Université du Québec à Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis UQAM)
Aller à : navigation, rechercher
Université du Québec à Montréal
Image illustrative de l'article Université du Québec à Montréal
Informations
Fondation 9 avril 1969
Type Université publique
Régime linguistique Français
Budget 397 millions $ (2012)[1]
Localisation
Coordonnées 45° 30′ 50″ N 73° 33′ 37″ O / 45.513889, -73.560278 ()45° 30′ 50″ Nord 73° 33′ 37″ Ouest / 45.513889, -73.560278 ()  
Ville Montréal, Québec
Pays Drapeau du Canada Canada
Campus Urbain
Direction
Recteur Robert Proulx (en poste depuis le 7 janvier 2013)
Chancelier Réal Raymond (en poste depuis le 9 octobre 2008)
Chiffres clés
Étudiants 41 296 (2012) [2]
Divers
Affiliation Université du Québec
Site web www.uqam.ca

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Université du Québec à Montréal

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Université du Québec à Montréal

L’Université du Québec à Montréal (UQAM[3]) est un établissement d'enseignement supérieur francophone, public et laïque situé au Québec, dans le secteur du centre-ville de Montréal. Elle est affiliée à l'Université du Québec. En 2013, la firme Research Infosource Inc. classe l'Université du Québec à Montréal respectivement 21e université canadienne et 5e université québécoise en importance en termes de montant alloué à la recherche [4].

L'Université du Québec à Montréal offrait 300 programmes d'études, respectivement 160, 115 et 30 au premier, au deuxième et au troisième cycles[5], à 40 519 étudiants en automne 2012[6] et à 41 296 étudiants en date du 11 décembre 2012[7].

L'UQAM est l'une des deux universités de langue française de Montréal, avec l'Université de Montréal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle a été créée le 9 avril 1969 par le gouvernement du Québec, à la suite de la fusion de l'École des beaux-arts de Montréal, du collège Sainte-Marie et de trois écoles normales.

Au milieu des années 1970, la construction du campus de l'Université du Québec à Montréal se confirme dans le quartier Saint-Jacques. La vieille église Saint-Jacques de Montréal est condamnée et les fidèles sont déplacés vers la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes de Montréal. L'architecte de l'université, Dimitri Dimakopoulos, choisit de respecter les plans de John Ostell et de Victor Bourgeau en décidant de greffer la nouvelle construction autour du mur de la nef de l'église donnant sur la rue Sainte-Catherine et en mettant en relief le clocher et son portail. Ces vestiges sont classés monuments historiques par le gouvernement du Québec. Le nouveau campus de l'UQAM est inauguré en septembre 1979.

À l'automne 2008, l'UQAM comptait 39 350 étudiants aux trois cycles d'études, 973 professeurs, 1 786 chargés de cours et 2 000 employés de soutien. À l'automne 2012, l'UQAM comptait 41 296 étudiants (en date du 11 décembre 2012) aux trois cycles d'études, 1 127 professeurs, 2 304 chargés de cours et 2 025 employés de soutien[8]. Le 13 janvier 2012, on annonce que la TELUQ redevient une université distincte de l'UQAM[9].

À partir de novembre 2006, l'UQAM vit une crise financière majeure. Il est en effet révélé que l'ancien recteur Roch Denis tient une part de responsabilité importante dans le fiasco des projets immobiliers du Complexe des sciences et de l'Îlot voyageur[10]. Un plan de redressement, exigé par la ministre Michelle Courchesne, est toujours en cours de réalisation, soulevant des contestations significatives parmi les groupes d'employés, d'étudiants, de chargés de cours et de professeurs. En mars 2009, les professeurs de l'UQAM entamèrent une grève. Elle sera suivie d'une grève chez les étudiants pour appuyer les revendications des professeurs[11].

Activités[modifier | modifier le code]

Pavillon Judith-Jasmin

L'université du Québec à Montréal est située au centre-ville de Montréal : le campus central est près de la station de métro Berri-UQAM (quartier auquel elle donne le nom de Quartier Latin), alors que le Complexe des sciences Pierre-Dansereau est près de la station Place-des-Arts (où la construction d'un nouveau pavillon a débuté en 2004).

