origine[modifier | modifier le code]

Le terme a été inventé en 1970, à la suite du tirage de la Coupe du monde de football de 1970 qui s'est déroulée au Mexique. Les journalistes mexicains parlent de grupo de la muerte (« groupe de la mort » en espagnol) pour le groupe C, constitué par l'Angleterre, tenant du titre, le Brésil, solide favori pour la victoire, la Tchécoslovaquie, finaliste de la Coupe du monde 1962, et la Roumanie.

L'expression a été popularisé lors la Coupe du monde de 1986, par le sélectionneur de l'Uruguay Omar Borrás, en parlant du groupe E rassemblant le Danemark, demi-finaliste de l'Euro en 1984, l'Allemagne de l'Ouest, l'Écosse et donc l'Uruguay. Le terme sera ensuite relayé par les grands médias, The Guardian ou encore The Washington Post parlant de group of death (« groupe de la mort » en anglais).

Pots[modifier | modifier le code]

Dans les compétitions continentales de clubs (Ligue des Champions, H-Cup), dans celles de sélections nationales (Euro), dans les compétitions internationales (Coupe du monde de football) et dans les éliminatoires de toutes ces compétitions, un tirage au sort des groupes peut avoir lieu. Il peut s'effectuer de manière libre (on parle alors de « tirage intégral ») ou de manière que les équipes les plus fortes ne se rencontrent pas. Dans ce second, on dit de ces équipes qu'elles sont « têtes de série ».

Les équipes sont préalablement classées dans différents chapeaux en fonction de leur classement, classement qui est basé sur les résultats lors des dernières saisons ou lors des grandes compétitions. Par exemple, l'UEFA (football) établit un classement des clubs calculé sur les performances des 5 dernières saisons tandis que la FIBA (basket-ball) prend en compte les résultats dans ses compétitions lors des huit dernières années.

Des équipes placées dans un même chapeau ne peuvent pas se retrouver dans un même groupe. Mais plusieurs raisons peuvent entrainer la présence de bonnes équipes dans les pots de rang inférieur et donc rendre possible le tirage d'un groupe de la mort :

  • des mauvaises performances passées d'une équipe (éliminations rapide des compétitions ou non-participation à ces compétitions),
  • le nivellement des équipes (un nombre d'équipes réputées fortes devenu supérieur à celui que peut contenir le premier pot),
  • l'attribution automatique d'une place pour le tenant du titre ou l'organisateur de la compétition ; ils prennent ainsi une place qui devait être attribué à une équipe « forte » selon le classement basé sur les résultats et cette dernière se retrouve dans le chapeau suivant.

Débats et définitions[modifier | modifier le code]

Exemples de groupes de la mort[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Année Compétition Groupe Équipes Source
2020 Championnat d'Europe Groupe F Allemagne
France
Portugal
...
[1]


2018 Ligue des nations Ligue A1 Allemagne
France
Pays-Bas
[2]
2018 Éliminatoires de la Coupe du monde Groupe B Algérie
Cameroun
Nigeria
Zambie
[3]
2016 Championnat d'Europe Groupe D Espagne
Turquie
République tchèque
Croatie
[4]
Groupe E Belgique
Italie
Suède
Irlande
[4]
2014-2015 Ligue Europa Groupe H Everton FC
FK Krasnodar
LOSC Lille
VfL Wolfsburg
[5]
Ligue des Champions Groupe E Bayern Munich
Manchester City
CSKA Moscou
AS Rome
[6]


2014 Coupe du Monde Groupe B Australie
Chili
Espagne
Pays-Bas
[7]
Groupe D Angleterre
Costa Rica
Italie
Uruguay
[8],[9]
Groupe G Allemagne
États-Unis
Ghana
Portugal
[10]
2013-2014 Ligue des Champions Groupe F Arsenal
Borussia Dortmund
Olympique de Marseille
Naples
[11],[12]


