Studium generale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des universités d'Europe au Moyen Âge.

Studium generale est le nom latin traditionnel sous lequel on désignait une université au Moyen Âge.

Définition[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de définition parfaitement claire d'un « studium generale ». Apparue, par l'usage, au début du XIIIe siècle, l'expression désignait un lieu où les étudiants de toutes origines (et non uniquement de la région) étaient accueillis[1]. Au cours du XIIIe siècle, le terme a pris peu à peu un sens plus précis, mais toujours non officiel, recouvrant trois caractéristiques : au delà du fait qu'on y accueillait des étudiants de toutes origines, on y enseignait les arts ainsi qu'au moins l'un des grands enseignements qu'étaient le droit, la théologie, et la médecine. Enfin, troisième caractéristique, l'enseignement y était dispensé par des « maîtres ».

Histoire[modifier | modifier le code]

La plupart des premières « studia generalia » se trouvaient en Italie, en France, en Angleterre, en Espagne et au Portugal, et elles étaient considérées comme les lieux d'enseignement les plus prestigieux d'Europe. Le Vatican continue de désigner de nombreuses nouvelles universités sous l'expression studia generalia, bien que la signification et la portée honorifique de ce terme soit de moins en moins comprises de nos jours.

Références[modifier | modifier le code]

  1. H. Rashdall, The Universities of Europe in the Middle Ages, Vol. 1, 1895, p. 8

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • George L. Haskins, 'The University of Oxford and the Ius ubique docendi ', The English Historical Review, 1941, pp. 281-292.
  • H. Rashdall, The Universities of Europe in the Middle Ages, Vol. 1, 1895

Articles connexes[modifier | modifier le code]