L'Université offre de la formation sur son campus montréalais ainsi que dans ses quatre campus en région métropolitaine : Campus de Lanaudière, Campus de Laval, Campus de Longueuil et Campus de l'Ouest-de-l'île.

L’environnement de l'UQAM propose un milieu de vie citadin.

L'aménagement des bâtiments est tel qu'il permet la coexistence d'une piste cyclable et de plusieurs stations de vélo bixi près de tous les pavillons[12]. Une exposition virtuelle[13] permet de découvrir l'université sur trois volets.

Facultés, départements et écoles[modifier | modifier le code]

En 2013, l'UQAM compte sept facultés :

  • École des sciences de la gestion (ESG)
  • Faculté de communication
  • Faculté de science politique et de droit
  • Faculté des arts
  • Faculté des sciences
  • Faculté des sciences de l'éducation
  • Faculté des sciences humaines

Les facultés sont subdivisées en 40 départements et écoles, parmi lesquels on retrouve[14] :

  • Département de finance
  • Département de management et technologie
  • Département de marketing
  • Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale
  • Département des sciences comptables
  • Département des sciences économiques
  • Département d'études urbaines et touristiques
  • Département d'organisation et ressources humaines
  • Département de communication sociale et publique
  • École de langues
  • École des médias
  • Département de science politique
  • Département des sciences juridiques
  • Institut d'études internationales de Montréal
  • Département de danse
  • Département de musique
  • Département d'études littéraires
  • Département d'histoire de l'art
  • École de design
  • École des arts visuels et médiatiques
  • École supérieure de théâtre
  • Institut du patrimoine
  • Département de chimie
  • Département de kinanthropologie
  • Département de mathématiques
  • Département des sciences biologiques
  • Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère
  • Département d'informatique
  • Institut des sciences de l'environnement
  • Département de didactique
  • Département de didactique des langues
  • Département d'éducation et formation spécialisées
  • Département d'éducation et pédagogie
  • Département de géographie
  • Département de linguistique
  • Département de philosophie
  • Département de psychologie
  • Département de sciences des religions
  • Département de sexologie
  • Département de sociologie
  • Département d'histoire
  • École de travail social
  • Institut de recherches et d'études féministes
  • Institut des sciences cognitives

Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie[modifier | modifier le code]

Le Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie (CRISE) est un organisme pluridisciplinaire voué à l’étude des questions relatives au suicide et à l’euthanasie. Il est rattaché à la Faculté des sciences humaines de l’UQAM.

Fondé en 1997, le CRISE est l’initiative de professeurs et d'étudiants au doctorat en psychologie communautaire à l’UQAM désireux de mettre au point une approche écologique et interdisciplinaire des problèmes liés au suicide et à l’euthanasie. Le but visé est de profiter de l’expertise de chercheurs issus d’institutions et d’associations diverses, dont l’Association québécoise de prévention du suicide, pour mieux comprendre la problématique du suicide et de sa prévention. Auparavant, les spécialistes du domaine ne disposaient d’aucune plateforme d’échange et demeuraient isolés[15].

Le CRISE poursuit quatre objectifs ayant comme finalité la diminution du nombre de suicides et des comportements suicidaires. À savoir :

  • développer la recherche sur le suicide et l’euthanasie ;
  • améliorer le transfert et l’application des connaissances sur le sujet ;
  • soutenir le développement de l’expertise en recherche ;
  • accroître le partenariat entre les chercheurs, les milieux de pratique et les gestionnaires pour favoriser l’avancement des connaissances[16].

La direction du CRISE se compose d’un directeur général, d’un directeur adjoint, d’un coordonnateur de recherche, d’un bibliothécaire de recherche, d’un secrétaire et d’un agent de communication. L’ensemble des membres se rencontre quatre fois par semestre pour faire connaître les résultats de recherche, discuter de problèmes variés et planifier des projets. Un comité de direction constitué de professionnels, de chercheurs et d’étudiants assiste le directeur général dans ses fonctions[17].

