Combat de Mellé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Combat de Mellé
Description de cette image, également commentée ci-après
Église de Mellé
Informations générales
Date
Lieu Mellé
Issue Victoire des Chouans
Belligérants
Flag of Royalist France.svg ChouansFlag of France.svg Républicains
Commandants
Aimé Picquet du Boisguyinconnu
Forces en présence
200 hommes[1]120 soldats de ligne
~30 Patriotes armés[1]
Pertes
inconnues20 tués plus plusieurs patriotes[1]

Chouannerie

Coordonnées 48° 29′ 20″ nord, 1° 11′ 15″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Combat de Mellé
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Combat de Mellé
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Combat de Mellé

Le combat de Mellé vit la prise de la commune de Mellé par les Chouans, à la fin du XVIIIe siècle, en France.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Après la défaite des Vendéens lors de la Virée de Galerne, Aimé du Boisguy décida de reprendre le combat. Il convoqua ses hommes à un rassemblement pour la nuit du 14 au , entre Villamée et Parigné. deux cents hommes, plutôt bien armés, furent au rendez-vous et choisirent de marcher sur Mellé, car des Gardes territoriaux de ce bourg avaient commis des pillages à Parigné au début de ce mois. À h du matin, les Chouans attaquèrent. Les Républicains croyaient les Blancs vaincus et ne soupçonnaient rien, seuls cinq hommes étaient de garde, la plupart des Gardes territoriaux étaient dans leurs maisons, dispersées dans les campagnes. L'un des factionnaires fut désarmé et les Chouans entrèrent dans le bourg. Un caporal les aperçut et tira un coup de feu pour donner l'alerte. Les Républicains éveillés, voyant les Chouans maîtres du terrain ne tentèrent pas de résister et s'enfuirent.

Rapidement des renforts arrivèrent depuis Fougères, Boisguy feignit alors de se retirer vers Parigné, puis se porta vers le bois du Châtllier où il fit reposer ses hommes, tandis que les Républicains le cherchaient à l'opposé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Chiffres de Pontbriand

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Le Boutellier, La Révolution dans le Pays de Fougères, Société archéologique et historique de l'arrondissemnet de Fougères,
  • Toussaint Du Breil de Pontbriand, Mémoire du colonel de Pontbriand,