2012-2013 Ligue des Champions Groupe D Ajax Amsterdam
Borussia Dortmund
Manchester City
Real Madrid
[13]
2012 Championnat d'Europe Groupe B Allemagne
Danemark
Pays-Bas
Portugal
[14],[15],[16]
2011-2012 Ligue des Champions Groupe A Manchester City
Bayern Munich
Naples
Villarreal
[17],[18],[19]
2010-2011 Ligue des Champions Groupe G Ajax Amsterdam
AJ Auxerre
Real Madrid
Milan AC
[20],[21],[22]
2010 Coupe du Monde Groupe G Brésil
Corée du Nord
Côte d'Ivoire
Portugal
[23]
2008 Championnat d'Europe Groupe C France
Italie
Pays-Bas
Roumanie
[23],[24],[25]
2006 Coupe du monde Groupe C Pays-Bas
Argentine
Côte d'Ivoire
Serbie-et-Monténégro
[26],[27]
2002-2003 Ligue des Champions Groupe G Deportivo La Corogne
RC Lens
Bayern Munich
Milan AC
[28]
2002 Coupe du Monde Groupe F Angleterre
Argentine
Suède
Nigeria
[29],[27]
2000 Championnat d'Europe Groupe A Allemagne
Angleterre
Portugal
Roumanie
[23]
1998 Coupe du Monde Groupe D Bulgarie
Espagne
Nigeria
Paraguay
[30]
1996 Championnat d'Europe Groupe C Allemagne
Italie
République tchèque
Russie
[23]
1994 Coupe du Monde Groupe B Brésil
Cameroun
Russie
Suède
[31]
Groupe D Argentine
Bulgarie
Grèce
Nigeria
[23]
1990 Coupe du Monde Groupe F Angleterre
Égypte
Irlande
Pays-Bas
[27]
1986 Coupe du Monde Groupe E Danemark
Écosse
Uruguay
RFA
[27]
1982 Coupe du Monde Groupe 3 (deuxième tour) Argentine
Brésil
Italie
[27]
1970 Coupe du Monde Groupe C Angleterre
Brésil
Roumanie
Tchécoslovaquie
[N 1],[27]

Rugby à XV[modifier | modifier le code]

« Groupe de la vie »[modifier | modifier le code]

Au contraire du groupe de la mort, le groupe de la vie peut désigner un groupe constitué soit uniquement d'équipes réputées faibles ou des seconds couteaux, soit d'un favori et d'équipes nettement inférieures. Les groupes de la vie ont la particularité d'être « ouverts », c'est-à-dire que chaque équipe soi-disant faible a de bonnes chances de se qualifier pour le tour suivant. Par exemple, la groupe A du Championnat d'Europe de football 2012 constitué de la Pologne, pays coorganisateur de la compétition, de la Grèce, de la Russie et de la République tchèque a été appelé « groupe de la vie »[40].

