Combat de Carnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Combat de Carnet

Informations générales
Date fin
Lieu Près de Carnet
Issue Victoire des Chouans
Belligérants
Flag of France.svg RépublicainsRoyal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
inconnuMarie Eugène Charles Tuffin de La Rouërie
• Dauguet Fleur-de-Rose
• Dufrédo du Plantis
Toussaint du Breil de Pontbriand
• Thomas Renou
Forces en présence
500 hommes[1]600 à 700 hommes
Pertes
28 morts[1]
6 prisonniers[1]
inconnues

Chouannerie

Coordonnées 48° 30′ 36″ nord, 1° 21′ 26″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Manche
(Voir situation sur carte : Manche)
Combat de Carnet
Géolocalisation sur la carte : Normandie
(Voir situation sur carte : Normandie)
Combat de Carnet
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Combat de Carnet

Le combat de Carnet se déroula en septembre 1796, lors de la Chouannerie.

Prélude[modifier | modifier le code]

À la fin du mois de , la colonne normande commandée par Tuffin de La Rouërie et Dauguet « Fleur de Rose » gagne le village de Pincey, près de Carnet et Argouges. Ils y sont rejoints dans la soirée par Toussaint du Breil de Pontbriand lieutenant-colonel dans la division de Vitré, invité par le capitaine Thomas Renou, dit Alexandre. Les Chouans passent la nuit dispersés dans les fermes des environs, lorsque pendant la nuit, à 4 heures du matin, ils sont surpris par une colonne de Républicains venus d'Avranches et Saint-James, estimés à 500 hommes selon Pontbriand[1].

Le combat[modifier | modifier le code]

La plupart prennent la fuite, néanmoins Tuffin de La Rouërie parvient à rallier un cinqutaine d'hommes et en confie le commandement à Dufredo du Plantis, celui-ci contourne les Républicains et les attaque sur le flanc droit. Une partie des Républicains commence à son tour à prendre la fuit, les gardes territoriaux de Saint-Georges-de-Reintembault arrivent en renfort mais prennent la fuite dès le début du combat. Finalement ce qu'il reste de républicains est attaqué de front par Tuffin et Dauguet, sur le flanc gauche par Pontbriand et Renou et à droite par du Plantis. Une partie prend la fuite du côté de Saint-Georges-de-Reintembault, l'autre, du côté de Pontorson. Tuffin, ne souhaitant pas disperser sa troupe ordonne de cesser la poursuite. Le combat avait duré deux heures, mais fut peu meurtrier, la plupart des combattants étant restés à embusqués. Selon Pontbriand, 28 soldats républicains ont été tués et 6 capturés, qui sont incorporés parmi les Chouans[1],[2].

Le combat de Carnet dans les mémoires de Toussaint du Breil de Pontbriand

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Toussaint Du Breil de Pontbriand, Mémoire du colonel de Pontbriand sur les guerres de la Chouannerie, édition Plon, Paris, (réimpr. Y. Salmon, 1988), p. 202-205.
  • Christian Le Boutellier, La Révolution dans le Pays de Fougères, Société archéologique et historique de l'arrondissement de Fougères, , p. 456-457.
  • Félix Jourdan, La chouannerie dans l'Avranchin, 2e partie, t. II, , p.43-44. [1], p.127.
  • Marie-Paul du Breil de Pontbriand, Un chouan, le général du Boisguy, édition Honoré Champion, Paris, (réimpr. La Découvrance, 1994), p. 179-183.

Références[modifier | modifier le code]