Combat de Pontrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat de Pontrieux
Description de cette image, également commentée ci-après

Vue de Pontrieux

Informations générales
Date 10 septembre 1792
Lieu Pontrieux
Issue Victoire des républicains
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Drapeau france ancien regime.svg Paysans contre-révolutionnaires
Forces en présence
inconnues 7 000 à 8 000 hommes[1]
Pertes
inconnues 8 morts[1]
20 blessés[1]
44 prisonniers[2]
(dont 6 guillotinés)[2]

Chouannerie

Batailles

Révoltes paysannes (1792-1793)
1er Vannes · Fouesnant · Scrignac · Lannion · Pontrieux · Bourgneuf-la-Forêt · Plumelec · Savenay · Loiré · Ancenis · 2e Vannes · Pluméliau · Pontivy · 1er La Roche-Bernard · 1er Rochefort-en-Terre · Pacé · Guérande · Fleurigné · Fougères · Vitré · Mané-Corohan · Plabennec · Saint-Pol-de-Léon · Kerguidu · Lamballe · Saint-Perreux · 2e Rochefort-en-Terre · 2e La Roche-Bernard
Coordonnées 48° 41′ 57″ Nord 3° 09′ 29″ Ouest / 48.699166666667, -3.1580555555556

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
 Différences entre dessin et blasonnement : Combat de Pontrieux.

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Combat de Pontrieux.

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Combat de Pontrieux.

La combat de Pontrieux se déroula à la suite d'une révolte paysanne contre la levée en masse lors de la Pré-Chouannerie.

Le combat[modifier | modifier le code]

Les affrontements à Pontrieux se déroulent le même jour que le combat de Lannion. Le 10 septembre, le tocsin sonne au matin, 7 000 à 8 000 paysans se rassemblent et marchent sur Pontrieux, qu'ils atteignent à midi. Mais les gardes nationaux et les habitants ont barricadé les rues de la ville, ils repoussent les insurgés après deux heures de combats. Ces derniers se replient, laissant 8 morts sur le terrain et emportant leurs blessés, au nombre d'une vingtaine d'hommes[1].

Les 44 paysans faits prisonniers sont jugés à Saint-Brieuc le 19 mars 1793. Le tribunal, présidé par le juge Le Roux, prononce 8 condamnations à mort, dont 2 par contumace. Afin de frapper les esprits, les six condamnés sont exécutés successivement dans six chefs-lieux de district, à Saint-Brieuc, Pontrieux, Broons, Dinan, Loudéac et Rostrenen[2],[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire, 1789-1815, éditions Ouest-France université, Rennes, , p. 94-95.
  • François Cadic, Histoire populaire de la chouannerie, t. I, éditions Terre de Brume, , p. 265.
  • Danièle Vaudrey, Les grandes affaires criminelles des Côtes d'Armor, De Borée, , p. 31.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire, p. 94-95.
  2. a, b et c Société d'émulation des Côtes-du-Nord - 1946, Bulletins et mémoires - Volumes 73 à 76, p. 60.
  3. Danièle Vaudrey, Les grandes affaires criminelles des Côtes d'Armor, p. 31.