Le CRISE regroupe une soixantaine de professeurs, chercheurs, étudiants et intervenants provenant d’universités, d’hôpitaux, de centres de recherche, de centres de santé et de services sociaux (CSSS) ainsi que de l’Institut national de santé publique du Québec. De nombreux organismes sont des partenaires du CRISE, notamment l’Association des centres jeunesse du Québec, l’Association québécoise de prévention du suicide, l’Association québécoise de schizophrénie, les centres de prévention du suicide (CPS) et quelques centres locaux de services communautaires (CLSC)[18].

Depuis sa création, le CRISE accueille des stagiaires postdoctoraux grâce à des subventions octroyées par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et par le Fonds de recherche en santé du Québec (FRSQ). Les stages visent à développer des habiletés en recherche de pointe chez des chercheurs spécialisés dans des disciplines différentes : psychiatrie, psychologie, anthropologie, épidémiologie, santé publique, neurosciences et disciplines connexes[19]. Le Centre offre aussi des instituts d’été pour mettre à jour les connaissances et trouver de nouvelles méthodes de recherche[20].

Le CRISE dispose d’un centre de documentation répertoriant plus de 30 000 documents : revues savantes, monographies, actes de congrès, rapports, manuscrits, statistiques, mémoires, thèses, programmes de prévention et ressources audiovisuelles[21].

Le CRISE sera l'hôte du 28e congrès mondial de l'Association internationale pour la prévention du suicide (IASP), qui aura lieu à Montréal du 16 au 20 juin 2015.[22]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Le logotype de l'Université du Québec à Montréal a été créé en 1997 par le designer Frédéric Metz, professeur associé au département de Design graphique de l'École de design de l'UQAM.

Lors du dévoilement de l'identité visuelle de l'université, un tollé est soulevé quant à l'utilisation de l'accent grave (À) dans le logotype. En effet, un acronyme (qu'il soit en majuscules ou en minuscules) ne doit pas contenir de caractères accentués[23].

Enfin, les normes graphiques de l'UQAM[24] stipulent clairement que son logotype contient un À mais que son acronyme ne devrait jamais inclure d'accent. Le À est donc uniquement considéré comme un dessin stylisé.

Campus et pavillons[modifier | modifier le code]

Pavillon Président-Kennedy, logeant la Faculté des sciences

Le campus principal de l'UQAM est composé des pavillons suivants[25] :

  • Hubert-Aquin
  • Hubert-Aquin Annexe
  • Saint-Denis
  • 1259 Berri
  • Maisonneuve
  • Centre sportif de l'UQAM
  • Athanase-David
  • 279 Ste-Catherine Est
  • Design
  • J.-A.-DeSève
  • 335 De Maisonneuve
  • Musique
  • Judith-Jasmin
  • Judith-Jasmin Annexe
  • Danse
  • 1001 de Maisonneuve Est
  • Paul-Gérin-Lajoie
  • Centre Pierre-Péladeau
  • Sciences de la gestion
  • Résidences universitaires
  • Sainte-Catherine Est
  • 210 Sainte-Catherine Est
  • Thérèse-Casgrain

Les pavillons du Complexe des sciences Pierre-Dansereau (Métro Place-des-Arts) :

  • Chimie et biochimie
  • Cœur des sciences
  • 145 Président-Kennedy
  • Président-Kennedy
  • Résidences universitaires Saint-Urbain
  • Sciences biologiques
  • Sherbrooke
  • 100 Sherbrooke Ouest

Et des pavillons situés à proximité :

  • École supérieure de mode de Montréal
  • Centre des sciences de Montréal
  • 1001 Sherbrooke Est

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Douze bibliothèques sont au services des étudiants :

  • Audiovidéothèque
  • Bibliothèque centrale
  • Bibliothèque des arts
  • Bibliothèque de musique
  • Bibliothèque des sciences
  • Bibliothèque des sciences de l'éducation
  • Bibliothèque des sciences juridiques
  • Cartothèque
  • Centre des collections spécialisées
  • Didacthèque
  • Livres rares
  • Publications gouvernementales et internationales

Associations étudiantes[modifier | modifier le code]

La communauté étudiante de l'UQAM est composée de sept associations facultaires:

