Lagoin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lagoin
Illustration
Caractéristiques
Longueur 28,7 km
Bassin 78 km2
Bassin collecteur Adour
versant gauche
Débit moyen ?
Régime régime pluvial
Cours
Confluence le gave de Pau
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France

Le Lagoin est une rivière des Pyrénées-Atlantiques, en France, et un affluent de la rive droite du gave de Pau, en amont de l'agglomération paloise, entre la Mouscle et l'Ousse.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Probablement dérivé de lacum (latin : lac, petite étendue d'eau, abreuvoir)[1] : le Lagoin était, jusqu'au milieu du XIXe siècle, une rivière aux eaux stagnantes en périodes d'étiage.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Lagoin naît dans le territoire de la commune de Saint-Vincent, à 410 m d'altitude, au sud du village. D'abord encaissé et rapide dans un vallon entre les bois de Coarraze (forêt de Carrasquet et bois de Sargaillouse), il débouche à Coarraze dans la « plaine de Nay », la Batbielle ou Vath Vielha[2], la large plaine alluviale du Gave entre Lestelle-Bétharram et Meillon, en amont de Pau. Son cours suit alors la bordure nord de cette plaine, au pied des coteaux. Il rejoint le gave de Pau à Aressy.

Le Lagoin a un régime essentiellement pluvial : crues liées aux fortes pluies, manque d'eau en période de sécheresse. Les aménagements liés au « canal du Lagoin » ont tempéré, dès le XIXe siècle, ces irrégularités. Entre Coarraze et Aressy, le lit du Lagoin a été « rectifié » dans les années 1980, pour en supprimer les méandres et faciliter l’écoulement de l’eau[3].

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Issu de Saint-Vincent, il traverse ensuite le territoire de Coarraze.
Le Lagoin coule ensuite en bordure de cinq villages qui se sont installés sur sa rive gauche : Bénéjacq, Bordères, Lagos, Beuste et Angaïs. Il traverse aussi les territoires de Boeil-Bezing, Bordes, Assat, Meillon et Aressy - établis le long du gave.

Principaux affluents[modifier | modifier le code]

Le Lagoin reçoit quelques petits affluents sur sa rive droite :

  • (D) le Badé à Coarraze, 5,8 km
  • (D) l'Aguabelle à Bordères, 5,4 km
  • (D) la Gabale, 5,2 km, du bois de Bordères
  • (D) la Houndousase à Boeil-Bezing.
  • (D) l'Arrebigne à Assat.

Les moulins du Lagoin[modifier | modifier le code]

Bien que modeste rivière au débit irrégulier, le Lagoin a permis l'installation de nombreux moulins. À la fin du XVIIIe siècle, la carte de Cassini[4] en indique huit à Bénéjacq, Bordères, Lagos, Beuste (deux moulins), Angaïs (deux moulins), Assat. Deux petits moulins se trouvaient aussi sur le territoire de Saint-Vincent, en amont des bois de Coarraze[5].

La « réalimentation » du Lagoin, lors de la création du canal du Lagoin, à partir du milieu du XIXe siècle a permis de nouvelles installations à Bordères, Assat. Certains moulins ont alors adjoint une scie ou une batteuse à leurs installations (Angaïs). Dans les années 1920-1930, quelques moulins ont aussi installé des dynamos pour produire de l'électricité (Assat)[6].

Le canal du Lagoin[modifier | modifier le code]

Le « canal du Lagoin » est un ouvrage d'irrigation, réalisé entre 1859 et 1869 qui permet l'irrigation de la « plaine du Lagoin ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059), p. 259.
  2. La communauté de communes du Pays de Nay inclut le territoire de la Vath Vielha stricto sensu.
  3. Dans le cadre d'opérations de remembrement liées à la construction de la nouvelle route (voie rapide D 938) de Pau à Lestelle-Bétharram. Ces travaux ont entraîné une profonde modification du paysage, par suppression des haies sur une grande partie de la plaine de Nay
  4. Carte de Cassini, feuille Pau.
  5. Carte d'État-Major et carte IGN.
  6. J.-L. Gazurelli, Un exemple d’hydraulique rurale, XIXe- XXe siècle, le canal du Lagoin, l’irrigation dans la plaine de Nay, Mémoire de maîtrise de l’environnement, Université de Pau et des Pays de l'Adour, 2002.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]