Combat de Bois-Rouland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Combat de Bois-Rouland

Informations générales
Date 2 décembre 1795
Lieu Saint-Senier-de-Beuvron
Issue Victoire des Chouans
Belligérants
Flag of France.svg RépublicainsRoyal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
inconnuAimé Picquet du Boisguy
Forces en présence
100 hommes[1],[2]400 hommes[2]
Pertes
~ 50 morts[2],[1]
55 prisonniers[2],[1]
(dont 4 ou 5 fusillés,
16 relâchés,
35 passent aux chouans)[2],[1]
inconnues

Chouannerie

Coordonnées 48° 34′ 35″ nord, 1° 18′ 33″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Manche
(Voir situation sur carte : Manche)
Combat de Bois-Rouland
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Combat de Bois-Rouland
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Combat de Bois-Rouland

Le combat de Bois Rouland fut une embuscade tendue par les Chouans aux Républicains en 1795. Ce combat fut le premier d'une série visant l'extension des territoires chouans vers la mer, dans le but d'établir des contacts avec les Anglais.

L'embuscade[modifier | modifier le code]

Le 2 décembre 1795, un détachement républicain de la division de Saint-James, se porte sur Avranches afin d'aller chercher des vivres. Ce convoi est fort d'une centaine d'hommes d'après les Chouans, nombre confirmé par le rapport républicain[1]. Aimé du Boisguy, informé de ce mouvement, s'embusque avec 400 hommes au lieu nommé le Bois Roulant et attend le retour du convoi. Celui-ci apparait à la tombée de la nuit. Le combat est bref, les soldats républicains sont enveloppés et selon Pontbriand, la moitié d'entre eux sont tués et l'autre moitié est capturée[2]. Tout le convoi est saisi, soit cinq voitures de farines et huit bœufs. Parmi les 55 prisonniers, quelques-uns sont fusillés, au nombre de 4 selon Pontbriand[2] (un capitaine, deux sous-officiers et un soldat), 5 d'après le rapport républicain[1], 35 choisissent de passer chez les Chouans et les 16 restants sont relâchés le lendemain et renvoyés à Avranches[2].

« Peu de jours après le combat du Rocher de Bouliers, du Boisguy, informé qu'un détachement de la garnison de Saint-James, fort d'environ cent hommes, était allé chercher des vivres à Avranches, forma le projet de l'attaquer à son retour et d'enlever son convoi. Il prit quatre cents hommes à sa colonne du Centre, et, suivi de Saint-Gilles, Breil, Duval et quelques guides qui formaient sa cavalerie, il alla s'embusquer sur la route que ce détachement devait suivre à son retour, dans un lieu nommé le Bois-Roulant. Il était presque nuit lorsque le convoi parut, aussi fut-il facilement enveloppé, et, après une courte résistance, tous les soldats qui ne furent pas tués mirent bas les armes et se rendirent prisonniers. Cinq voitures de farine et huit bœufs furent pris, trente-cinq soldats demandèrent à servir dans les troupes royales et furent distribués dans les compagnies. Le capitaine qui les commandait, deux sous-officiers et un soldats, ayant tenu des propos outrageants, furent fusillés, et seize autres soldats, renvoyés le lendemain à Avranches[2]. »

— Mémoires de Toussaint du Breil de Pontbriand

« Le 11 (frimaire), ils (les Chouans) attaquèrent, sur la route d'Avanches à Saint-James, un détachement de cent hommes qui escortaient des farines et des bœufs qu'on envoyait à Saint-James pour la subsistance d'environ deux cent trente hommes qui en formaient la garnison ; cette escorte fut attaquée et mise en déroute par ces scélérats, qui étaient embusqués sur la route et qui profitèrent de l'obscurité de la nuit tombante qui favorisa leurs atroces projets, et ils se retirèrent ensuite au ci-devant château de Boucey, où ils furent attaqués le lendemain par de braves républicains qui ne purent en obtenir davantage, vu la supériorité de leur nombre[3]. »

— Lettre des administrateurs du district d'Avranches, adressée aux représentants de la Manche et datée du 5 janvier 1796

« Nous avons appris qu'un convoi venant d'Avranches à Saint-James y apporter des vivres avait été enlevé et l'escorte pour ainsi dire hachée, qu'enfin, à la suite de cette affaire malheureuse, le cantonnement de Saint-James, seule protection par son voisinage de celui de Saint-Georges, avait replié sur Pontorson, ayant été forcé d'évacuer Saint-James, qui est maintenant au pouvoir des Chouans[4]. »

— Lettre des administrateurs du district de Fougères, adressée au Directoire exécutif et datée du 30 frimaire

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Toussaint Du Breil de Pontbriand, Mémoire du colonel de Pontbriand sur les guerres de la Chouannerie, édition Plon, Paris, (réimpr. Y. Salmon, 1988), p. 216.
  • Christian Le Boutellier, La Révolution dans le Pays de Fougères, Société archéologique et historique de l'arrondissement de Fougères, , p. 462.
  • Paul-Marie du Breil de Pontbriand, Un chouan, le général du Boisguy : Fougères-Vitré, Basse-Normandie et frontière du Maine, 1793-1800, Paris, Honoré Champion éditeur, (réimpr. La Découvrance, 1994), 509 p. (lire en ligne). 
  • Félix Jourdan, La chouannerie dans l'Avranchin, 2e partie, , p. 44-51. texte en ligne p.127-129.

Références[modifier | modifier le code]