  • Association Facultaire des Étudiants en Arts de l'UQAM (AFÉA-UQAM)
  • Association Facultaire Étudiante des Langues et Communications de l'UQAM (AFELC-UQAM)
  • Association Facultaire Étudiante de Sciences Humaines de l'Université du Québec à Montréal (AFESH-UQAM)
  • Association Facultaire Étudiante de Science Politique et Droit de l'Université du Québec à Montréal (AFESPED-UQAM)
  • Association Étudiante du Secteur des Sciences de l'Université du Québec à Montréal (AESS-UQAM)
  • Association étudiante de l'École des Sciences de la Gestion (AéESG)
  • Association des Étudiantes et Étudiants de la Faculté des Sciences de l'Éducation (ADEESE-UQAM)

Il existe également des associations départementales (ex: histoire, sociologie, informatique, littérature, etc.) regroupant la population étudiante.

Il est aussi possible de retrouver de nombreux regroupements étudiants réunis autour de thèmes politiques, culturels, sportifs ou de loisir, etc.

La radio officielle des étudiants de l'UQAM est CHOQ.FM. Le journal des étudiants de l'UQAM est le Montréal campus.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Professeurs[modifier | modifier le code]

  • Normand Baillargeon, professeur en sciences de l'éducation, militant libertaire et collaborateur de revues alternatives;
  • Éric Bédard, professeur à la TÉLUQ - Sciences humaines, lettres et communications et spécialiste du Québec (souvent présent dans les médias);
  • Richard Béliveau, professeur titulaire de biochimie à l'Université du Québec à Montréal où il est titulaire de la Chaire en Prévention et Traitement du Cancer;
  • Gaétan Breton, professeur titulaire de comptabilité, militant politique et membre du comité de rédaction de la revue À Babord;
  • Robert Comeau, professeur d'histoire, fondateur du Bulletin d'histoire politique et premier titulaire de la Chaire Hector-Fabre d'histoire du Québec;
  • Pierre Dansereau, un des fondateurs de l'écologie moderne;
  • Charles-Philippe David, professeur de science politique et titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques;
  • Christian Deblock, professeur au département de science politique, spécialiste en Économie politique internationale, cofondateur de la revue Interventions Économiques
  • Anna Maria Di Sciullo, professeure au Département de linguistique et professeure associée au programme de Doctorat en informatique cognitive
  • André Donneur, professeur associé au département de science politique, spécialiste de la politique étrangère canadienne, politique internationale du Québec et sécurité régionale comparée
  • Francis Dupuis-Déri, professeur au département de science politique, militant anarchiste et féministe.
  • Gilles Dostaler, professeur d'économie, spécialisé en histoire de la pensée économique.
  • Pierre Fortin, professeur au département des sciences économiques
  • Imants Freibergs, professeur d'informatique et également président de la Latvian Information and Communication Technologies Association;
  • Michel Freitag, professeur associé au Département de sociologie. Philosophe et sociologue québécois d'origine suisse;
  • Stevan Harnad, professeur au Département de psychologie et pionnier du «open access»;
  • Bernard Landry, professeur au Département stratégie des affaires et ancien premier ministre du Québec;
  • René Laprise, professeur au Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère. Membre du GIEC, groupe de chercheurs élu Prix Nobel de la Paix 2007. ;
  • Gérald Larose, professeur invité à l'École de travail social, président du Conseil de la souveraineté du Québec et ancien président de la Confédération des syndicats nationaux;
  • Léo-Paul Lauzon, professeur au Département des sciences comptables et critique social (surtout dans les médias alternatifs);
  • Georges Leroux, professeur de philosophie ancienne, helléniste et traducteur de La République de Platon chez Garnier Flammarion (Platon. 2002. La République. Introduction, traduction et notes de Georges Leroux. Paris. Garnier Flammarion. 802 p.);
  • Dan O'Meara, professeur au département de science politique, spécialiste de la théorie des relations internationales, et de l'Afrique du Sud.
  • Alex Macleod, professeur au département de science politique, spécialiste de la théorie des relations internationales, directeur du CEPES.
  • Nicolas Marceau, professeur au Département des sciences économiques, Membre de la Commission sur le déséquilibre fiscal (2002) et homme politique
  • Gilbert Paquette, ancien ministre de la science et de la technologie du Québec;
  • Bernard Rivière, psychologue et professeur au Département d'éducation et pédagogie. Tableau d’honneur de la TELUQ (2011). Prix de l’Orientation décerné par l’Ordre professionnel des conseillers, des conseillères d’orientation du Québec (2003). Prix de la Ministre de l’Éducation du Québec (1997);
  • André Robert (1987-1993), pionnier des modèles numériques de prévision du temps
  • Régine Robin, professeure associée au Département de sociologie et romancière célèbre;
  • Yves Séguin, professeur invité au Département des sciences comptables et ancien ministre des finances du Québec;
  • Étienne Wasmer professeur associé au Département des sciences économiques, récipiendaire en 2006 du Prix du meilleur jeune économiste de France.

