Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse
Image illustrative de l'article Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse
Devise Ne pas attendre l'avenir, le faire[1]
Informations
Fondation 1303-1793 ; 1984
Type Université publique
Régime linguistique Français
Localisation
Coordonnées 43° 57′ 00″ N 4° 49′ 05″ E / 43.95, 4.818056 ()43° 57′ 00″ Nord 4° 49′ 05″ Est / 43.95, 4.818056 ()  
Ville Avignon
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Direction
Président Emmanuel Ethis
Chiffres clés
Étudiants 7 228 (2011-2012)
Niveau Bac+2 à Bac+8
Divers
Site web www.univ-avignon.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse

Géolocalisation sur la carte : Avignon

(Voir situation sur carte : Avignon)
Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse

L’université d'Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV) est une université française, basée à Avignon (Vaucluse). Université autonome, l'une des plus petites de France métropolitaine, elle accueille près de 6 700 étudiants à tous les niveaux de formation, jusqu'au doctorat, et héberge une quinzaine de laboratoires de recherche.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'université médiévale[modifier | modifier le code]

Bulle de Boniface VIII créant l'Université d'Avignon en 1303

Pour concurrencer la création de la Sorbonne, jugée trop proche du pouvoir royal français, le Pape Boniface VIII fonde l'université d'Avignon en [2]. Les écoles qui existent déjà (médecine, théologie, arts grammaticaux…) sont fédérées autour de quatre facultés et développées au sein de l'université grâce aux subsides de la papauté encore romaine. Le 5 mai de la même année, Charles II, roi de Sicile et comte de Provence, accorde des immunités aux études d'Avignon[2].

Avignon est l'une des plus anciennes universités de France et la création de celle de Rome se fait la même année[3]

Elle se développe avec la présence des papes à Avignon, rivalisant avec les universités de Montpellier et Toulouse, jusqu'à accueillir 17 000 étudiants. Puis après le retour des papes à Rome, l'Université centré sur le droit perd de son prestige face aux Jésuites et aux séminaires. En 1608 la jeune fille de Barcelonne Juliana Morell y à reçu le degré de Docteur en Lois, étant la première femme docteur de l'Europe.[4]

À la Révolution française, la ville est annexée à la France et l'université supprimée comme toutes les universités françaises par le décret du [3].

L'université actuelle[modifier | modifier le code]

Hôtel de l'Espine, rue Joseph Vernet, ancien CLU d'Avignon

Avignon redevient universitaire en 1963, par l'ouverture d'un Centre d'enseignement supérieur scientifique, suivi l'année suivante de celle d'un Centre d'enseignement supérieur littéraire. Les deux entités dépendent respectivement de la Faculté des Sciences et de la Faculté des Lettres d'Aix-Marseille[5].

Le vendredi , Jean-Pierre Saltarelli, président de l'UNEF au Collège littéraire universitaire d'Avignon, et Gérard Gelas, surveillants au Lycée Mistral, apprennent l'occupation de la Sorbonne par les forces de l'ordre. Le samedi 4 mai, ils réunissent un petit groupe pour déterminer la marche à suivre. Ils sont rejoints par Jean-Pierre Jackson, élève-maître à l'École normale d'Avignon. Il est décidé de proposer une grève générale des étudiants dès le lundi et une manifestation le mardi . C'est le début de la grève générale dans l'agglomération d'Avignon[6].

Les nouveaux bâtiments de l'Université d'Avignon à Sainte-Marthe

En 1972, les deux Unités d'enseignement et de recherche (CLU et CSU) sont fusionnées dans un centre universitaire, qui devient université de plein exercice (indépendante de l'Université d'Aix-Marseille) le sous le nom d'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. À cette époque, trois UFR (Lettres et Sciences Humaines, Sciences Exactes et Naturelles, Sciences et Langages Appliqués) se partageaient 2 000 étudiants[5].

Le quatrième pôle, le juridique, est issu de la création d'une faculté de droit en lieu et place d'une annexe de l'Université d'Aix Marseille III. Suivront par la suite un Institut Universitaire de Technologie en 1990 et un Institut Universitaire Professionnalisé en 1992[5].

