Luc-Normand Tellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Luc-Normand Tellier

Description de l'image  Luc-Normand Tellier.jpg.
Naissance 10 octobre 1944
Montréal, Québec (Canada)
Nationalité Drapeau du Canada canadienne
Champs Économie spatiale
Institutions Université du Québec à Montréal
Diplôme Université de Montréal, University of Pennsylvania

Luc-Normand Tellier (né le 10 octobre 1944 à Montréal, Québec, Canada) est professeur émérite d’économie spatiale de l’ Université du Québec à Montréal.

Formation et enseignement[modifier | modifier le code]

L.-N. Tellier a une double formation en économie et en urbanisme. Détenteur d’un baccalauréat en science économique (1968) et d’une maîtrise en urbanisme (1971) de l’université de Montréal, il a aussi obtenu un Master (1971) et un Ph.D. (1973) en Regional Science de l’université de Pennsylvanie qui fait partie de la Ivy League. Par la suite, il a enseigné à l’Institut d’urbanisme de l’université de Montréal avant de fonder le rassemblement en études urbaines de l’université du Québec à Montréal en 1976, lequel est devenu le Département d’études urbaines et touristiques en 1980. Il a été directeur de ce rassemblement et de ce département pendant treize ans ainsi que du centre « Urbanisation » de l’ Institut national de la recherche scientifique de 1981 à 1983. Il a reçu le titre de « professeur émérite » de l’université du Québec à Montréal en 2012.

Les triangles de Fermat et de Weber[modifier | modifier le code]

En 1971, il a découvert la première solution numérique directe, sans itérations, des problèmes du triangle de Fermat (ou point de Fermat) et du triangle de Weber[1]. Bien avant les contributions de Von Thünen qui datent de 1818, le problème du triangle de Fermat peut être vu comme le point d’origine même de l’économie spatiale. Il a été formulé par le célèbre mathématicien français Pierre de Fermat avant 1640. Plus de 330 ans plus tard, il n’avait toujours pas de solution numérique directe. De même, le problème du triangle de Weber, qui est une généralisation du problème de Fermat, a été formulé pour la première fois par Thomas Simpson en 1750 et il a été popularisé par Alfred Weber en 1909. En 1971, ce problème n’avait toujours pas de solution numérique directe; le problème du triangle de Fermat consiste à localiser un point D par rapport à trois points A, B et C de façon à minimiser la somme des distances entre D et chacun des trois autres points, tandis que le problème du triangle de Weber consiste à localiser un point D par rapport à trois points A, B et C de façon à minimiser la somme des coûts de transport entre D et chacun des trois autres points.

En 1985, il publie un livre intitulé Économie spatiale: rationalité économique de l'espace habité, où il formule un tout nouveau problème, le problème d’attraction-répulsion qui constitue une généralisation à la fois des problèmes de Fermat et de Weber[2]. Il solutionne ce problème pour la première fois dans le cas du triangle et il réinterprète la théorie économique spatiale et, en particulier, la théorie de la rente foncière à la lumière des concepts de forces d’attraction et de répulsion issus du problème d’attraction-répulsion. Le problème d’attraction-répulsion a été à l’origine de plusieurs contributions de mathématiciens, dont celles de Chen, Hansen, Jaumard et Tuy (1992)[3] et de Jalal et Krarup (2003)[4]. De plus, il prélude, selon Ottaviano et Thisse (2005)[5], la Nouvelle Économie Géographique qui vit le jour au cours des années 1990 et qui valut un prix Nobel de science économique à Paul Krugman en 2008. Le problème d’attraction-répulsion consiste, dans sa version simple, à localiser un point D par rapport à trois points A1, A2 et R de façon à annuler les forces d’attraction exercées par A1 et A2, et la force de répulsion exercée par le point R.

Le modèle et la théorie topodynamiques[modifier | modifier le code]

En 1989, L.-N. Tellier a mis à contribution le problème d’attraction-répulsion pour élaborer un tout nouveau type de modèle démo-économique, le modèle topodynamique. Ce modèle non-économétrique conçu dans le contexte d’un espace continu a cette propriété de pouvoir produire des projections démo-économiques dans des régions où les autres modèles démo-économiques peuvent difficilement le faire à cause de la pauvreté des données disponibles. Le modèle topodynamique précède la formulation des premiers modèles de la Nouvelle Économie Géographique.