Mais cette expression peut avoir un autre sens. Certains voient les groupes de la mort sous un aspect plus positif et les appellent groupes de la vie, à cause de l'excitation provoquée par les rencontres entre les équipes de haute qualité, rencontres souvent appelées « chocs ». L’Irish Examiner a utilisé l'expression « groupe de la vie » dans ce sens pour évoquer le Groupe E de la Coupe du monde de football 2006[41].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. C'est la première fois que le terme est utilisé par les médias.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Bamba, « Euro 2020: la France dans le "groupe de la mort" avec l'Allemagne et le Portugal », RFI,‎ (lire en ligne)
  2. Timothée Zappi, « Ligue des Nations : ce qu’il faut retenir de la première phase », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne)
  3. AFP, « VIDEO - L'Algérie et le Cameroun se quittent sur un nul qui n'arrange personne », Eurosport,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Guillaume Navarro, « Euro 2016 : deux groupes de haut niveau », sur l'Equipe.fr, (consulté le 26 mai 2016)
  5. « Lille dans le groupe de la mort », sur sport.fr, (consulté le 23 décembre 2014)
  6. « Bienvenue dans le "groupe de la mort" ! », sur fr.fifa.com, (consulté le 23 décembre 2014)
  7. « Mondial 2014 : B et D, les groupes de la mort », La Libre,‎ (lire en ligne).
  8. Thomas Saint-Cricq, « Groupe D : la poule des champions », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  9. Laurent Vergne, « Attention les yeux : voici les plus grands groupes de la mort de l'histoire », Eurosport,‎ (lire en ligne)
  10. Tidiany M'Bo, « Coupe du monde 2014 - Groupe G : un beau groupe de la mort », Le Point,‎ (lire en ligne).
  11. Nicolas, « Ligue des Champions : le groupe de la mort pour l’OM ! », sur africatopsports.com, (consulté le 30 août 2013)
  12. « Ligue des champions - OM : «On peut parler de groupe de la mort» », sur le10sport, Le 10 Sport, (consulté le 30 août 2013)
  13. Belga, « Ligue des Champions : Real et City dans le groupe de la mort », Sport magazine - Le Vif.be,‎ (lire en ligne)
  14. « Groupe B : qui sortira vivant du "groupe de la mort" ? », sur fr.fifa.com, (consulté le 24 mai 2012)
  15. « Lahm : «Aller au bout» », sur lequipe.fr, (consulté le 24 mai 2012)
  16. (de) « Lächelnd durch die Todesgruppe », sur spiegel.de (consulté le 25 mai 2012)
  17. « Le Bayern sans Robben à Villarreal », sur fr.fifa.com, (consulté le 24 mai 2012)
  18. « Le Real remporte une Liga à deux vitesses », sur fr.fifa.com, (consulté le 24 mai 2012)
  19. (es) « El Villarreal, en el grupo de la muerte », sur abc.es (consulté le 25 mai 2012)
  20. « L'Inter remet son titre en jeu », sur fr.fifa.com, (consulté le 24 mai 2012)
  21. « Auxerre pour un miracle, Drogba à Marseille », sur fr.fifa.com, (consulté le 24 mai 2012)
  22. (en) « Real Madrid and AC Milan paired in 'Group of Death' », sur cnn.com (consulté le 25 mai 2012)
  23. a b c d et e Maxime Dupuis et Laurent Vergne, « Le Top 5 des groupes de la mort »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Eurosport, (consulté le 11 juin 2012).
  24. « France-Italie-Roumanie: qui survivra au "groupe de la mort" ? », sur fr.fifa.com, (consulté le 24 mai 2012)
  25. « Euro 2008 : la France dans le "groupe de la mort" », sur europe1.fr, (consulté le 24 mai 2012)
  26. « Heidi Klum nous a envoyés en enfer », sur fifa.com, (consulté le 27 mars 2009)
  27. a b c d e et f Laurent Vergne, « Le top des groupes de la mort », Eurosport,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2013).
  28. Julien Laurens, « Lens n'a pas gagné au tirage », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  29. « L'équipe de France échappe au groupe de la mort », Libération.fr, 3 décembre 2001, consulté le 11 juin 2012.
  30. (es) « Dugarry, Amunike y el Mundial », sur elmundodeportivo.es (consulté le 6 juillet 2010)
  31. (en) « Analysing Groups of Death », sur espnfc.com (consulté le 23 décembre 2014)
  32. « Coupe du monde de rugby 2019 : la France dans la "poule de la mort" », Sud Ouest,‎ (lire en ligne)
  33. « Coupe du monde de rugby 2015 : de la poule "de la mort" à celle de la France, présentation des forces en présence », sur rtl.fr, (consulté le 10 septembre 2015)
  34. « Castres : les joies de la défaite », sur rugbyrama.fr (consulté le 25 mai 2012)
  35. « Le Castres Olympique affûte ses armes », sur ladepeche.fr (consulté le 25 mai 2012)
  36. « Montpellier pas gâté », sur rugby365.fr (consulté le 25 mai 2012)
  37. « Galles résiste dans le “groupe de la mort” » sur le site sport.fr, Consulté le 10 juillet 2012
  38. « Poule de la mort: comment s'en échapper? », sur fr.rwc2007.irb.com (consulté le 25 mai 2012)
  39. (en) « Is this Ireland's moment? », sur guardian.co.uk (consulté le 25 mai 2012)
  40. « Groupe A : Le "groupe de la vie" », sur fr.fifa.com, (consulté le 24 mai 2012)
  41. (en) « Sudden death in group of life », sur irishexaminer.com, (consulté le 25 mai 2012)