Bataille de La Cornuaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de La Cornuaille

Informations générales
Date 8 septembre 1795
Lieu La Cornuaille
Issue Victoire des Républicains
Belligérants
Flag of France.svg RépublicainsRoyal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
Jacques Philippe BonnaudPierre Louis Godet de Châtillon
Louis de Bourmont
Forces en présence
800 à 3 000 hommes
quelques canons
1 500 hommes
Pertes
~ 30 morts ou blessés[1]~ 40 morts

Chouannerie

Batailles

Liffré · Expédition de Quiberon · Plouharnel · Quiberon · Segré · 1er Rocher de La Piochais · La Ceriseraie · La Cornuaille · 1re La Croix-Avranchin · La Vieuville · 2e Rocher de La Piochais · 2e La Croix-Avranchin · Auverné · Andigné · Croix-Couverte · Tinchebray · L'Auberge-neuve · Locminé · Saint-Hilaire-des-Landes · Val de Préaux · Le Grand-Celland · Argentré · Noyant-la-Gravoyère · La Hennerie · Le Mans · Nantes · Saint-Brieuc · Le Lorey · Mont-Guéhenno · La Tour d'Elven · 2e Saint-James · Pont du Loc'h · Les Tombettes
Coordonnées 47° 30′ 42″ nord, 0° 59′ 01″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Bataille de La Cornuaille

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille de La Cornuaille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de La Cornuaille

La bataille de La Cornuaille se déroula lors de la Chouannerie.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 8 septembre 1795, le général républicains Jacques Philippe Bonnaud quitta Angers et à la tête de quatre colonnes, se porta sur le bourg de La Cornuaille afin de réquisitionner des vivres. Louis de Bourmont à la tête des Chouans de la division de Varades commandée par Guillaume Plouzin, dit Le Lion tenta de s'opposer à la progression des troupes républicaines, mais les Chouans inférieurs en nombre durent rapidement battre en retraite. Les Républicains poursuivirent leur route mais rencontrèrent cette fois les troupes de Pierre Louis Godet de Châtillon au village de Pontron. Les Chouans parvinrent à repousser une première attaque républicaine mais le général Bonnaud fit mettre ses pièces de canon en batterie, les tirs d'artillerie provoquèrent la panique des Chouans qui battirent en retraite[2],[3].

Les républicains estimèrent les pertes des Chouans à 200 morts[2], voir 260[1], leurs pertes furent en fait d'environ 40 morts[2].

Le 13 septembre, à Angers, le représentant Louis-Alexandre Jard-Panvillier écrit au comité de salut public :

« Le 8 de ce mois, la troupe aux ordres du général Bonnaud a remporté une victoire sur les Chouans dans le district de Ségré. Deux cents Chouans au moins ont péri dans cette affaire; de ce nombre sont deux chefs, l'un nommé Damoiseau, et l'autre un soi-disant comte de Catillan. On a ramené beaucoup de grains à Angers[4]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Courrier de l'Egalité, p.80.
  2. a, b et c Tanneguy Lehideux, Combats d'un Chouan, Terrien cœur de lion, p.242.
  3. Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts d'Angers, 1899, p.354-357.
  4. Jean-Julien Savary, Guerres des Vendéens et des Chouans contre la République ..., Tome V, p. 387.