Base aérienne de Phalsbourg-Bourscheid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Base aérienne de Phalsbourg-Bourscheid
Quartier La Horie
Vue aérienne de la base à l'automne 1956.
Vue aérienne de la base à l'automne 1956.
Cocarde Cocarde 2
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 45′ 57″ N 7° 11′ 57″ E / 48.765949, 7.19913548° 45′ 57″ Nord 7° 11′ 57″ Est / 48.765949, 7.199135
Altitude 316 m (1 037 ft)

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Base aérienne de Phalsbourg-BourscheidQuartier La Horie

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Base aérienne de Phalsbourg-BourscheidQuartier La Horie
Pistes
Direction Longueur Surface
06/24 2 400 m (7 874 ft) béton
Informations aéronautiques
Code OACI LFQP
Type d'aéroport Militaire
Gestionnaire ALAT (anciennement USAFE)
Cartes SIA VAC

La base aérienne de Phalsbourg-Bourscheid, en anglais « Phalsbourg-Bourscheid Air Base », est une ancienne base de l'US Air Force en France construite au début des années 1950. Elle se situe sur le territoire des communes de Bourscheid, Zilling, Mittelbronn, Waltembourg et Saint-Jean-Kourtzerode, dans le sud-est du département de la Moselle, en Lorraine. La ville de Phalsbourg, située à 3 km de la base, lui a donné son nom.

Après le départ des troupes américaines, en 1967, la base a été renommée Quartier La Horie.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1951, en pleine Guerre froide, l'OTAN retient un petit terrain d'aviation situé au bord de la RN4, près de Saint-Jean-Kourtzerode, pour y implanter l'une de ses plus importantes bases aériennes. La base est officiellement ouverte en 1954.

Les militaires américains et leurs familles sont logés dans les cités Clark à Phalsbourg et Perkins à Sarrebourg construites spécialement pour eux.

La première unité de l'US Air Force stationnée sur la base est le 23rd Helicopter Squadron. Les premiers avions arrivent en 1958 avec les 10th et 66th Tactical Reconnaissance Wings.

Le 7 mars 1966, le général de Gaulle annonça que la France se retirait du commandement intégré de l'OTAN. Au 1er avril 1967, les États-Unis devaient avoir retiré toutes leurs troupes présentes sur le territoire français.

Le 15 février 1967, le drapeau américain fut descendu et remis au Musée de la ville de Phalsbourg.

Usage actuel[modifier | modifier le code]

La site a été renommé Quartier La Horie par l'armée française et sert aujourd'hui de base d'hélicoptères. Elle utilisée par le 1er régiment d'hélicoptères de combat (1er RHC), une unité du Service d'infrastructure de la Défense et le groupement de soutien de la Base de défense de Phalsbourg (GSBdD)[1].

Plusieurs unités du matériel y ont également tenu garnison: la 15e base de soutien du matériel (15e BSMAT) de juillet 2005 à juin 2014[2], le 6e régiment du matériel (6e RMAT) de 1999 à 2005 et auparavant le 9e régiment de soutien aéromobile (9e RSA).

Un important meeting aérien, le Phalsbourg Air Show, y est organisé tous les deux ans.

De mi-avril à mi-octobre, un berger et ses 650 moutons sont présents sur la base pour entretenir quelques 110 hectares de surfaces enherbées[3][4].

Le Quartier La Horie dispose d'un embranchement ferroviaire, actuellement inutilisé, relié à la ligne de Réding à Drulingen.

Jean Fanneau de La Horie[modifier | modifier le code]

Né le 31 janvier 1904 à Lunéville, Jean Fanneau de La Horie est élève à l'École de cavalerie de Saumur aux côtés de Philippe Leclerc de Hauteclocque. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il est affecté à l'état-major de la 2e division légère mécanique et effectue une mission en Finlande. Il rejoint la 2e division blindée en formation à Témara et participe à de nombreux combats. Il capture le général von Choltitz, commandant du Gross Paris, à l'hôtel Meurice. Après la prise de Baccarat, il est envoyé en reconnaissance le 17 novembre à Badonviller. Il charge avec le Royal Cambouis et occupe la ville. Le 18 novembre 1944, il est tué d’un obus de 155. Jean Fanneau de La Horie est nommé Officier de la Légion d'Honneur à titre posthume[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de la Zone de Défense Nord-Est.
  2. « Bientôt l'heure de mettre la clef sous la porte » article du Républicain Lorrain du 2 février 2014.
  3. « Des moutons au service de l'Armée », article des DNA du 11 avril 2015.
  4. « Des brebis tondeuses », article des DNA du 12 avril 2015.
  5. Pierre Nord : Leclerc et ses Hommes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Mauffrey :Phalsbourg Air Base, Editions Scheuer 1990
  • Fabrice Loubette Les forces aériennes de l'OTAN en Lorraine, 1952-1967. Metz, France : Serpenoise, Partie II, Chapitre 8, Phalsbourg Air Base. (2008).ISBN 978-2-87692-763-6.

Articles connexes[modifier | modifier le code]