En 1995, il publie avec Claude Vertefeuille un article introduisant le concept d’inertie topodynamique et lui proposant des bases mathématiques. Cet article soulève un débat qui conduit à raffiner le concept et à consolider grandement ses bases mathématiques; cela se fait en collaboration avec Martin Pinsonnault. En 1997, il publie un autre article qui introduit le concept de corridor topodynamique et l’idée d’une nouvelle section de la science économique destinée à compléter la micro-économie, la méso-économie et la macro-économie, à savoir l’anoéconomie qui doit étudier les phénomènes spatio-économiques observés à une échelle supérieure à celle des États (c’est-à-dire à celle de la macro-économie) dans une optique de très longue période (« ano », en grec ancien, signifie « en remontant dans le temps et dans l’espace »; voir l’étymologie d’ « anode »).

En 2005 (en français) et en 2009 (en anglais), il publie un livre qui interprète l’histoire urbaine du monde à la lumière de la théorie topodynamique qu’il a élaborée au cours des années.

Recherches historiques[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses travaux en économie spatiale, L.-N. Tellier a publié en 1987 un livre sur le clan Le Tellier, l’un des deux principaux clans qui se sont disputés les faveurs du roi de France à Versailles, aux XVIIe et XVIIIe siècles. C’est dans ce clan que naquit le libéralisme économique en réaction au colbertisme qui animait le clan rival.

Luc-Normand Tellier est le petit-fils de Raymond Tellier, cousin germain de Louis Tellier et de Sir Joseph-Mathias Tellier, ce dernier étant le grand-père de Paul Tellier.

Contributions principales[modifier | modifier le code]

  • Tellier, Luc-Normand et Boris Polanski, 1989, “The Weber Problem: Frequency of Different Solution Types and Extension to Repulsive Forces and Dynamic Processes”, Journal of Regional Science, vol 29, no. 3, p. 387-405.
  • Tellier, Luc-Normand et Claude Vertefeuille, 1995, “Understanding Spatial Inertia: Centre of Gravity, Population Densities, the Weber Problem and Gravity Potential”, Journal of Regional Science, vol. 35, no 1, février 1995, p. 155-164.
  • Tellier, Luc-Normand, 1972, “The Weber Problem: Solution and Interpretation”, Geographical Analysis, vol. 4, no. 3, p. 215-233.
  • Tellier, Luc-Normand, 1985, Économie spatiale: rationalité économique de l'espace habité, Chicoutimi, Gaëtan Morin éditeur, 280 pages, ISBN 2891051610.
  • Tellier, Luc-Normand, 1987, Face aux Colbert: les Le Tellier, Vauban, Turgot et l'avènement du libéralisme, Québec, Presses de l'Université du Québec, 816 pages, ISBN 2760504611. [1]
  • Tellier, Luc-Normand, 1992, “From the Weber Problem to a "Topodynamic" Approach to Locational Systems”, Environment and Planning A, vol. 24, pages 793-806.
  • Tellier, Luc-Normand, 1993, Économie spatiale: rationalité économique de l'espace habité (seconde édition revue, augmentée et corrigée), Montréal, Éditions Gaëtan Morin, 285 pages, ISBN 2891055012.
  • Tellier, Luc-Normand, 1997, “A Challenge for Regional Science: Revealing and Explaining the Global Spatial Logic of Economic Development”, Papers in Regional Science, Vol. 76, No 4, p. 371-384.
  • Tellier, Luc-Normand et Martin Pinsonnault, 1998, “Further Understanding Spatial Inertia : a Reply”, Journal of Regional Science, vol. 38, no 3, p. 513-534.
  • Tellier, Luc-Normand, 2005, Redécouvrir l’histoire mondiale, sa dynamique économique, ses villes et sa géographie, Montréal, Éditions Liber, 592 pages, ISBN 2895780633.
  • Tellier, Luc-Normand, 2009, Urban World History : An Economic and Geographical Perspective, Presses de l’Université du Québec, 620 pages, ISBN 9782760515888.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tellier, Luc-Normand, 1972, “The Weber Problem: Solution and Interpretation”, Geographical Analysis, vol. 4, no. 3, pp. 215-233.
  2. Tellier, Luc-Normand, 1985, Économie spatiale: rationalité économique de l'espace habité, Chicoutimi, Gaëtan Morin éditeur, 280 pages.
  3. Chen, Pey-Chun, Hansen, Pierre, Jaumard, Brigitte et Hoang Tuy, 1992, "Weber's Problem with Attraction and Repulsion," Journal of Regional Science 32, 467-486.
  4. Jalal, G., & Krarup, J. (2003). "Geometrical solution to the Fermat problem with arbitrary weights". Annals of Operations Research, 123 , 67{104.
  5. Ottaviano, Gianmarco et Jacques-François Thisse, 2005, “New Economic Geography: what about the N?”, Environment and Planning A 37, 1707-1725.