Pour éviter une trop grande dispersion des étudiants (il y avait dix sites d'implantation en 1991) et redynamiser le centre-ville, il est décidé de déplacer les différentes formations au sein d'un site unique, apte à accueillir des équipements collectifs (Bibliothèque et restaurant universitaires notamment). L'aménagement de l'ancien hôpital Sainte-Marthe est lancé, et aboutit à la rentrée 1997[5].

Composantes[modifier | modifier le code]

Elle regroupe quatre Unités de Formation et de Recherche (UFR), un Institut universitaire de technologie (IUT) et le Centre d'Etude et de Recherche en Informatique (CERI) (ancien IUP).

Les remparts ceignant les locaux de l'université

Unités de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

Entrée de l'Université

L'université d'Avignon se divise en quatre composantes :

  • L'U.F.R.-ip Sciences Humaines et Sociales, qui se compose des départements de Géographie, d'Histoire et d'Information et Communication.
  • l'U.F.R.-ip Arts, Lettres et Langues, qui se compose des départements de Langues Étrangères Appliquées (LEA), de Lettres Modernes et de Langues, Littératures, Civilisations Étrangères (LLCE).
  • l'U.F.R.-ip Sciences, Technologies, Santé, qui se compose des départements d'Informatique, de Physique/Chimie, de Sciences de la Vie et de la Terre, de Mathématiques / Mathématiques prépa concours polytechniques, et de Sciences et Techniques des Activités Sportives et physique (STAPS).
  • l'U.F.R.-ip Droit, Économie, Gestion, qui se compose des départements d'Administration Économique et Sociale (AES) et de Droit.

Instituts[modifier | modifier le code]

Enseignements[modifier | modifier le code]

Lettres modernes[modifier | modifier le code]

Au sein du département de Lettres les étudiants peuvent préparer une licence (avec un tronc commun de deux ans et trois parcours en troisième année, dont un consacré au théâtre) et un Master "Arts, Lettres, Langues". Ce Master offre des perspectives de recherches interdisciplinaires et des outils pour travailler sur le théâtre. Il s'inscrit dans le contexte culturel de la ville d'Avignon (Maison Jean-Vilar, Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon). Il propose aussi une préparation aux concours nationaux de l'enseignement[7].

Agrégation d'italien[modifier | modifier le code]

L'université accueille les épreuves orales d'admission de l'*agrégation d'italien.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Une convention existe entre Milan et l'UAPV dans le cadre d'un Master international.

Recherche[modifier | modifier le code]

Laboratoire fruits et légumes
Laboratoire Agroparc

L'UAPV possède plusieurs laboratoires de recherche reconnus :

  • Laboratoire physiologie des fruits et légumes (EA 4279)
  • UMR CNRS-IRD IMEP Institut Méditerranéen d'écologie et de paléoécologie
  • Laboratoire d'analyse non linéaire et géométrie (EA 2151)
  • Laboratoire biens, normes, contrats (EA 3788)
  • Laboratoire culture et communication (EA 3151)
  • Laboratoire de chimie bioorganique et des Systèmes Moléculaires Vectoriels (EA 932)
  • Laboratoire d'histoire d'Avignon (LHISA) (EA 3152)
  • Laboratoire d'hydrogéologie (EA 2665)
  • Laboratoire Identité Culturelle, Textes et Théâtralité (ICTT) EA 4277
  • Laboratoire Informatique d'Avignon (EA 931)
  • Laboratoire Management et Commerce International - Filière Vin (PRATIC)
  • Physiopathologie des adaptations cardiovasculaires à l'Exercice (EA 2426)
  • UMR 406 Écologie des invertébrés
  • Unité mixte de recherche A408 UAPV-INRA
  • Unité mixte de recherche ESPACE (CNRS 7300 anciennement 6012)
  • Unité mixte de recherche Climat sol et environnement

Implantations[modifier | modifier le code]

Les deux campus d'Avignon

Malgré la concentration des facultés par la création du site Sainte-Marthe, l'université est composé de 5 sites rassemblés sur deux campus[8], l'un en centre-ville et l'autre à Agroparc :

