Grande Rhêtra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Grande Rhêtra (μεγάλη ῥήτρα / megalê rhêtra) est le texte fondateur des institutions de Sparte.

Elle est censée avoir été rédigée par Lycurgue sur les indications d'Apollon pythien. Elle nous est connue par deux sources : des fragments de Tyrtée et un passage de la Vie de Lycurgue (VI, 1–9) de Plutarque, qui mentionne quatre décrets :

  • la construction d'un temple à Zeus Sullanios et Athéna Sullania ;
  • la division du peuple en sections : tribus (φυλαί / phulai) et ὠϐαί / ôbai ;
  • l'institution de la gérousie ;
  • l'assemblée du peuple à l'époque de la pleine lune.

Les distiques de Tyrtée ne nous sont connus que par l'intermédiaire de Plutarque (ibid., VI, 10) et de Diodore de Sicile (VII, 12, 6) :

Ainsi en effet le Seigneur à l'arc d'argent, l'agissant-au-loin Apollon
à la chevelure d'or, a prophétisé depuis son gras adyton :
« Qu'initient la délibération les rois honoré des dieux,
rois qui ont souci de l'aimable cité de Sparte,
et les Anciens du Conseil et qu'ensuite [ce soient] les hommes du peuple,
répondant à leur tour par [où à] de droites rhêtras
[qu'ils] parlent honorablement et fassent tout justement
et ne délibèrent pas [de travers] pour notre cité
et qu'à la masse du peuple s'attachent victoire et suprématie. »
Phoibos en effet là-dessus a ainsi révélé à la cité.

Le terme rhêtra (de ἐρῶ / erô, parler) désigne un accord solennel inspiré ou sanctionné par les dieux. C'est le nom que donnent les rois de Sparte à leurs décrets.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Lévy :
    • Sparte : Histoire politique et sociale jusqu'à la conquête romaine, Seuil, coll. « Points histoire », 2003.
    • « La grande Rhêtra », Ktèma n°2 (1997), pp. 85–103.
    • La Grèce au Ve siècle, de Clisthène à Socrate, Éditions du Seuil, collection « Points histoire », 1995.
  • Luther Andreas :
    • Könige und Ephoren. Untersuchungen zur Spartanischen Verfassungsgeschichte, Frankfurt-am-Main, 2004.