Sancy (Meurthe-et-Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sancy.
Sancy
Église Saint-Brice.
Église Saint-Brice.
Blason de Sancy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Briey
Canton Canton d'Audun-le-Roman
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Audunois
Maire
Mandat
Daniel Matergia
2014-2020
Code postal 54560
Code commune 54491
Démographie
Population
municipale
353 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 54″ N 5° 55′ 33″ E / 49.3483, 5.925849° 20′ 54″ Nord 5° 55′ 33″ Est / 49.3483, 5.9258  
Altitude Min. 254 m – Max. 358 m
Superficie 13,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Sancy

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte topographique de Lorraine
City locator 14.svg
Sancy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sancy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sancy

Sancy est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sanceum (1096), Sanci (1255), Sancy-le-Bas (1801).
Sentzich/Senzich en allemand, Senzech en francique lorrain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurie des comtes de Bar au XIIIe siècle. Château mentionné en 1295 : prévôté comtale au XIVe siècle. Assiégé par l'évêque de Metz en 1415. Remanié pour s'adapter aux armes à feu en 1537. Démantelé en 1640.

En 1817, village de l'ancienne province du Barrois, avait pour annexes les fermes de Malsange et de Bazonville. À cette époque, il y avait 511 habitants répartis dans 90 maisons.