  • le campus Sainte-Marthe : site principal, dans les murs de l'ancien hôpital de la ville, regroupant 3 des 4 UFR (30 087m 2)[8]
  • la Faculté des sciences (8 479 m2)[8]
  • l'ex-caserne Chabran (formation continue) (2 220 m2 en rénovation)[8]
  • le site de l'Institut universitaire de technologie d'Avignon, du CERI (ancien IUP Génie mathématique-informatique) et du Laboratoire Informatique d'Avignon (LIA), sur Agroparc (8 000 m2)
  • le pôle Agrosciences, sur Agroparc (8 000 m2)

Le campus Sainte-Marthe[modifier | modifier le code]

Sainte-Marthe, œuvre de Jean Péru et Jean-Baptiste Franque
Campus Sainte-Marthe

Fondé en 1354, par le don de dix mille florins d'or par le chevalier Bernard Rascas, maréchal de justice, et placé sous le vocable de sainte Marthe, l'hôpital est municipalisé en 1482 par le cardinal-légat Julien de la Rovère. Le dessin de la façade classique de cent soixante-quinze mètres, dont les travaux s'étalent de 1667 et 1830, fait de des travées étroites et serrées, à deux niveaux de fenêtres, coiffées d’une lucarne, est initié par Jean Péru entre 1689 et 1693. Jean-Baptiste Franque entre 1743 et 1745 la prolonge à l'est, et signe, avec son fils François, le portique monumental central. Fermé dans les années 1980 à cause de la vétusté des locaux, l'hôpital est réhabilité pour accueillir depuis 1997, les étudiants[9].

Le campus virtuel[modifier | modifier le code]

L'UAPV benéficie depuis 2002 d'un campus virtuel sous la forme d'environnement numérique. Ainsi les universités d'Aix-Marseille, Avignon, Nice et Toulon constituent l'UNR PACA (Université Numérique en Région Provence Alpes Côte d'Azur)[10].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
7 103[11] 7 067[12] 7 308[13] 7 371[14] 6 994[15] 7 135[16] 6 637[17] 6 305[18] 6 252[19]
2009 2010 2011 - - - - - -
6 457[20] 6 665[21] 6 636[22] - - - - - -

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Présidents de l'université[modifier | modifier le code]

  • 1984-1988 : Guy Cheymol
  • 1988-1992 : Françoise Pécaut
  • 1992-1997 : Bernard Blavoux
  • 1997- 2002 : Henri Méloni
  • 2002 - 2007 : Michel Volle
  • Depuis 2007 : Emmanuel Ethis

Enseignants[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Catégorie:Enseignant à l'université d'Avignon

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2009). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Quelques personnalités extérieures membres du Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rentrée universitaire - Avignon et les Pays de Vaucluse, Provence Education, consulté sur www.provenceducation.com le 14 novembre 2010
  2. a et b Catalogue général des cartulaires des Archives départementales sur google book
  3. a et b Institution de l'Université d'Avignon
  4. Herbermann, Charles, ed. (1913). "Juliana Morell". Catholic Encyclopedia. Robert Appleton Company.
  5. a, b, c et d Histoire de l'Université d'Avignon
  6. Frédéric Eldin, op. cit., p. 30.
  7. Les masters dee l'Université d'Avignon
  8. a, b, c et d chiffres clefs sur le site officiel
  9. « Promenade de la Carreterie », www.mairie-avignon.fr
  10. Le Mondeinformatique du 20 juin 2008,  : Un environnement numérique de travail universitaire de 100 000 utilisateurs en PACA
  11. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  20. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  21. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  22. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Frédéric Eldin et Robert Mencherini (Directeur de recherche), Avignon 68, à la croisée des contestations ou le mouvement de mai-juin 1968 dans l'agglomération d'Avignon et son prolongement durant le XXIIe festival : Mémoire de maîtrise d'histoire contemporaine, Université d'Avignon,‎ 1997
  • Agence d'Évaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (AERES), AERES-S1-Avignon-2, rapport d'évaluation,‎ janvier 2008, 30 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]