Équipes sportives[modifier | modifier le code]

L'UQAM possède des équipes (Citadins) dans 9 disciplines sportives :

  • Badminton
  • Basketball féminin
  • Basketball masculin
  • Cheerleading
  • Cross-country
  • Golf
  • Soccer féminin
  • Soccer masculin
  • Volley-ball féminin

L'UQAM permet aussi à plusieurs athlètes d'évoluer, dans plusieurs disciplines, sur les différents circuits d'excellence :

  • Athlétisme
  • Escrime
  • Natation
  • Karate

Réseau Orbicom[modifier | modifier le code]

L'Université du Québec à Montréal est à l'origine de la création, en mai 1994, conjointement avec l'Unesco, du réseau Orbicom, réseau mondial associant des universitaires et des professionnels de la communication et des médias, ayant pour objet de stimuler l'échange d'informations et le développement de projets conjoints, afin d'examiner comment ce domaine en constante évolution peut contribuer à promouvoir la démocratie et un développement durable.Situé au carrefour de l’enseignement, de la recherche et des pratiques professionnelles, il s'est fixé pour mission première de « développer et promouvoir le partage de savoir et d'expertise en communication par l'éducation, la recherche et l'action concrète[26]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. À propos de l'UQAM - Université du Québec à Montréal (2012)
  3. L'institution écrit : « L'acronyme UQAM coiffé de l'accent grave est la signature promotionnelle de l'Université du Québec à Montréal. Il s'agit donc d'un logo et non d'une règle d'écriture. Ainsi, lorsque l'acronyme UQAM est utilisé dans des textes courants, il doit être écrit sans accent. » – Utilisation de l'acronyme et du logo UQAM
  4. (en) « Canada's Top 50 Research Universities 2013 », Research Infosource Inc.,‎ 2013 (consulté le 2013-11-16)
  5. http://www.etudier.uqam.ca/programmes
  6. « Proposition d’un code de fonctionnement du comité de révision des Services aux étudiants (Page 4) », Instances Uqam,‎ 2013 (consulté le 2013-11-16)
  7. http://www.uqam.ca/apropos/ (2012)
  8. http://www.uqam.ca/apropos/ (2012)
  9. http://www.ledevoir.com/societe/education/340149/divorce-entre-la-teluq-et-l-uqam
  10. « L'Îlot Voyageur sera vendu incessamment», Cyberpresse, 11 juin 2009.
  11. Clairandrée Cauchy, « Trois étudiants sur quatre font la grève à l'UQAM », Le Devoir,‎ 1er avril 2009 (lire en ligne)
  12. Présentation de l'UQAM - Université du Québec à Montréal
  13. Se laisser raconter l'UQAM - 1960 à 2001
  14. http://www.uqam.ca/facultes/
  15. Historique du CRISE
  16. Mission, objectifs et actions
  17. Fonctionnement du CRISE
  18. Les membres du CRISE
  19. Formation postdoctorale
  20. Instituts d'été
  21. Centre de documentation
  22. « Accueil - 28e congrès mondial de l'Association international de prévention du suicide (IASP) »,‎ 2014
  23. Logo UQAM, acronyme et normes graphiques
  24. À propos de l'acronyme UQAM
  25. http://www.uqam.ca/campus/#liste
  26. Voir le site officiel du réseau Orbicom

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Remarque[modifier | modifier le code]

Cet article est une adaptation partielle de l'article Université du Québec à Montréal du wikipedia anglais.