Google Wave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de Google Wave

URL http://wave.google.com
Description Service de courrier électronique, messagerie instantanée, wiki et réseautage social
Type de site Application Web / Protocole de communication
Langue(s) Anglais
Inscription Gratuite
Propriétaire Google
Créé par Google
Lancement 30 septembre 2009
État actuel Fermé depuis le 30 avril 2012

Google Wave était une application web de messagerie et de travail collaboratif, créée par Google, dont le concept mélange les notions de services de courrier électronique, de messagerie instantanée, de wiki et de réseautage social, le tout associé à un correcteur orthographique et un traducteur instantané, et à de nombreuses autres possibilités développées par des éditeurs tiers[1].

Le projet a été annoncé pendant la conférence Google I/O[2] du 28 mai 2009. Google a lancé une première phase de test alpha le 30 septembre 2009 avec la distribution de 100 000 comptes[3] aux personnes qui s'étaient inscrites sur leur site[4] avec la volonté de signaler les bugs ou de développer des extensions. Depuis le 18 mai 2010, l'utilisation de Google Wave était ouverte à toute personne titulaire d'un compte Google[5].

Malgré de fortes attentes Google Wave n'a pas obtenu l'adoption massive escomptée et Google a décidé, le 4 août 2010, de ne pas poursuivre le développement de Wave en tant que produit autonome[6]. Néanmoins, le site fut maintenu en 2011 et début 2012 jusqu'à l'arrivée d'un serveur de remplacement[7] et Google prévoit d'utiliser les technologies développées pour Wave et de les intégrer dans d'autres produits Google. Wave était open source sous licence Apache.

Google Wave passa en mode lecture sans possibilité de modification le 31 janvier 2012 et ferma les serveurs le 30 avril 2012 avec suppressions des données associés, Google se consacrant à son nouveau réseau social Google+

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Google Wave fonctionna en grande partie comme le courriel, mais au lieu d'envoyer les messages (avec l'ensemble des messages précédents en dessous) et au lieu de stocker ces messages dans les boîtes de réception de chaque utilisateur, les documents (dénommés « waves ») qui contiennent l'ensemble des messages multimédias (dénommés « blips ») sont perpétuellement stockés sur un serveur central. Les waves sont partagées par l'ensemble des participants ou collaborateurs qui peuvent être ajoutés ou retirés de la wave à tout moment.

Les waves, qui ont été décrites par Google comme étant « tout autant des conversations que des documents », sont hébergées sous forme de documents XML permettant des modifications instantanées et simultanées. Tout participant d'une wave peut en modifier n'importe quelle partie, répondre n'importe où dans le document, ajouter des participants et tout ceci à tout moment puisque le document n'est jamais « envoyé » mais est en permanence « hébergé ». Les utilisateurs peuvent modifier ou répondre à n'importe quel blip (message) existant dans la wave. Les utilisateurs sont informés des modifications / réponses pour toutes les waves dont ils sont participant, et à l'ouverture d'une wave, ils peuvent examiner ces changements dans l'ordre chronologique.

Les waves sont actualisées en direct : toutes les réponses / modifications sont visibles en temps réel, lettre par lettre, aux fur et à mesure qu'elles sont tapées par les autres collaborateurs. Plusieurs participants peuvent modifier une seule wave simultanément dans Google Wave. Ainsi, les waves peuvent fonctionner non seulement comme des courriels, mais aussi comme un service de messagerie instantanée lorsque de nombreux participants sont en ligne en même temps. Une wave peut à plusieurs reprises changer de rôles entre le courriel et la messagerie instantanée en fonction du nombre d'utilisateurs présent à l'instant « t »[8].

La possibilité de modifier une wave à n'importe quel endroit offre aux utilisateurs la possibilité de créer des documents en collaboration, tout comme les wikis. Les waves peuvent facilement (par glisser/déposer) contenir des liens vers d'autres waves ou vers des blips spécifiques au sein d'une même wave ou d'une autre wave. Une wave peut être lue et connue d'un seul participant (prises de notes), d'un petit groupe, ou de plusieurs centaines de participants. Les waves peuvent également être publiques : elles sont alors accessibles à tous en lecture seule, ou en lecture et écriture aux titulaires d'un compte Google.

Enfin, l'historique de chaque wave est stocké au sein de celle-ci. Les collaborateurs peuvent utiliser une fonction de relecture (nommée Playback) afin de rejouer son élaboration et d'observer l'ordre dans lequel la wave a été éditée, les blips qui ont été ajoutés, et qui est l'auteur de chaque édition. L'historique peut également être utilisé pour annuler ou modifier des changements spécifiques[9].

Protocole et API[modifier | modifier le code]

Google a basé ce service sur un protocole open Source, le Wave Federation Protocol, qui permet à quiconque de créer un service Wave capable de communiquer avec les autres service Wave[10]. Ce protocole ouvert est basé sur une extension du Extensible Messaging and Presence Protocol ou XMPP. Depuis l'annonce de l'arrêt du développement en interne, Google a annoncé une importante libération de code pour compléter le protocole Wave.

Plusieurs API ont également été mises en place pour étendre les fonctionnalités du client et du serveur via des extensions (robots ou gadgets OpenSocial), pour créer de nouvelles interfaces utilisateurs ou pour intégrer des waves dans des sites web. Ainsi, les blips proposent du contenu riche et sont des messages multimédias car en plus du texte ils peuvent contenir des images, des vidéos et tout type d'extensions permises par les API : une carte, un tableau blanc, une video-conférence, un sondage, et tous ces gadgets peuvent être édités simultanément par tous les participants[11].

