Combat de la Touche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Combat de la Touche

Informations générales
Date 24 février 1794
Lieu Landéan
Issue Victoire des Républicains
Belligérants
Flag of France.svg RépublicainsRoyal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
Bouéton †
Forces en présence
800 hommes[1]
(selon les chouans)
60 hommes[1]
Pertes
inconnues10 morts[1]

Chouannerie

Coordonnées 48° 24′ 50″ nord, 1° 09′ 05″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Combat de la Touche
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Combat de la Touche
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Combat de la Touche

Le combat de La Touche a lieu pendant la Chouannerie. En 1794, une colonne républicaine attaque une habitation défendue par un groupe de Chouans.

Le combat[modifier | modifier le code]

Le 24 février 1794, selon les mémoires de l'officier chouan Toussaint du Breil de Pontbriand, les républicains de Fougères sont informés que des chouans ont été aperçus au village de La Touche, à l'ouest du bourg de Landéan. Guidée par des patriotes, une colonne sort de Fougères pendant la nuit, espérant prendre l'ennemi par surprise. Les chouans se retranchent dans les maisons et résistent une heure, avant de tenter une sortie. La plupart réussissent à se sauver mais 10 d'entre eux, dont le chef, Bouéton, dit « Sans-Souci », sont tués[1].

« Une colonne de huit cents Républicains sortit de Fougères pendant la nuit et marcha sur la paroisse de Landéean, où l'on avait vu des Royalistes armés ; les guides qui les conduisaient ne les avaient pas trompés ; ils cernèrent le village de la Touche, où soixante soldats de du Boisguy avaient couché ; ceux-ci se défendirent plus d'une heure dans les maisons, mais, voyant leur perte infaillible, ils sortirent tous ensemble en faisant un feu terrible à droite et à gauche, et parvinrent ainsi à percer la colonne ennemie et à se sauver, mais ils perdirent dix hommes, dont un, nommé Bouéton, l'aîné, fut vivement regretté[1]. »

— Mémoires de Toussaint du Breil de Pontbriand

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Toussaint du Breil de Pontbriand, Mémoire du colonel de Pontbriand sur les guerres de la Chouannerie, édition Plon, Paris, (réimpr. Y. Salmon, 1988), p. 70.
  • Christian Le Boutellier, La Révolution dans le Pays de Fougères, Société archéologique et historique de l'arrondissement de Fougères, , p. 316.
  • Marie-Paul du Breil de Pontbriand, Un chouan, le général du Boisguy, édition Honoré Champion, Paris, (réimpr. La Découvrance, 1994), p.57-58.

Références[modifier | modifier le code]