Lors de la première guerre mondiale, plusieurs personnes civiles furent fusillées par les Allemands. Le 22 août 1914, M. Dieudonné Joseph (41 ans) et M. Dieudonné François (70 ans) Nicolas, le 23 août 1914 M. Dieudonné Antoine (74 ans) (source: Mémoire des Hommes).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 16 avril 2014)
Daniel Matergia PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 353 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
499 434 465 480 571 606 546 551 630
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
702 545 502 449 427 450 602 459 394
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
424 393 395 400 414 446 390 315 353
1990 1999 2006 2011 - - - - -
327 327 345 353 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Château fort, lieu-dit : Sancy haut, parties constituantes : fossé, époque de construction : 2e quart du XIVe siècle ; 2e quart du XVIe siècle. Château mentionné au XIIIe siècle, acheté par le comte de Bar en 1262 ; en 1336, lorsque Sancy devient chef-lieu d'une prévôté, agrandissement et amélioration des fortifications ; en 1537, renforcement des murailles et surélévation des parapets ; détruit en 1640 par les ordres du maréchal Du Hallier, gouverneur français de la Lorraine occupée, il ne subsiste que des murs de soutènement, les courtines et les bases des tours en partie visibles dans les maisons qui ont été construites à son emplacement.
  • Maison de la Prévôté, lieu-dit : Sancy bas, parties constituantes : colombier ; parties agricoles, époque de construction : 1re moitié du XVIIIe siècle. Maison reconstruite dans la 1re moitié du XVIIIe siècle sur l'emplacement supposé de la prévôté sise là à la fin du XVe siècle.
  • La Grange-Drohier, importante maison-fief du XVIIe siècle.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Vestiges du prieuré Saint-Brice.
  • Église paroissiale Saint Brice, lieu-dit : Sancy haut, époque de construction : 3e quart du XIXe siècle ; 1er quart du XXe siècle, construite en 1867, 300 mètres environ au sud de l'ancienne église du prieuré.
  • Prieuré de Bénédictins Saint Brice et ancienne église Saint-Brice lieu-dit : Sancy bas, éléments protégés : abside ; mur, parties constituantes : église ; cimetière ; calvaire ; monument sépulcral, époque de construction : 4e quart du XIe siècle ; XIIe siècle ; 1e moitié du XVIIIe siècle ; 3e quart du XXe siècle. Prieuré de bénédictins dépendant de Saint-Hubert en Ardenne, fondé vers 1088. Église Saint-Brice construite dans le courant du XIIe siècle, modifiée au XVIe siècle (subsiste un lavabo dans l'absidiole nord), transformée en église paroissiale et menaçant ruine. Des projets pour reconstruire la nef sont établis en 1848 par Bauchet, architecte à Briey. Ils sont finalement abandonnés et l'église est détruite en 1867, à l'exception de l'absidiole nord, conservée comme chapelle de cimetière, et des soubassements du bras nord du transept et des chapelles latérales attenantes. En 1970, consolidation de la voûte de l'absidiole nord. Au nord de l'église, logis construit limite XVe/XVIe siècle dont il subsiste les dépendances. Reconstruit 1re moitié du XVIIIe siècle.
  • Calvaire, lieu-dit : Sancy bas, situé rue du Prieuré, dans l'ancien cimetière. Calvaire du début du XIXe siècle. Jusqu'en 1969 se trouvait devant la porte de l'ancien cimetière. A été déplacé et réédifié à proximité des vestiges de l'église du prieuré.
  • Croix Monumentale lieu-dit : Sancy bas située C.D. 157 ; C.V.O.8. Croix érigée en 1826 par Nicolas Gérard, sculpteur à Anderny (date portée), croisillon plus récent que la croix.
  • Presbytère, lieu-dit : Sancy bas, situé 2 rue du Presbytère, construit : limite XVIIIe/XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les membres de la puissante maison de Faill[3] y, furent des prévôts depuis les premiers temps de cette fonctions (XIIe siècle). Entre 1500 et 1600, on trouve des Failly prévôts de Sancy. Vers 1500, Jean de Failly, déjà prévôt de Conflans, fut nommé capitaine et prévôt de Sancy. Le 26 octobre 1518, Jean de Failly, dit de Conflans, seigneur de Jouy-sous-les-Côtes, est nommé receveur et gruyer de Sancy, en lieu et place de Jacquemin de Norroy, son beau-père malade. (Arch. de M & Mos. B14, fol 218vo et sq.) A une date non précisée, Jean de Failly, fonda en l'église de cette ville, la chapelle Notre Dame de Pitié et Saint Jean Baptiste[4]. Jean de Failly meurt vers 1533. Son fils Christophe devient prévôt de Sancy, il épouse Barbe de Housse en 1536. En 1537, il fait construire des murailles au château de Sancy, dont les parapets sont rehaussés (Arch. de la Meuse, B1792). Travaux bien utiles puisqu'en 1551-1552, les Espagnols tentent vainement de s'emparer de la place. Ils occupent et pillent la ville, alors que l'armée Française campe à Sivry. D'après Bermann (Dissertation historique sur l'Ancienne Chevalerie et la Noblesse de Lorraine, Nancy 1763) écrit que Christophe de Failly aurait eu la charge de Bailli de Nancy en 1574, en remplacement d'Antoine du Chatelet. La charge de prévôté ne fut pas reconduite en faveur des fils (Louis & Arnould) de Christophe de Failly. Ceux-ci habitaient la ville et Arnould de Failly avait épouse Louise d'Allamont, fille de d'Antoine, le grand défenseur de Montmédy. Il quitta Sancy avant 1600, pour s'installer à Lommerange où il mourut. En 1624, les descendants de Jean, firent passer tous les droits sur cette chapelle à "Jacques de Failly, petit-fils de Christophe de Failly, seul et unique "hoir masle" de la famille, et, après luià l'aîné mâle descendant de lui, et ainsi successivement à toujours". Ceci est fait en présence de Robert Fiquelmont, seigneur de Mars-la-Tour, conseiller d'État du duc de Lorraine, Nicolas de Tige, seigneur de Pourru, Affléville, Jean de Bohan et Marguerite de Starinchamps, veuve de Jean de Pouilly. Tous héritiers par alliance.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Sancy
Blason de Sancy Blason Blasonnement : d'azur à un Saint Georges contourné d'argent armé de pied en cap, terrassant de sa lance un dragon de même, le tout sur une terrasse de sinople.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. Histoire d'une Famille de Lorraine, comte G. de Failly, Virton 1967- collationné par Damien de Failly 20/10/2010
  4. Ceci fut écrit dans un courrier collationné par le notaire Nicolas Fabry et Nicolas Augustin, notaires à Sancy