Google Wave fut créé grâce au Google Web Toolkit.

Origine du service[modifier | modifier le code]

La création de Wave est à mettre au crédit des frères Rasmussen (Lars et Jens), les deux hommes à l'origine de la très populaire application web Google Maps[12].

L'idée part d'un constat des deux frères : le courriel a été conceptualisé avant même l'existence d'Internet, entre 1965 et 1972 puis généralisé au début des années 1990. Comparé aux fonctionnalités riches de l'Internet actuel, le courriel reste un outil très basique, voir rudimentaire[13]. L'équipe Google des frères Rasmussen, basée à Sydney a donc décidé de travailler sur ce que serait la communication électronique si elle était inventée aujourd'hui. Le résultat fut Google Wave.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom « Wave », qui a été choisi pour ce service, est inspiré de Firefly, une série télévisée américaine de science-fiction datant de 2002[14]. Dans Firefly, une Wave est une communication électronique voyageant d'un bout à l'autre du système, souvent sous forme d'un message vidéo.

Arrêt du développement par Google[modifier | modifier le code]

Le mercredi 4 août 2010, Google annonçait sur son blog la fin du développement de Google Wave en tant que produit autonome, privilégiant l'utilisation de la technologie Wave dans les services Google existants ou à venir[15]. Eric Schmidt, Directeur Général de Google, expliqua cette décision par une trop faible adoption de Wave par le public[16]. En réponse à cette annonce, la communauté d'utilisateurs s'est rapidement mobilisé et a créé un site, www.savegooglewave.com, qui en quelques mois, a récolté plus de 48 000 votes en faveur du maintien du service. Malgré tout le site ferma le 30 avril 2012

Futur open-source du service[modifier | modifier le code]

Visiblement prise de cours par l'annonce de fermeture provenant de la direction de Google, l'équipe de développement Wave ou Wave Team n'a communiqué qu'un mois plus tard, pour annoncer le lancement du projet Wave in a Box (WiaB)[17] : Celui-ci devra compléter le serveur Wave, déjà publié en Open Source, en y ajoutant un client web (c'est-à-dire une interface utilisateur - le site wave.google.com/ était un client web permettant à l'utilisateur d'accéder aux données du serveur), le tout regroupé dans une application complète nommée « Wave in a Box » afin de faciliter la création de services Wave par des tiers.

Depuis, ce qui ressemblait à une annonce de fermeture a semble-t-il pris une tournure moins catégorique : Ainsi le site wave.google.com restera en service en 2011 au moins jusqu'à l'arrivée des serveurs Wave in a Box, avec la possibilité d'exporter les waves existantes vers ces serveurs. Par ailleurs la Wave Team a également annoncé travailler sur le projet Wave-in-Docs permettant d'accéder à ses waves depuis Google Docs[18].

Les gadgets développés pour Google Wave, en plus de fonctionner au sein de Wave in a Box, ont désormais leur site dédié grâce à l'expérience Google Labs : Shared Spaces (sharedspaces.googlelabs.com)[19]. Le site permet d'utiliser les gadgets Google Wave en dehors de Wave, sous forme d'application autonome dans une page web collaborative partagée, et permet d'intégrer l'espace ainsi créé dans un blog ou site web.

Enfin, le projet open source Wave in a Box a lui aussi pris un nouveau départ puisque le projet a été accepté au sein de l'incubateur de l'Apache Software Foundation[20], Apache étant l'une des plus grandes associations mondiales de développement de logiciels libres. Le projet Wave in a Box devrait être prochainement renommé Apache Wave[21]. Le code source du projet Wiab ainsi que le site du Protocole Wave sont actuellement en phase de migration des serveurs Google vers les serveurs Apache.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Google Wave API » (consulté le 29 mai 2009)
  2. (fr+en) « Conférence Google I/O du 28 mai 2009 » (consulté le 29 mai 2009)
  3. (en) « Google Wave: Updates from today's hackathon » (consulté le 20 juillet 2009)
  4. (en) « Google Wave Signup » (consulté en 03 août 2009)
  5. (en) « Google Wave Available for Everyone »,‎ mai 2010 (consulté le 7 juin 2010).
  6. (en) « Update on Google Wave » (consulté en 4 août 2010).
  7. (en) « Waving in 2011 » (consulté en 6 décembre 2010).
  8. (en) « Google Wave Whitepaper: Operational Transform » (consulté le 20 juillet 2010)
  9. (en) « About Google Wave » (consulté le 13 mai 2010)
  10. (en) « Site du protocole Wave » (consulté le 29 mai 2009)
  11. (en) « Les API Google Wave sur Google Code » (consulté le 29 mai 2009)
  12. (fr+en) « Wave's Engineering leadership » (consulté le 29 mai 2009)
  13. (fr+en) « E-mail compared to Wave » (consulté le 29 mai 2009)
  14. (en) The Story Behind Wave's Name
  15. (fr) « Google Wave, Fin de l’aventure… » (consulté le 5 aout 2010)
  16. (en) « Commentaire du CEO de Google Eric Schmidt » (consulté le 5 aout 2010)
  17. (en) « Wave open source next steps: "Wave in a Box" » (consulté le 2 septembre 2010)
  18. (en) « Multiple Wave Export » (consulté le 29 novembre 2010)
  19. (en) « Announcing Google Shared Spaces » (consulté en 22 décembre 2010)
  20. (en) « Introducing Apache Wave » (consulté en 6 décembre 2010)
  21. (en) « Wave Project Incubation Status » (consulté le 5 janvier 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]